Centrafrique : de grossiers mensonges de l’Imposteur de Bangui sur les raisons de sa présence à Paris 

0
139

Centrafrique : de grossiers mensonges de l’Imposteur de Bangui sur les raisons de sa présence à Paris

Dans un article intitulé « Macron reçoit le président centrafricain mercredi à l’Élysée » publié le 12 septembre 2023, Le Figaro, fondé en 1826 comme un journal littéraire et satirique — ce qui fait de lui l’un des plus anciens périodiques de la presse française encore publié —, son titre, Figaro, une référence au personnage éponyme de Beaumarchais, a annoncé que le mercredi 13 septembre 2023 le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue centrafricain Faustin-Archange Touadéra sur fond de relance des relations bilatérales après des années de tension dues à la montée en puissance de la milice russe Wagner dans ce pays. « Cet entretien intervient dans un contexte de reprise du dialogue et de dynamique positive des relations bilatérales», a souligné mardi l’Élysée. «Il sera l’occasion d’évoquer la situation en République centrafricaine ainsi que les problématiques régionales», a ajouté la présidence française.

Selon RFI, les échanges porteront sur la transition au Gabon, où le président Touadéra s’est rendu la semaine dernière en tant que facilitateur de la communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC). Surtout, c’est la situation interne qui intéresse Paris : la France, comme les États-Unis, veut le départ du groupe Wagner. En effet, les rapports sont tendus entre Paris et Bangui depuis l’arrivée de la milice russe Wagner en Centrafrique en 2018. Fin 2020, M. Touadéra, menacé par une offensive rebelle sur Bangui, avait appelé Moscou à la rescousse et des centaines d’autres mercenaires russes avaient débarqué et permis rapidement de repousser les groupes armés hors de la plupart des territoires qu’ils contrôlaient.

Le mercredi 13 septembre 2023, au moment où Emmanuel Macron recevait Faustin Archange Touadera, on a assisté à une avalanche de réactions en off dans le milieu politique, de l’opposition démocratique et de la société civile. En effet, sur les réseaux sociaux, dans plusieurs groupes WhatsApp, beaucoup n’ont pas du tout apprécié cette rencontre entre les présidents français et centrafricain. Beaucoup se demandent si la France des droits de l’homme, de la démocratie et de l’Etat de droit a finalement décidé de cautionner le coup d’Etat constitutionnel perpétré par Touadéra et son parti MCU,  d’adouber la dictature et d’aider  Touadéra dans sa volonté d’avoir un 3ème mandat. En off, plusieurs opposants ont sévèrement critiqué l’attitude du président français qui sonne comme un abandon des Combattants de la Liberté et des promoteurs et défenseurs de la démocratie, de l’Etat de droit en Centrafrique. D’autres se sont posés la question de savoir  si la France allait faire un deal avec Touadéra en le laissant au pouvoir au-delà des règles démocratiques et abandonner les centrafricains terrorisés par la milice criminelle Wagner.

Les critiques sont vives. Ce qu’on peut retenir des réactions en off, c’est une volonté unanime et ferme de tous pour tout  faire pour libérer la RCA du joug de la dictature de Touadéra et de l’esclavage imposé par les Wagner, même sans l’appui de la France de Macron. Et l’histoire retiendra que la France, la Patrie des droits de l’homme, de la démocratie et de l’Etat de droit s’est abstenue d’assister le peuple centrafricain en danger et que ce peuple se sera battu seul pour vaincre le mal Touadéra et le mal Wagner.

Fort malheureusement, il n’en était pas ainsi. Car, non seulement le président Emmanuel Macron a convoqué l’Imposteur de Bangui sans aucune forme de protocole, mais surtout il l’a sommé de ne pas tenter de s’interférer dans la transition en cours au Gabon, par le biais de ses Amis, les mercenaires du Groupe Wagner, et de les faire partir de la République centrafricaine dans les meilleurs délais, sans condition et de manière immédiate, s’il souhaite reprendre une coopération dynamique avec la France, l’Ue et les institutions financières internationales de Bretton Woods. Mais au lieu de faire un compte – rendu fidèle de ce que le président Emmanuel Macron lui a dit de vives, en le recevant en tête – à – tête dans un vaste bureau, loin de toute caméra, en croisant ses jambes dans une posture d’impolitesse assortie d’une certaine idée avérée de négligence, en face d’un Touadéra mal au point dans son fauteuil, le visage renfrogné, comme l’ont montré les rares images de cette rencontre, le criminel de Bangui a tout simplement préféré mentir au peuple centrafricain.

En effet, sur sa page X, il a mentionné ce qui suit : « …..J’ai été reçu à l’Elysée pour une visite de travail. Nous avons avec le président Macron échangé longuement sur les questions liées à la coopération entre nos deux pays en vue de les renforcer au profit de nos deux peuples et nous avons également partagé nos points de vue sur les situations actuelles au niveau international ainsi que la crise gabonaise en ma qualité de facilitateur désigné par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Ceeac. J’ai beaucoup apprécié la franchise qui a guidé nos échanges. » Si les militants du MCU et les partis alliés au pouvoir de l’Imposture de Bangui ont évidemment cru à ces propos, il n’en est absolument rien pour la majorité des Centrafricains qui ne croient plus aux paroles mielleuses et mensongères du criminel Touadéra.

En effet, l’Imposteur de Bangui n’a pas effectué une visite de travail, comme il l’a voulu le faire croire lui-même sur sa page X. S’il devait en être ainsi, alors cette rencontre se serait tenue dans une grande salle entre deux parties et composée essentiellement de délégations ministérielles autour de leur chef de mission. Elle aurait tout naturellement débouché sur la signature de plusieurs contrats et une conférence de presse. Il n’en a point été ainsi. Bien au contraire, il a été plutôt convoqué par Macron pour être copieusement sermonné et pour recevoir des injonctions et des menaces.

Jean – Paul Naïba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici