Centrafrique : « Covid – 19 » : le ministre de la santé et de la population Dr Pierre Somsè ment à tout un peuple

0
1235

En bon disciple du Gourou de l’Ecole de la Roubardise, le ministre de la santé et de la population Dr Pierre Somsè, lui – même finalement testé positif au coronavirus, selon les gentilles indiscrétions de Léonie Kangala qui lui a serré les mains et lui a donné de baisers, a menti au peuple centrafricain, depuis l’éclatement de cette épidémie en Centrafrique, et continue de mentir. A l’instar de Touadéra et Ngrébada, eux aussi porteurs de ce très dangereux et mortel virus, et conformément aux instructions à lui données, ce médecin qui pourtant  a prêté le serment d’Hippocrate, ne communique que sur les statistiques qu’il veut bien nous donner à l’opinion tant nationale qu’internationale.

C’’est ainsi qu’en sus des quatre cas officiellement connus et dont les identités ont été par ailleurs révélées, plusieurs membres du gouvernement et bon nombre de ministres – conseillers relevant de la présidence et de la primature  ont été également dépistés positifs du coronavirus, nous ont rapporté des sources indépendantes crédibles. Alors que les quatre personnes contaminées et malades sont totalement isolées au centre de traitement et se portent bien, 725 autres exposées y compris leurs contacts identifiés, sont mises en quarantaine. Malheureusement, certaines d’entre elles ne respectent pas leur confinement total, ont soutenu d’autres sources proches de l’@OmsCentrafrique, ce mardi 24 mars 2020. Pour finir, le personnel de l’hôtel du Centre où était logée Léonie Kangala a été dépisté, mais personne n’a été testée positive.

Dans le registre des informations sur l’évolution du Covid – 19 en Centrafrique au sujet desquelles l’association des malfaiteurs au pouvoir depuis mars 2016 refuse délibérément de communiquer et d’échanger avec le grand public, figure en première place le cas désormais très préoccupant du ministre – conseiller en charge des organisations à la présidence Fidèle Gouandjika. En effet, son état de santé s’est aggravé. Son épouse qui travaille à l’Institut de Pasteur de Bangui, a été elle aussi testée positive, et très affaiblie par le développement de la maladie, a été confinée. Nous ne pouvons clore ce chapitre de rétention délibérée d’informations, sans évoquer les cas des ministres Mbata et Kamach, d’une part, et celui du ministre – conseiller à la direction générale des grands travaux, un certain Pascal Bida – Koyagbélé dont le décret a été jugé non – conforme à la constitution du 30 mars 2016, d’autre part.

S’il est établi qu’à la demande de l’ambassadeur de France, présent le vendredi dernier à l’aéroport international Bangui M’Poko, le neveu du mathématicien de Boy – Rabé s’est enfin résolu, il y a deux jours, à se confiner chez lui quelque part à Boali, il n’en est pas ainsi pour son collègue en charge de l’environnement, l’un des poulains du feu « Vieux et Grand Kamach ». A l’exemple de Touadéra et Ngrébada, il continue sans aucune gêne de vaquer à ses occupations, comme si de rien n’était. Cette même approche comportementale est adoptée par le fils à feu Bida – Koyagbélé, après passé plusieurs jours à l’extérieur, notamment en Turquie et au Congo où il avait pris part à la cérémonie d’inauguration de la route la route Sembe-Souanké-Ntam, longue de 143 km, reliant Brazzaville à Yaoundé. Tout comme Kamach, il exerce ses activités quotidiennes, ignorant qu’il peut être un danger public pour ses proches, ses collaborateurs et d’autres personnes.

Comme nous pouvons tout naturellement le constater, fort de tout ce qui précède, et de même que nous l’avons souligné plus haut, nous sommes toujours face à un Etat failli au service exclusif des malfaiteurs et des buveurs de sang qui a fait du mensonge institutionnalisé son seul mode de communication avec le peuple. Tout comme l’enfant qui a fait une bêtise et qui ment de peur d’être puni, l’association des malfaiteurs au pouvoir refuse de dire la vérité au peuple, et au – delà reconnaître sa faute ou sa manière trop légère et foncièrement amateuriste de gérer cette épidémie, et a tout simplement peur des conséquences qui doivent en découler. Mais si elle pense que cette méthode est une arme imparable pour une masse naïve, avec l’éclatement de la pandémie du Coronavirus qui sévit dans le monde et dont les premiers cas ont été dépistés en Centrafrique, il y a de forte chance que l’arme du mensonge ne passe plus cette fois. Car, face au danger que cette épidémie représente pour le peuple centrafricain sans exclusif, il n’y aura dans les heures à venir que peu de gens pour continuer à croire à leur mensonge et à le transformer en réalité.

Ainsi donc avertis, l’heure est grave et il est plus qu’urgent que le ministre de la santé et de la population Dr Pierre Somsè dise plutôt toute la vérité au peuple sur cette épidémie et son développement en animant tous les jours une conférence ou un point de presse  que de continuer à faire l’apologie des contre – vérités.

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here