Centrafrique : Conférence de presse de l’archevêque de Bangui suite à sa tournée dans la diocèse de Alindao du 14 au 26 février 2024

0
106

Bangui: Conférence de presse de l’archevêque de Bangui

Après la tournée de Son Eminence Dieudonné Cardinal Nzapalainga dans la diocèse de Alindao du 14 au 26/02/24, il a tenu, ce 12/03/24, à l’archevêché de Bangui, une conférence de presse dont voici le texte intégrale ci-dessous:

Du 14 au 26 février 2024, j’ai effectué une visite pastorale dans le diocèse d’Alindao. Après une escale à Bambari, le convoi, composé de 12 personnes, arrive le 15/02/2024 à Poudjio,  la 1ère ville d’entrée dans le diocèse d’Alindao. Nous avons été accueillis par mon confrère du diocèse d’Alidao, Mgr Cyr-Nestor Yapupa, Evêque de Alindao et par  une grande foule. Poudjio est située à 60 km de la ville épiscopale ; elle appartient à la commune de Yambele.  A Poudjio, il y a eu une célébration eucharistique dans la quasi paroisse ste Thérèse.

Apres la messe, Je me suis entretenu avec les autorités locales de Poudjio. Elles ont tous exprimé leur inquiétude en ce qui concerne la sécurité, l’éducation, la santé, la cohésion sociale. A la fin de cette réunion, j’ai offert une moto aux forces de défense centrafricaine de  cette commune.

Arrivé à Alindao, le 16 /02/24, Mgr Cyr-Nestor Yapupa et  moi avons pris la route de Mingala le lendemain ; Nous avons présidé une célébration eucharistique à  la paroisse Christ Roi de Mingala. Après, nous avons  rencontré le sous-préfet, le maire de la ville, les chefs de village, les leaders religieux (les imams, pasteurs), le président de la jeunesse, la présidente de l’OFCA(Organisation des Femmes de CentrAfrique). Les échanges ont porté sur la sécurité,  la santé et  l’éducation.

A la suite de cette étape de Mingala,  Nous avons été successivement à Bingui,  à Mangadja,  à Kembe, à Nganda, à Limassa, à Dimbi et  à Konbgo.  Dans ces différentes villes, il y a eu des célébrations eucharistiques et  des rencontres avec les autorités  locales. Les problèmes de sécurité, de cohésion sociale, de santé et de l’éducation ont été au centre des discussions dans ces villes.

Le 24/02/2024, nous sommes revenus, après la visite de ces différentes localités, à la ville  épiscopale, Alindao.  Il y a eu une grande célébration eucharistique en la cathédrale Sacré cœur du diocèse, le 25/02/24. A la fin de cette célébration, nous avons rencontré les autorités d’Alindao ;  comme toujours, les discussions ont porté sur les problèmes de sécurité, de cohésion sociale, de santé et de l’éducation.

Dans chacune de ces localités, j’ai fait la mobilisation sur l’auto prise en charge à la suite de laquelle une quête  mandako a été  organisée suivie des promesses de dons. La grande surprise est que, dans chaque ville,  toutes les  couches sociales (enfants, jeunes, hommes, femmes, cultivateurs, revendeuses, vendeurs de vins de palm,  travailleurs dans le projet Londo…)  et  les autres confessions religieuses (musulmans et protestants) ont participé tous à cette quête et ont fait des promesses de dons . Voilà des  acquis qu’il faudrait préserver et développer.

Notons que les  villes de kembe, de Mingala, sont encore  surveillées par les groupes armés non identifiés. L’accès à ces différentes villes visitées a été très difficile ; car  les routes sont très dégradées, défoncées. Elles sont dans un  état indescriptible. Il faut vraiment avoir l’amour pour ces populations pour oser aller les voir.

La population de ces villes en particulier Kembe, Limanssa  et Mingala vivent dans des conditions très difficiles, Et dans cette précarité, elles ne bénéficient pas d’aide (vivres comme non-vivres). Mingala par exemple, on peut dire  qu’elle fait partie des villes oubliées : Un seul lit pour tout un hôpital ; et les produits qu’on envoie à cet hôpital restent à Alindao et sont partagés là. On trouve des femmes  qui ont un seul pagne. Voilà  autant de défis qui touchent la dignité humaine et surtout la dignité de la femme.

Je lance un appel au gouvernement, à la communauté internationale et à chaque centrafricain et centrafricaine de venir au secours de ces populations abandonnées à leur triste sort.

Que  Dieu touche le cœur de chacun pour que nous puissions d’être sensibles à la misère de nos frères et sœurs  de ces villes de notre  pays. Que Dieu vous bénisse.

Je vous remercie.

Dieudonné Cardinal NZAPALAINGAArchevêque Métropolitain de Bangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici