Centrafrique : comment peut – on réduire la pauvreté par le renforcement de l’agriculture et de la résilience du système alimentaire dans un pays in conflict , divisé et mis en coupes réglées par les mercenaires du Groupe Wagner ?

0
154

Banque mondiale : la réduction de la pauvreté en République centrafricaine passe par le renforcement de l’agriculture et de la résilience du système alimentaire

BANGUI, 16 novembre 2023 – La revitalisation de l’agriculture est indispensable pour stimuler la croissance et juguler une pauvreté généralisée en République centrafricaine (RCA), selon le tout premier rapport d’évaluation de la pauvreté réalisé par la Banque mondiale pour le pays.

Alors que 70 % de la population en âge de travailler dépend de l’agriculture, le renforcement de ce secteur apparaît comme le moyen le plus direct d’améliorer les moyens de subsistance et de nourrir la population, indique le rapport publié aujourd’hui.

En proie à des décennies de conflit, d’instabilité politique et de faible croissance, la RCA affiche l’un des taux de pauvreté les plus élevés au monde : près de sept personnes sur dix se trouvent en situation d’extrême pauvreté — 65,7 % des Centrafricains vivent avec moins de 2,15 dollars par jour — et plus de la moitié n’ont pas les moyens de se nourrir suffisamment, même en consacrant l’intégralité de leurs dépenses de consommation à l’alimentation.

Au sein d’une population qui compte plus de six millions d’habitants, beaucoup souffrent de privations non monétaires extrêmes : près de neuf personnes sur dix n’ont pas accès à l’électricité, le taux de scolarisation dans le secondaire n’est que de 16 % et 2,5 % seulement des routes sont asphaltées.

« On ne saurait trop insister sur l’urgence de stimuler la croissance économique en République centrafricaine et de sortir la population de la pauvreté. Revitaliser l’agriculture et plus largement mettre en place des filets de protection sociale pour les plus vulnérables, développer le capital humain et favoriser le développement du secteur privé seront essentiels », commente Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Le rapport fournit un ensemble de nouvelles données pour aider à mieux cibler les politiques et programmes sociaux et de développement de manière à atteindre les habitants les plus vulnérables. Il propose une feuille de route pour lutter contre la pauvreté qui met l’accent sur le renforcement de l’agriculture en tant que priorité majeure pour générer de la croissance économique et réduire l’insécurité alimentaire dans le pays. L’agriculture pluviale y étant prédominante, le manioc, le maïs, le riz, le sorgho et le millet constituant les principales cultures vivrières, le rapport note que ces activités peuvent s’avérer vulnérables aux chocs climatiques.

La productivité agricole est faible faute d’accès aux intrants essentiels (engrais, irrigation et équipements) et aux marchés (manque de routes asphaltées et commerce limité). D’où l’importance d’investir dans les infrastructures pour accroître l’accès des agriculteurs aux marchés et améliorer ainsi la productivité agricole et les moyens de subsistance.

Le rapport met en avant une série de mesures urgentes et de long terme pour stimuler et maintenir une croissance favorable pour sortir la population centrafricaine de la pauvreté. Il s’agit de renforcer :

  • Les filets de protection sociale : les filets sociaux jouent un rôle essentiel pour répondre aux besoins immédiats des habitants confrontés aux formes les plus extrêmes de privation et pour les protéger contre les chocs. Actuellement, 1 % seulement des Centrafricains vivent dans un ménage recevant des transferts monétaires de l’État, et 14,3 % dans un ménage recevant une aide alimentaire en nature. Les ménages adoptent par conséquent des stratégies de survie consistant notamment à réduire leur consommation de nourriture, avec le risque d’affaiblir les investissements dans le capital physique et humain.
  • Le capital humain : les politiques visant à renforcer le capital humain, en investissant dans l’éducation et la santé, mais aussi dans l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, peuvent permettre d’amorcer une réduction durable de la pauvreté. Le développement du capital humain et des infrastructures de base pourrait réduire la pauvreté monétaire. Or, un grand nombre d’habitants vivent à une distance bien trop éloignée des écoles, avec une situation particulièrement critique dans les zones reculées et rurales et en ce qui concerne les établissements secondaires ; cet éloignement est corrélé à un taux de scolarisation plus faible et à une pauvreté plus élevée.
  • Les infrastructures et le commerce : un habitant sur dix environ vit à plus d’une heure de marche d’une route primaire, secondaire ou tertiaire. La modernisation des infrastructures, en particulier les réseaux électrique et routier, et les réformes macroéconomiques visant à stimuler le commerce et l’investissement privé peuvent contribuer à poser les fondements nécessaires à une réduction de la pauvreté.
  • La paix et la sécurité : la promotion de la paix et de la sécurité est également essentielle, et toutes les politiques de lutte contre la pauvreté doivent être conçues en tenant compte d’un contexte national marqué par des déplacements de population et une situation de conflit.

« Poursuivre la dynamique engagée sur la collecte de données pourrait aider à concevoir, mettre en œuvre, suivre et évaluer les politiques nécessaires pour améliorer la qualité de vie de la population centrafricaine », souligne Luis Felipe López-Calva, directeur du pôle Pauvreté et équité de la Banque mondiale.

Le rapport s’appuie sur une collecte sans précédent de microdonnées pour proposer des stratégies réalistes visant à sortir les Centrafricains de la pauvreté. Il repose principalement sur l’Enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages (EHCVM), dont les résultats permettent d’évaluer le niveau de pauvreté en RCA pour la première fois depuis plus d’une décennie. L’EHCVM, menée en collaboration avec l’Institut centrafricain des statistiques et des études économiques et sociales (ICAEES) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a recueilli des données sur un large éventail d’indicateurs socio-économiques, y compris auprès de la population déplacée à l’intérieur du pays.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2023/025/AFW

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici