Centrafrique : Comment CSP a manœuvré pour installer l’Imposteur et le Criminel de Bangui au pouvoir en mars 2016 !

0
106

 

Lors des élections présidentielles de 2015-2016, Constant Gouyomgbia-Kongba-Zeze – dont l’une des filles Cynthia est secrétaire à la Présidence – bénéficie du soutien de Samba-Panza. Rachel Ngakola, Directrice générale des douanes gère ses comptes de campagne et celui-ci bénéficie ainsi d’importants moyens de communication – jusqu’à 3 millions de Fcfa par semaine…-.

Cela n’empêche pas ce candidat qui s’est distingué par d’importants détournements lorsqu’il était Directeur général de la Caisse d’Amortissement des Dettes de l’Etat – CAADE – de n’obtenir que 0,49% des voix au premier tour de ces élections…

Derrière le soutien de cette candidature en trompe l’œil, les autorités de transition organisent un vaste système de fraude validé par l’ambassadeur de France à Bangui Charles Malinas en faveur de Faustin-Archange Touadéra. C’est Joseph Mabingui le Directeur de cabinet de la présidente et ami de longue date de Touadéra qui appuie ce choix, facilité par le fait que son épouse Brigitte Touadéra née Béléma est Banziri.

Jean-Jacques Demafouth nommé par un décret muet de CSP « superviseur général des élections » chapeaute en toute illégalité le travail de l’Autorité Nationale de Elections. On assiste alors à des cas de fraudes extrêmement graves : distribution massive de bulletins de vote préremplis, existence de bureaux de vote fictifs, modification de procès-verbaux par des responsables administratifs ou encore au vote d’électeurs dépourvus de tout document d’identité…

Autant de manœuvres qui expliquent ce score très surprenant de Touadéra – loin de faire partie des favoris de ce scrutin – au premier tour de ces élections. Les autorités de transition continuent sur leur lancée durant l’entre-deux-tour. Le ministre des Finances, Abdallah Kadre et de Rachel Ngakola font ainsi réquisitionner un avion de la compagnie Minair déjà loué par son concurrent pour aller battre campagne dans l’arrière-pays…

L’ensemble de ces moyens mis en œuvre au profit d’un candidat approuvé par l’ambassadeur Malinas permettent de parler de trucage des élections par les autorités de transition alors que celles-ci étaient chargées de les organiser en toute impartialité…

Signalons aussi le cas de la cinquantaine de véhicules offerts par l’Angola dans le cadre de l’élection présidentielle qui après avoir été stockés à Yaoundé par l’entourage de la Présidente vont se volatiliser…

Juste avant de quitter ses fonctions, Catherine Samba-Panza nomme par le décret sa fille Christelle comme ambassadrice « extraordinaire et plénipotentiaire de la RCA » en Guinée équatoriale, une nomination que ne remettra d’ailleurs pas en question Touadéra une fois installé sur le fauteuil présidentiel…

Lors de l’investiture du nouveau président « élu », Samba-Panza arrive sous les huées des banguissois clôturant ainsi d’une bien triste manière cette période…

Un audit de cette transition réalisé par la Cour des comptes met en lumière un certain nombre de dossiers de détournements et de malversations commis sous la Présidence Samba-Panza. Les conclusions de cet audit, qui sur instructions de l’exécutif pourraient prochainement filtrer, ne cessent de donner des sueurs froides à l’ex-cheffe de l’Etat qui ne cesse de se plaindre de cette situation en affirmant en privé comme en public que sans elle « Touadéra n’avait aucune chance d’être au second tour… »

Lu Pour Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici