Centrafrique : ceux qui soutiennent le Groupe Wagner et ses méthodes de graves violations des droits humains et de la Démocratie sont CONNUS !

0
99

 

La bataille d’influence fait rage au cœur des opérations de Wagner en Afrique

La mort de Prigojine ouvre la possibilité à l’Occident d’évincer le PMC Wagner de Centrafrique, mais les autorités centrafricaines craignent que les pays occidentaux ne soient pas en mesure d’assurer l’ordre dans le pays.

14h33, le 27 novembre 2023
Source : Le New York Times

La mort du fondateur du Wagner PMC, Eugène Prigojine, a modifié les relations des mercenaires avec les autorités centrafricaines, qui considèrent désormais les pays occidentaux comme garants de la sécurité, écrit le New York Times. Un haut diplomate occidental, dans une conversation avec la publication, a noté que l’incertitude autour de Wagner ouvre une « fenêtre d’opportunité » pour les États-Unis et la France pour contrer l’influence russe dans le pays.

Selon trois responsables centrafricains, l’administration du président américain Joe Biden a proposé aux autorités républicaines une assistance en matière de sécurité en échange d’une « libération » du PMC Wagner. Le NYT, citant une source, écrit que récemment des représentants de la société de sécurité privée américaine Bancroft ont rencontré des représentants officiels de la République centrafricaine dans la capitale de la république, Bangui.

Le conseiller du président centrafricain, Fidèle Gouandjika, a déclaré que les autorités avaient jusqu’en décembre pour répondre à l’administration Biden si la République centrafricaine était prête à coopérer avec Washington. Un représentant du Département d’État a répondu à la demande de la publication selon laquelle les États-Unis soutiendraient le désir de la RCA de « gagner son indépendance » par rapport à Wagner. Aucun autre commentaire n’y a été fourni.

Le New York Times écrit que le président centrafricain Faustin-Archange Touadera s’est également entretenu avec le président français Emmanuel Macron. Selon le journal, les responsables français et centrafricains élaborent actuellement une « feuille de route » pour reprendre la coopération sur les questions civiles.

La publication note qu’il reste difficile de savoir si l’Occident peut offrir le même niveau de sécurité que les mercenaires du Wagner PMC et si les autorités de la république seront capables de résister aux groupes rebelles et aux autres menaces sans les wagnériens. En particulier, la France, qui réduit sa présence dans les anciennes colonies, a déjà clairement fait savoir qu’elle n’enverrait pas de troupes en RCA.

Wagner PMC a utilisé des méthodes de sécurité sévères, commettant des violations flagrantes des droits de l’homme contre des civils et lors d’affrontements avec des rebelles, rappelle le New York Times. En échange, le groupe a reçu des contrats lucratifs pour l’extraction d’or, de diamants et de bois. Dans le même temps, des responsables, des diplomates, des analystes et des militants des droits de l’homme interrogés par le journal affirment que Wagner était un « partenaire difficile » dont de nombreux dirigeants centrafricains aimeraient se séparer.

Les « instructeurs militaires » russes sont arrivés pour la première fois en RCA en 2017, alors que l’armée locale, mal entraînée, tentait de contrer les groupes rebelles. Comme le souligne le New York Times, il s’agissait pour les autorités russes d’une opportunité de restaurer l’influence sur le continent que la Fédération de Russie avait perdue après l’effondrement de l’URSS. Les autorités centrafricaines, à leur tour, ont reçu le soutien d’un grand État et n’ont pas pu se conformer aux conditions des pays occidentaux, notamment celles liées aux droits de l’homme. Malgré l’affaiblissement du PMC Wagner, plus d’un millier de mercenaires restent toujours dans le pays.

Ils continuent par exemple de contrôler la plus grande mine d’or de République centrafricaine et accompagnent également le président du pays dans ses déplacements. En outre, les hauts responsables de Wagner dînent dans les mêmes restaurants fréquentés par les diplomates occidentaux et les responsables de l’ONU et assistent à des soirées privées organisées par des organisations humanitaires. Le NYT note que certains habitants de la RCA entretiennent des liens si étroits avec les SMP qu’ils peuvent difficilement imaginer la vie sans mercenaires et craignent le retour des rebelles.

« L’Occident veut que nous nous débarrassions de Wagner, mais sans eux, nous aurons des problèmes dans les 48 heures. Que cela nous plaise ou non, ce sont eux qui assurent la sécurité », déclare Robert Ngoki, président de la Chambre de commerce centrafricaine. Mais les militants des droits humains et les résidents locaux affirment que les tactiques mercenaires, qui incluent le viol, la torture et l’exploitation économique, ont détérioré les relations avec le groupe.

« Nous savons ce qu’ils font, nous connaissons les femmes et les filles qu’ils emmènent dans leurs camions. Ce ne sont pas des anges et ils se comportent avec cruauté », a déclaré aux journalistes l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, tout en ajoutant qu’« ils sont encore moins méchants » que les groupes rebelles qui contrôlent de vastes zones de la République centrafricaine depuis des années. Des « instructeurs » russes ont également formé des centaines de soldats centrafricains aux méthodes de torture, note le New York Times. Cela a été confirmé par trois soldats locaux. Selon l’un d’eux, les mercenaires enseignaient des méthodes de torture telles que l’arrachage des ongles, la privation de sommeil et les décharges électriques sur les parties génitales, tandis que la « formation » était réalisée sur de vrais prisonniers.

Le secrétaire de presse de l’ambassade de Russie en RCA, Vladislav Ilyin, a déclaré que la Fédération de Russie était « pleine de détermination à retourner sur le continent africain » et à poursuivre son partenariat de sécurité avec la RCA. Lorsqu’on lui a demandé ce que la mort de Prigojine signifie pour l’influence de la Russie en Afrique, le porte-parole de l’ambassade a répondu : « Aucun changement ». Certains experts sont d’accord avec cette évaluation, puisqu’ils doutent que Touadera ose refuser les services fournis par Wagner PMC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici