Centrafrique : ces imposteurs de députés ont une fois de plus violé la loi !

0
173

 

Le samedi 14 août 2021, sur 127 inscrits, 123 oui, 2 non, zéro abstention et 2 bulletins nuls, l’assemblée nationale, composée dans une large partie d’imposteurs de députés et d’indépendants qui ont finalement rallié le MCU et la majorité parlementaire présidentielle, moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes, a adopté, par un vote de confiance, le programme de politique générale du gouvernement, présentée par le premier ministre Henri Marie DONDRA. Axée autour de trois points, cette déclaration vise à recréer la confiance entre les centrafricains pour que tous se sentent impliqués dans les défis actuels qui concernent la sécurité de manière globale, la lutte contre la corruption ; Engager l’Exécutif à redynamiser l’économie pour la rendre attractive dans tous les secteurs ; et Améliorer les capacités des populations centrafricaines afin qu’elles soient en mesure de générer la richesse et la prospérité pour le pays.

Seulement, la procédure en la matière n’a pas été scrupuleusement observée par le bureau de l’assemblée nationale et les 127 représentants nationaux. C’est ce qui ressort de la lecture des dispositions de l’article 29 de la loi organique portant règlement intérieur de l’assemblée national :

«  La Conférence des Présidents comprend : le Président et les vice-présidents de l’Assemblée Nationale ; les présidents des commissions permanentes ; les Présidents des groupes parlementaires. La   Conférence   des   Présidents   est   présidée   par   le   Président   de l’Assemblée Nationale. En cas d’empêchement de celui-ci, il est suppléé par l’un des Vice-présidents suivant l’ordre de préséance. La Conférence des présidents se réunit une fois par semaine pendant les sessions et à tout moment en cas d’urgence. La convocation est faite par écrit du Président de l’Assemblée Nationale quarante et huit heures (48) avant la tenue de la Conférence des Présidents, sauf en cas d’urgence. Elle examine et adopte l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée Nationale. Elle  peut  être  consultée  sur  tout  autre  sujet  par  le  Président  de l’Assemblée Nationale ».

Au regard de ces dispositions, la convocation des travaux relatifs à l’adoption de la Déclaration de politique générale sans la réunion et l’avis technique préalable de la Conférence des Présidents par le président de l’assemblée nationale, constitue de manière évidente une flagrante méconnaissance de la procédure ci – dessus développée. De ce fait, elle n’a jamais examiné et adopté l’ordre du jour des travaux de cette institution. En effet, convoquée en session extraordinaire du 12 au 26 août 2021, le grand – frère de l’Imposteur de Bangui et le bureau de l’assemblée nationale ont tout simplement décidé de contourner ces dispositions. C’est ainsi qu’ils ont fait, pour aller vite en besogne, inscrire à l’ordre du jour du 14 août 2021, après la journée du 13 août consacrée à la célébration du 61ème anniversaire d’indépendance de la République centrafricaine, la séance des débats relatifs à l’examen et l’adoption de la fameuse Déclaration de politique générale.

De ce qui précède, il n’est pas étonnant, avec un bureau de l’assemblée nationale déterminé à fouler systématiquement au pied les dispositions de la loi organique portant règlement intérieur de l’assemblée nationale, soutenu par des députés – imposteurs et des députés indépendants corrompus jusqu’à la moelle, à l’exemple de ceux qui se sont fait passer pour des jeunes députés mais qui, en réalité, ont été sommés de baisser leurs culottes pour éviter d’être éclaboussés par des révélations sur leurs arrangements avec le MCU, que cette Déclaration ait été votée à l’unanimité. Et pourtant, en sus de la violation de l’article 29 sus – évoqué, il y a de quoi à empêcher son adoption : la non – reddition des comptes budgétaires des lois de finances de 2016 à 2021 par un certain Henri Marie Dondra, jadis ministre des finances et du budget, d’une part, et l’insécurité généralisée qui constitue de redoutables freins, du fait des activités des groupes armés qui écument le pays et qui sont qualifiés de partenaires sûrs par un certain Firmin Ngrébada sur les antennes de RFI, à la traduction en actes de tout ce beau discours, d’autre part.

Ainsi donc, comme pendant la 6ème législature, nous n’avons pas affaire, une fois de plus, à des hommes et des femmes qui sont soucieux de leurs électeurs et s’efforcent dans leurs actes de tous les jours à dénoncer leurs malheurs et à exprimer leurs espoirs. Nous avons en face de nous des traîtres à la patrie et des homosexuels à l’exemple d’un certain Algoni.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here