Centrafrique : « Bria » : la CPC lance un ultimatum à la Minusca et projette engager plus de 20.000 dans la bataille

0
94

 

La Coalition des Patriotes pour le Changement, regroupement des principales organisations armées signataires de l’Accord de paix de Khartoum du 6 février 2019 qui ont attaqué la ville de Bangui, le 13 janvier 2021, en réponse au refus catégorique de l’Imposteur de Bangui d’organiser un dialogue politique inclusif avec toutes les forces vives de la nation, les groupes armés y compris, et aux catastrophiques élections du 27 décembre 2020 à l’issue desquelles le candidat Touadéra a été déclaré élu par l’ANE par seulement 17% du corps électoral et desquelles plus de 300.000 Centrafricains ont été délibérément exclus,  lance un ultimatum à la Minusca pour ses soutiens manifestes aux mercenaires russes et aux Faca et projette engager dans la bataille de Bria plus de 20.000 homme dans les heures à venir.

« Comme vous le savez, c’est suite au refus de Touadéra de discuter avec toutes les filles et tous les fis de ce pays et au holdup électoral de 2020 que nous avons attaqué la ville de Bangui pour manifester notre mécontentement. A la demande formelle des  chefs d’état de la Ceeac et de la Gircl, et conformément aux recommandations de la feuille de route de Luanda relatives à la déclaration d’un cessez – le – feu, indispensable au retour de la paix, nous avons accepté de libérer le Corridor Bangui – Garouamboulaï et de desserrer l’étau autour de Bangui et des principales villes des provinces que nous avons occupées. Malheureusement c’était sans compter avec la roublardise de Touadéra qui en a profité pour lancer ses mercenaires russes et rwandais contre les populations civiles. Ils ont commis de graves actes d’exactions, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, recueillis, enregistrés, documentés et publiés par les experts de l’Onu. Comme si tout cela n’était pas suffisant pour lui, après avoir opposé une fin de non – recevoir au dialogue politique inclusif, au cessez – le – feu, à sa politique de désinformation et au départ immédiat et sans condition de ses mercenaires, le voilà qui veut modifier la constitution pour une présidence à vie. A toutes ces dérives autocratiques, nous disons Non,  et nous avons convenu de reprendre les armes pour le chasser du pouvoir. Mais, au lieu d’être neutre et de veiller scrupuleusement à la sécurité et la protection des populations, la Minusca et la représentante du secrétaire général de l’Onu, la rwandaise Valentine Rugwabiza ont choisi de prendre faits et cause pour l’usurpateur et le Petit Néron Touadéra et nous empêchent de libérer la ville de Bria. Alors nous leur disons ceci : qu’ils se rangent du côté de la population et nous laissent en découdre avec Touadéra. Dans le cas contraire, comme les Talibans l’ont en Afghanistan, nous engagerons dans les prochaines heures plus de 20.000 hommes armés contre eux  dans la bataille décisive de Bria », s’est exclamé le porte – parole de la CPC et membre du FPRC Aboubackar Siddick Ali.

Rappelons que depuis plusieurs jours, après de rudes batailles de Boungou et Aïgbado, les combattants de la CPC ont fait leurs entrées dans la ville de Bria avant de s’en retirer suite à l’intervention des soldats onusiens pour éviter des pertes en vies humaines parmi la population civile. Au même moment, la situation s’empire dans le Nord – ouest où il est signalé partout d’importants mouvements de rebelles de la CPC et où des ponts ont été incendiés.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here