CENTRAFRIQUE-BERBÉRATI: LA GUERRE EST DÉCLARÉE ENTRE LES PARTIS MCU ET KNK

0
444

De sources généralement bien informées en provenance de Berberati, chef-lieu de la préfecture de la Mambéré-Kadei située à 584 Km (par le 4è parallèle) à l’Ouest de la RCA, l’ancien Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, ci-devant Secrétaire exécutif du parti présidentiel Mouvement des cœurs unis (MCU), a été la semaine dernière à la tête d’une équipe de son parti pour une tournée dans l’Ouest de la République centrafricaine en vue de l’installation des organes de base du nouveau parti MCU. Mais au lieu de faire une campagne d’information et de sensibilisation pour obtenir l’adhésion libre et volontaire des Centrafricains en âge de militer dans un parti politique, sieur Sarandji et son équipe auraient opté pour un raccourci anti-démocratique et dictatorial consistant à transformer tous les organes de base du KNK en structures de base du MCU.
Si dans certaines localités parcourues par la mission Sarandji et notamment des villages excentriques la stratégie de récupération a marché à 50% environ, il en a été tout autrement pour les quartiers urbains, semi-urbains et leurs périphéries où la résistance a été farouche. Les responsables des cellules et sections du parti KNK ont refusé leur métamorphose en MCU. C’est cette résistance qui aurait provoqué l’ire du sieur Sarandji qui ne serait pas passé par quatre chemins pour imposer son schéma, surtout que la plupart des responsables des organes de base du KNK ayant refusé d’adhérer au MCU sont des fonctionnaires et agents de l’Etat, des agents municipaux et des agences locales ou régionales des entreprises et offices publiques.
Toujours d’après nos sources locales, Sarandji aurait proféré des menaces à l’égard de ces agents publics comme quoi s’ils n’adhèrent pas au MCU, ils vont perdre leurs postes, ils seront réaffectés à Bangui et remplacés par d’autres.


Informé de cette situation qui met en difficulté le parti KNK et ses cadres, le secrétaire général par intérim dudit parti, le député Bertin Béa accompagné de Jean Francis Bozizé et d’autres membres du bureau politique, sont allés sur le terrain pour vérifier les faits. Des rapports à eux faits par les militants et cadres du parti KNK et notamment ceux de Berberati, il ressort effectivement que:
-sieur Sarandji n’a d’autres méthodes et stratégies que de transformer, à coup de menaces et de persécutions, les organes de base du KNK en ceux de son nouveau parti dénommé MCU;
-sieur Sarandji a effectivement promis des sanctions allant du relèvement des postes de responsabilité à leur réaffectation à Bangui voire à Birao, Ndélé et Obo, à tous les agents publics militants du KNK qui refuseraient d’adhérer au MCU;
-sieur Sarandji et son équipe auraient donné des instructions aux autorités politiques et administratives de la région d’envoyer à Bangui la liste de tous les fonctionnaires et agents publics qui continuent de militer dans le KNK ainsi que dans les autres partis politiques tant de la majorité présidentielle que de l’opposition.
C’est donc un climat de terreur qui règne partout où la mission Sarandji est passée. La mission KNK conduite par Bertin Béa s’en inquiète et crie à la dictature, à la tyrannie et à l’ingratitude, ces thèmes favoris pour critiquer le régime Touadéra.
Certains militants du KNK influents dans la région auraient déclaré qu’ils ne vont pas céder aux menaces et intimidations des hommes de Touadéra qui sont tous pourtant sortis des entrailles du KNK. Ils se disent même prêts à prendre des armes pour défendre leur droit et leur liberté d’être ou de rester militants du KNK. On aurait compris que ceux là sont les miliciens anti-balaka, la milice du KNK qui a fait la résistance et la guerre contre l’ex séléka de Michel Djotodia.
Avec le refus des autorités de Bangui de délivrer un passeport au président fondateur du KNK en exil, François Bozizé, ainsi que les démêlées judiciaires de ce dernier et de son fils Jean Francis Bozizé, le KNK semble dire: trop c’est trop.
Affaire à suivre.
Par Mesmin Madidé-Aladila
Source: MEDIAS+

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here