Centrafrique : au moins huit soldats centrafricains tués à Nzako dans le Mbomou

0
141

Centrafrique : au moins huit soldats centrafricains tués à Nzako dans le Mbomou

Plus de 72 heures après l’assaut des hommes de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) contre une position des Forces armées centrafricaines à Nzako dans le Mbomou, la situation sécuritaire demeure confuse. Cette localité a été, samedi dernier à l’aube, le théâtre d’un affrontement entre l’armée nationale et les rebelles de la CPC. Attaque qui a causé la mort d’au moins huit (8)  militaires.

Après les affrontements de samedi, selon les sources locales et humanitaires, la ville de Nzako est passée sous le contrôle des rebelles de la CPC. Ces affrontements, qui ont duré plus de 5 heures, se seraient soldés par la mort d’au moins huit éléments des Forces armées centrafricaines, dont le commandant de la zone. Cependant, le bilan du côté des assaillants n’est toujours pas connu.

« Nous avons toujours peur de sortir… »

Pris de peur et craignant d’éventuelles représailles, les habitants de la localité sont cloîtrés chez eux.

« Samedi vers 5 heures du matin, alors qu’on était au lit, nous avons entendu de fortes détonations d’armes. Celles-ci ont duré pendant plusieurs heures. A notre grande surprise, les rebelles ont pris le contrôle de la ville. Les autorités nous ont fait savoir qu’il y a eu une dizaine de morts parmi les militaires. Nous avons toujours peur de sortir car les rebelles sont dans la ville » a témoigné un habitant de Nzako.

Par ailleurs, des sources indiquent qu’après ces heures de combats, les éléments de l’armée nationale se seraient retirés de la ville. Selon ces mêmes sources, ces derniers sont arrivés à Bakouma, localité située à 60 kilomètres de Nzako. Concernant les civils retenus en otage par les assaillants, aux dernières nouvelles, ils sont libérés après plusieurs heures d’audition.

« Ils ont libéré la maire et quelques personnes »

« Les militaires ne sont pas actuellement ici. Certains se sont repliés sur l’axe Bria. Le réseau téléphonique est déjà rétabli. Pour l’instant, ce sont les rebelles qui occupent leur base. Hier dans la journée, ils ont libéré la maire, un chef de groupe et quelques personnes après les avoir auditionné « a expliqué un autre habitant.

A Bangui, les autorités politiques et militaires n’ont pas encore réagi à cette nouvelle attaque contre l’armée nationale. Le 28 avril dernier, des éléments de la CPC avaient attaqué la même position des éléments Faca dans cette localité. L’attaque avait fait au moins 7 morts et 5 blessés parmi les militaires centrafricains.

RNL

Lu Pour Vous

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here