Centrafrique : au moins 20 villageois sont tués lors d’une attaque rebelle dans le nord

0
143

 

Au moins 20 villageois sont tués lors d’une attaque rebelle dans le nord de la République centrafricaine

BANGUI, République centrafricaine — Au moins 21 personnes, dont des enfants et un soldat, ont été tuées par les rebelles lors d’attaques visant un avant-poste de sécurité et un village du nord de la République centrafricaine, selon les autorités locales. « Les rebelles ont d’abord attaqué les postes de contrôle de l’armée, tuant une personne et en blessant plusieurs autres, avant de s’attaquer à la population civile, tuant une vingtaine de personnes », a attaqué jeudi Ernest Bonang, un député fédéral qui représente Nzakoundou, le village.

Les assaillants ont incendié des maisons du village, qui a été « vidé de sa population », a déclaré Bonang. La République centrafricaine, riche en minerais mais pauvre, est confrontée à des combats intercommunautaires depuis 2013, lorsque les rebelles de la Séléka, majoritairement musulmans, ont pris le pouvoir et ont forcé l’ancien président François Bozizé à démissionner de ses fonctions. Les milices à majorité chrétienne ont ensuite riposté, ciblant également les civils dans les rues.Les Nations Unies, qui ont une mission de maintien de la paix dans le pays, estiment que les combats ont tué des milliers de personnes et déplacé plus d’un million de personnes, soit un cinquième de la population du pays.

Personne n’a immédiatement revendiqué la responsabilité de la dernière attaque, mais les habitants ont imputé la responsabilité aux 3R, ou groupe Retour, Réclamation, Réhabilitation, l’une des nombreuses milices du nord de la RCA. Le groupe prétend se battre pour protéger la population minoritaire peule, mais est accusé de massacres et de pillages de villages depuis son apparition en 2015. « Les rebelles ont une fois de plus transformé ma ville en bain de sang », a déclaré Joséphine Helari, maire de Ndjim.

« Aujourd’hui, de nombreuses familles sont sans abri et contraintes de quitter leur foyer parce que leur maison a été incendiée. » Helari a également exhorté les autorités à faire davantage pour mettre fin aux violences dans le nord de la RCA, où les rebelles ont défié les mesures et les efforts de sécurité mis en place sous le président Faustin Archange Touade. « Cette tension sécuritaire montre clairement que l’Etat a oublié la région », a déclaré Ozias Carrière Lagbo, membre de l’opposition. « Même s’il y a un détachement militaire (dans la région), il y a un manque de moyens militaires pour faire face à tout incident. »

The Washington Post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici