Centrafrique : après Paris, l’Imposteur et le criminel de Bangui était à Cuba et se rendra aux Etats – Unis

0
92
DISCOURS
DE SON EXCELLENCE LE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT,
A L’OCCASION DU SOMMET DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENT DU G 77+ CHINE.
La Havane, Cuba, 15 septembre 2023.
Excellence Monsieur Miguel Diaz-Canel Bermudez, Président de la République de Cuba;
 Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;
 Mesdames et Messieurs les Chefs de délégations ;
 Mesdames et Messieurs ;
Au moment où je prends la parole, au nom de la République Centrafricaine, à ce Sommet du Groupe des 77 plus la Chine qui se déroule dans cette merveilleuse ville de La Havane, je tiens à remercier le Président Miguel Diaz-Canel Bermudez, le Gouvernement et le peuple Cubains, pour leur chaleureuse hospitalité
Je voudrais également féliciter le Président Miguel Diaz-Canel Bermudez, pour le rôle important que joue le Cuba au sein du G 77 plus la Chine en matière de promotion de la coopération Sud-Sud en tant que voie idéale vers un développement équitable et inclusif.
Le multilatéralisme comme principe directeur des stratégies de coopération Sud-Sud, développé par le G77 et la Chine, en dépit des différences culturelles, géographiques et économiques, offre à nos pays une meilleure opportunité de relever collectivement les défis actuels du développement.
 Excellences;
 Mesdames, Messieurs ;
Les catastrophes naturelles extrêmement violentes qui viennent d’entraîner de milliers de pertes en vies humaines et matérielles au Maroc et en Libye donnent une signification profonde au thème de ce Sommet et nous interpellent sur l’urgence pour la science d’identifier les régions du monde particulièrement vulnérables à des événements climatiques extrêmes, et de mettre à la disposition des Etats des informations nécessaires afin d’en limiter les dégâts.
La République Centrafricaine a toujours manifesté un intérêt particulier pour le rôle de la Science, de la technologie et de l’innovation dans la production de connaissances, la réponse aux défis socioéconomiques et les solutions aux effets pervers des changements climatiques en particulier.
Elle est persuadée que le pouvoir de l’innovation peut ouvrir la voie vers la prospérité, s’il y a un réel engagement des Etats sous la forme d’une diplomatie scientifique, dans le cadre d’un partenariat stratégique, technique et financier, libre et élargi qui prend en compte les quatre axes suivants :
1. L’énergie, un domaine où l’innovation peut avoir un impact profond.
De nombreux pays en développement sont confrontés à des difficultés pour répondre à leur demande croissante d’énergie, et les combustibles fossiles traditionnels ne suffisent plus à fournir des solutions durables et abordables.
En adoptant les technologies des énergies renouvelables, telles que l’énergie solaire, l’énergie éolienne et les systèmes avancés de stockage dans des batteries, ces pays peuvent parvenir à l’indépendance énergétique, stimuler la croissance économique et atténuer les effets néfastes du changement climatique.
2. La connectivité. En élargissant l’accès à l’internet et en investissant dans les infrastructures, nous pouvons réduire la fracture numérique et offrir des chances égales aux individus, même dans les régions les plus reculées.
L’Internet est un outil puissant pour l’éducation, l’esprit d’entreprise et l’innovation, et en veillant à ce qu’il soit accessible à tous, nous pouvons libérer tout le potentiel des pays en développement.
3. La santé. En tirant parti des progrès de la télémédecine, des diagnostics à distance et des dispositifs médicaux portables, nous pouvons apporter des soins de santé de qualité même aux communautés les plus mal desservies.
4. L’éducation. En tirant parti de la technologie, nous pouvons démocratiser l’accès à l’éducation et offrir des chances égales à tous les individus, quel que soit leur milieu socio-économique.
Les plateformes d’apprentissage en ligne, les applications éducatives et les outils interactifs peuvent permettre aux individus d’acquérir des connaissances, de développer des compétences et de libérer tout leur potentiel.
Investir dans l’éducation, c’est investir dans l’avenir.
En dotant les jeunes des outils et ressources nécessaires, nous pouvons créer une génération d’innovateurs, de scientifiques et d’entrepreneurs capables de façonner leur propre destin.
Cette diplomatie scientifique, pour être efficace et mutuellement bénéfique, doit reposer sur des principes essentiels, à savoir:
1. Encourager la collaboration scientifique;
2. Améliorer la résolution collective des défis individuels et communs de développement ;
3. Instaurer la confiance et une compréhension mutuelle entre les parties prenantes ;
4. Promouvoir les acteurs de la diplomatie scientifique ;
5. Soutenir le renforcement des capacités.
Dans le cadre de cette vision, la République Centrafricaine a élaboré un Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix (RCPCA), qui prend en compte la Recherche scientifique et l’innovation technologique dont les priorités sont orientées vers l’agro-industrie, avec la mise en place d’une stratégie nationale de recherche agricole et de réhabilitation des centres de recherche.
Ce cadre stratégique est en cours de mutation vers un programme intérimaire de développement (PID 2024-2026) qui élargit les champs de promotion de la recherche, de la technologie et de l’innovation à tous les secteurs prioritaires du développement durable et du vivre ensemble.
Des efforts sont également entrepris dans le sens de l’augmentation des dépenses intérieures brutes au profit de la Recherche-Développement aux fins d’atteindre la cible principale de l’ODD 9.5 de l’Agenda 2030.
Par ailleurs, la République Centrafricaine est partie prenante aux plans d’action sous régionaux et régionaux dont notamment l’Agenda 2063 assortie de la Stratégie pour la Science, la Technologie et l’Innovation (STISA 2024) de l’Union Africaine et le récent Agenda conjoint de la Recherche et de l’Innovation Union Africaine-Union Européenne.
– Monsieur le Président ;
Pour relever les défis actuels du développement, causés par les chocs climatiques, financiers, énergétiques, alimentaires et les tensions géostratégiques sans précédent, nous devons unir nos efforts et mutualiser nos moyens dans le cadre du G77 plus la Chine, par le biais des projets de recherche collaborative et interdisciplinaire; des initiatives communes permettant à nos experts d’horizons divers de travailler ensemble en vue d’éviter la marginalisation et de réduire les inégalités dans le domaine de la recherche, de l’innovation et du transfert de technologie.
Cette mobilisation devra s’accompagner au niveau national par la nécessité de faciliter l’accès de la jeunesse dès le bas-âge aux technologies à travers la dotation du système éducatif en infrastructures adéquates, afin de les préparer à mettre en valeur les potentialités économiques nationales.
Je suis convaincu qu’en adoptant les énergies renouvelables, en développant la connectivité, en révolutionnant les soins de santé et en démocratisant l’éducation, nous pouvons ouvrir la voie à la prospérité, à la croissance économique et au développement social pour tous.
Adoptons l’esprit d’innovation, collaborons au-delà des frontières et travaillons ensemble pour construire un avenir où chaque nation pourra prospérer.
Je vous remercie.
La Renaissance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici