Centrafrique : âpres et mortelles luttes au sein du MCU pour la succession du président Touadéra

0
70

 

Depuis quelques semaines, rien ne va plus au sein du MCU, le parti politique du président Touadéra. En effet, l’on ne cesse d’assister il y a un certain temps à des attaques voire même des injures de tout genre entre les cadres de ce parti de la majorité parlementaire et présidentielle lorsqu’un groupe de députés ont voulu procéder à la modification de la Constitution qu’ils pensent qu’elle ne cadre plus avec les réalités institutionnelles et socio – politiques de l’heure. Si cette initiative a rencontré l’agrément de plusieurs pontes du MCU, cependant une minorité entre eux aux ambitions démesurées et aux agendas cachés n’entendent pas de cette oreille et multiplient des coups bas politiques et des crocs-en-jambe contre la majorité d’entre eux qu’ils soupçonnent d’être à l’origine de cette initiative qui risque de faire voler en éclat leur plan occulte.

Comme nous pouvons tout aisément le constater, décidemment le bateau MCU est en train de tanguer et si l’on ne fait pas attention, il risque de chavirer par la faute de ses propres militants. Cela est d’autant plus vrai que le grand public centrafricain prend part régulièrement ces derniers temps à des actes de jets de flèches empoisonnées, décochées par les uns contre les autres, sur des sujets d’une extrême gravité qui touchent à la vie de la nation tout entière et à l’existence de cette organisation politique, sans que le président Touadéra ne s’en émeuve personnellement et officiellement afin d’y mettre un terme. Et le plus souvent, loin de susciter un vrai débat à l’interne en vue d’une solution acceptée plus ou moins par tous, ce sont plutôt des altercations personnelles, des propos manifestement calomnieux, outrageants, humiliants et dégradants, et des agressions de bas étage, par personnes interposées auxquels l’opinion est invitée par voie de presse, par le truchement des livers et d’autres mercenaires de la plume, dans le seul but de se régler des comptes politiques.

Fort de ce qui précède, et selon des renseignements de sources policières et militaires, Il va sans dire que depuis sa création le MCU est aujourd’hui plus que jamais divisé après l’initiative de certains de ses cadres et ses députés tendant à la révision de la loi fondamentale. D’après les informations crédibles, portées à la connaissance de notre rédaction par ces différentes sources proches de la présidence, de l’assemblée nationale et de la primature, le chef de file de tous ces contestataires, le maître de tous les enchanteurs n’est rien d’autre que le président de l’assemblée nationale, en la personne de Simplice Mathieu Sarandji, pourtant 1er secrétaire exécutif national du MCU. Il est soutenu dans ce qui ressemble étrangement à une partie d’un combat de boxe sur un ring par certains disciples qui ne jurent qu’en son nom et avec qui il partage et défend les mêmes intérêts.

A titre de rappel, lorsque les jeunes du Front Républicain dirigé par Héritier Doneng, après leur campagne de signature d’une pétition visant à réclamer cette révision constitutionnelle, s’étaient rendus devant la représentation nationale pour remettre leur mémorandum aux députés, le président de l’assemblée nationale s’y est farouchement opposé et a même refusé de les recevoir aux fins de réceptionner cette pétition. Il a fallu que certains membres du bureau de l’assemblée pussent le raisonner et le convaincre, en se fondant sur les dispositions du règlement intérieur, pour que celui-ci se résolût à envoyer son Directeur de cabinet procéder à la décharge de cette pétition. Mais avant cela, des sources indépendantes ont rapporté qu’il a menacé durement le leader des jeunes qu’est Héritier Doneng.

C’est dire que cette initiative n’arrangerait pas l’affaire du PAN qui prépare minutieusement son plan de succéder au président Touadéra avec le concours de ses proches, au terme du présent quinquennat. Cependant, sentant que l’initiative de la modification de la constitution fait son bonhomme de chemin, il ne pourrait donc qu’être résolument déterminé à combattre personnellement les figures de proue de cette procédure de révision constitutionnelle qui, à ses yeux, seraient ceux par qui viendrait son malheur et son pire cauchemar, celui de voir s’évaporer dans la nature son rêve constitutionnel de succéder au président Touadera à la fin de son 2ème mandat.

Comme nous l’avons souligné un peu plus haut, dans cette lutte qui ressemble désormais à un combat de coq dans l’arène politique, Simplice Mathieu Sarandji s’appuierait sur un certain nombre de proches collaborateurs. Dans ce groupe baptisé « Groupe des Légalistes » par ses propres membres, l’on retrouverait au premier rang le stratège de toutes les répliques aux entreprises de Héritier Doneng, Kakpayen et Autres, qu’est son Directeur de cabinet, un certain Souroungba, soutenu par son frère du nom de John qui occuperait actuellement les fonctions de directeur général à l’assemblée nationale. Pour les attaques via les médias, le 1er secrétaire exécutif national du MCU utiliserait les « bons offices » de son chargé de missions en NTIC, le « très talentueux » Bienvenu Guinon Aymard, un ressortissant de la Diaspora centrafricaine de France dont la maîtrise de la technicité serait sujette à beaucoup de cautions selon ceux qui connaissent l’homme personnellement, qui aurait « in hoc casu » pour rôle de contacter directement certains professionnels des lives et certains mercenaires de la plume, pour s’en prendre dans leurs séances et leurs articles à tous ceux qui ne partagent pas leur vision.

Les financiers du Groupe seraient entre autres, le douanier Déya Abazène qui passerait pour l’un des grands délinquants financiers de la direction générale des douanes et des droits indirects, le directeur général de la Socasp Ernest Bata dont le nom a été cité à maintes reprises ces derniers temps dans les multiples cas de vols répétés des carburants stockés dans les dépôts du port pétrolier, le directeur général de Sodiac, le « Grand Marabout » Nélo. Les agents de renseignements du «  Groupe des Légalistes » chargés d’infiltrer le milieu du MCU seraient le directeur de cabinet adjoint du président de l’assemblée nationale, Benjamin Rendékouzou et la femme de Bata qui, elle, assumerait les fonctions d’attachée de cabinet du PAN.

Le mot d’ordre de ces « Légalistes » par rapport à cette initiative est : « ça passe ou ça casse ». C’est dire clairement que ces fameux « Légalistes » sont déterminés à faire barrage à toutes les manœuvres de modification de la constitution en cours, quitte à faire imploser le MCU. D’ailleurs, au moment où nous mettons sous presse, ce n’est un secret pour personne que le président de l’assemblée nationale n’a jamais fait mystère de son ambition de briguer le pouvoir et de supplanter Touadéra.

Comme il l’a toujours répété à qui veut l’entendre que, « qui veut aller loin doit ménager sa monture », lorsqu’il s’était agi de choisir les candidats devant défendre les couleurs du MCU lors des dernières législatives, il a pris le soin de ne choisir que ceux qui sont acquis à sa cause tout en rejetant la candidature de certains « récalcitrants » et certains encombrants à ses yeux. Parmi ces « pestiférés », se trouvaient le 1er vice – président de l’assemblée nationale Ngamana Evariste, de Dengbè Sosthène et Autres. Il a fallu que ces derniers pussent se battre individuellement comme des baroudeurs pour se faire élire députés sans l’étiquette du MCU.

Le but du rejet des candidatures de ces derniers était de préparer le terrain afin de permettre à SMS, Bénito Mussolini le « DUCE » de réunir toutes les conditions pour son élection comme PAN. Une fois que son objectif est atteint, rien ne peut l’empêcher maintenant de briguer la présidence de la République, justement au regard des dispositions de la constitution. C’est ainsi qu’avec son équipe, il a soigneusement travaillé à mettre en marche toutes les batteries pour s’en prendre à tous les cadres qui soutiennent l’initiative en cours, en usant de tous les moyens à sa disposition pour les discréditer aux yeux des Centrafricains.  Et c’est ce que certains membres du MCU apprennent à leurs dépens ces derniers temps à travers des tissus de mensonges sur  leurs comptes, révélés par certains liveurs et certains mercenaires de la plume sur les réseaux sociaux et dans certains organes de la presse écrite et en ligne.

Ce qui est sûr, le combat pour la succession du président Touadera s’annonce très âpre et mortel au sein du MCU. Pourvu que le pauvre Centrafricain n’en pâtisse pas, une fois de plus.

KassaMongonda

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here