Centrafrique : Appel au rassemblement et au sursaut patriotique

0
235
Appel au rassemblement et au sursaut patriotique
Chers compatriotes,
Notre patrie, la République centrafricaine, va mal.
Les mains auxquelles nous avons confié la gestion des affaires de l’État pour un temps se sont révélées peu expertes. Elles ont érigé la corruption, la concussion et le tribalisme en mode de gouvernement. L’histoire retiendra que les autorités actuelles, plus qu’aucune autre, ont livré le pays à la mafia, détricoté le tissu national et hypothéqué l’avenir de millions de nos concitoyens. Notre pays s’est transformé en une arrière-cour pour des individus peu recommandables, des bandits de tout acabit et les plus dangereux repris de justice. Les manœuvres les plus abjectes et les plus éculées, le mensonge éhonté, le non-respect de la parole-donnée ainsi que le double-langage sont devenus les principales caractéristiques du régime qui est à la tête de notre pays.
Nous ne voulons pas faire offense à nos compatriotes en dressant ici la liste des actes et des actions que ce régime mène au quotidien et qui relèvent de crimes de haute trahison. Pour preuve, nos compatriotes de l’arrière-pays sont livrés à eux-mêmes quand ils ont de la chance, sinon ils sont impunément massacrés par les groupes armés que le régime a laissé prospérer et les mercenaires russes, dont la barbarie n’a d’égale que leur cruauté. Le seul crime de ces compatriotes c’est d’être nés sur la terre de leurs ancêtres et de posséder la nationalité centrafricaine.
Les effets prévisibles de l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Poutine, alliée inconditionnelle de nos autorités actuelles, et la mal gouvernance de nos dirigeants, ont entrainé une inflation galopante et la pénurie des produits de première nécessité tels que la farine de blé et l’essence, asphyxiant nos concitoyens, dans l’indifférence totale du gouvernement.
Par ailleurs, le dialogue politique que d’aucuns considéraient comme un rendez-vous de la dernière chance n’a pas tenu toutes ses promesses. Celui-ci a simplement servi de prétexte à nos autorités pour donner le change à la communauté internationale, qui a fini par se lasser de leurs errements, et de déclencher le processus de modification de la Constitution du 30 Mars 2016, violant au passage le serment du chef de l’État.
Nous avons certes perdu la bataille de l’éthique et de la morale avec nos autorités actuelles, mais nous n’avons pas encore perdu la guerre du patriotisme et de la fierté nationale. Notre pays est riche de ses enfants, femmes et hommes, épris de dignité, attachés à l’esprit national. Ces femmes et ces hommes doivent se lever comme un seul corps pour envisager l’avenir dans l’unité retrouvée. Un autre leadership est possible.
Nous sommes la voix qui crie dans le désert de nos vanités et qui appelle au rassemblement de toutes les intelligences nationales. Personnalités politiques, leaders d’opinion, acteurs de la société civile, syndicalistes, artistes, étudiants, enseignants, simples citoyens, entendez votre conscience, notre conscience à tous qui pleure et mettons-nous résolument au service de notre patrie.
Nous tenons à préciser que ce n’est pas un appel contre les partis politiques, loin de là. C’est plutôt un chant à l’unité et à l’inclusion de toutes les forces vives de la Nation. Car nous devons nous retrouver tous autour des nécessités nationales, à savoir la sécurité, la paix et le développement harmonieux de notre pays. Même ce minimum semble impossible avec le régime actuel. Nous voulons aussi rappeler que les intérêts partisans et les calculs personnels sont légitimes mais ne sont pas au-dessus de l’intérêt national. Voilà pourquoi nous devons nous mettre ensemble et travailler à la renaissance de notre pays.
Devant l’incurie du régime et de nombreux crimes contre le peuple centrafricain dont son chef s’est rendu coupable, le temps est venu de faire cesser ces souffrances ainsi que ces désolations. En sachant que nous ne mettons pas en place une organisation de plus, nous en appelons à tous ceux qui veulent et peuvent aider à l’avènement d’un nouveau leadership.
Que la communauté internationale se rende à l’évidence et tire les conclusions qui s’imposent. Elle ne dira pas demain qu’elle ne savait pas.
Vive la République centrafricaine éternelle ;
Vive l’unité nationale.
Nous vous remercions.
Fait, le 18 juin 2022
Ont signé
Prof. Gaston Mandata N’Guéréekata
Adrien Poussou
Contact: sursautpatriotique@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here