Centrafrique : « Affaire Zingas » : le juge Georges Jean – Michel Anibié convoqué par l’égorgeur de la Séléka Arnaud Djoubaye Abazène

0
130

Le ministre « ad interim » de la justice et garde des sceaux Arnaud Djoubaye Abazène, l’éminence grise de la Séléka, celui dont les mains sont pleines du sang des Centrafricains, et dont le nom est régulièrement cité dans les affrontements inter – communautaires de Ndélé et Birao en 2019, a convoqué le président du Tribunal Administratif, quelques instants seulement après le délibéré de l’ordonnance de référé dans l’affaire Aurélien Simplice Kongbélé Zingas contre le procureur de la République Laurent Léngandé, suite à la décision d’interdiction du territoire nationale dont il a fait l’objet, le 19 mai 2021, a – t – on appris des sources concordantes, proches des milieux judiciaires. Sans aucune forme de politesse, en la présence du directeur de cabinet, il a été sommé de donner les raisons de droit ayant fondé sa sentence.

«  C’est par simple courtoisie que j’ai accepté de déférer à cette convocation et en tant que magistrat vous n’avez pas à me demander de me justifier devant vous. Je puis tout simplement vous informer que le parquet ayant refusé de verser dans le dossier les éléments à charge contre le plaignant, et le procureur de la République Laurent Léngandé ayant décidé de fuir cette audience pour des raisons qui lui sont propres, nous avons été obligés de statuer. Sur ce, vous pouvez attaquer ce jugement qui a été rendu en toute indépendance, devant le conseil d’état », a répondu le jeune magistrat, l’un des meilleurs de sa génération, l’intrépide et digne protecteur des libertés fondamentales. Tout naturellement, devant cette ferme opposition de Georges Jean – Michel Anibié à cette malencontreuse démarche qui n’est rien d’autre qu’une entreprise politique d’instrumentalisation des institutions judiciaires et administratives à des fins de règlement de comptes, l’égorgeur de la Séléka a déclaré à son collaborateur que toutes les dispositions vont être prises pour que le député Aurélien Simplice Kongbélé Zingas ne recouvre pas sa liberté d’aller et venir.

Rappelons que le jugement du Tribunal Administratif a ordonné la levée des mesures administratives faisant interdiction au requérant de quitter le territoire national et la restitution de ses documents de voyage confisqués par le commissaire de la police de l’air et des frontières aéroportuaires, sur instructions du ministre de la justice et garde des sceaux. Une sentence qui est conforme à la sollicitude du Parlement panafricain dans sa cinglante et magistrale lettre aux autorités centrafricaines, datée du 24 mai 2021.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here