Centrafrique : « Affaire Timane Erdimi & Groupe Wagner »: transcription des échanges entre  Timan Erdimi de l’UFR et le ministre conseiller spécial Algoni Tidjani

0
242
 
Timan Erdimi : Bonjour Aboulkhassim, je t’ai contacté ce matin mais tu étais injoignable. Je l’ai trouvé très tôt ce matin, je l’ai trouvé et il me dit qu’il connait le nom et le parti, mais il n’a pas beaucoup de connaissance dans le dossier. Il dit qu’il va se renseigner et me rappeler. On n’a pas beaucoup parler sinon, c’est qu’il m’a dit me parait très gentil. Je lui ai dit qu’on a des gens là-bas, à Kinshasa, à Bangui, il y a Aboulkhassim et le ministre Hassan. Il m’a dit c’est bon, il me rappellera. Mais pour le déplacement ici (au Qatar), il n’y a aucun problème. Les gens d’ici (les Qataris) ont dit qu’il vienne (Le Russe Vitali de Wagner). On va s’entendre. Tu lui as dit que ce n’est pas sécurisant, mais s’il veut venir il peut le faire sans souci. Cela va nous faciliter la tâche. Tu peux même venir avec lui sans souci, incha Allah.
Aboulkhassim Algoni Tidjani (ministre Conseiller de Touadera) : Allo excellence bonjour
Timan Erdimi : Allo, oui mon fils comment vas-tu, quelles sont tes nouvelles.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Alhamdulillah, je t’ai laissé un message audio, as-tu trouvé ça ?
Timan Erdimi : Oui, je l’ai eu, je l’ai eu, mais celui qui a les yeux verts (Russe) n’est pas revenu vers moi.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Il n’est pas revenu vers toi ?
Timan Erdimi : Oui il n’est pas revenu vers moi, et le grand patron a éteint tous ses téléphones. Il ne prend pas ses deux téléphones.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : C’est étonnant ça, sinon maintenant à Addis-Abeba, il doit avoir du temps ?
Timan Erdimi : Actuellement il est à Addis-Abeba n’est-ce pas ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Oui, il est à Addis-Abeba
Timan Erdimi : La nuit je vais essayer de le rappeler encore.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Il est à la conférence de l’Union Africaine.
Timan Erdimi : Et notre autre gars, il n’a pas pris contact avec vous ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Non, il n’est pas revenu vers nous. Pas encore. Quand leur président n’est pas là, ils sont super occupés.
Timan Erdimi : Ahan
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Actuellement ici, même le 1er ministre a déposé sa démission. La situation est confuse.
Timan Erdimi : Pourquoi ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Je ne sais pas, il y a trop d’incompréhension
Timan Erdimi : Ah bon ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Oui, c’est ça la situation.
Timan Erdimi : Ils de deux communautés différentes ou quoi ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Oui, ils ne sont pas de la même communauté.
Timan Erdimi : Et c’est quoi leur problème ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Leur problème est que le 1er ministre est revenu dans le parti politique de sa communauté. Il veut en douce devenir le président du parti de sa communauté alors qu’auparavant il était dans le même parti que son président. La situation est confuse.
Timan Erdimi : Ah bon, il est dans le même parti que son président et il veut aller ailleurs ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Non, il n’a pas quitté le parti du président, mais le parti de sa communauté est très grand et très important. Le président de ce parti politique de sa communauté est mort il n’y a pas longtemps, c’est pourquoi il a l’ambition de le remplacer. Même sans cela, ils ont beaucoup de problèmes.
Timan Erdimi : C’est très étonnant
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Mais dis-moi… le grand des Russes qui est ici (Vitali), je veux prendre contact avec lui.
Timan Erdimi : Oui
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Qu’est-ce qu’il faut que je lui dise ?
Timan Erdimi : Faut lui dire que qu’il ait le dialogue ou pas, au Tchad il y aura la guerre.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Ok
Timan Erdimi : Et nous avons des forces au nord du Tchad et au sud du Tchad, toi-même tu sais là ou sont nos forces. Dis-lui qu’il faut qu’ils nous aident, et mon frère qui est emprisonné en Égypte là, ils sont au courant non ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Oui ils sont au courant
Timan Erdimi : Mon frère là a fait toutes ses études en Russie, il a fait même son doctorat en géophysicien là-bas.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Ah Ouais
Timan Erdimi : Donc nous, il faut qu’il nous aide pour chasser Mahamat Kaka et la France, et nous allons ramener les Russes pour le placer au Tchad, et en Afrique centrale, il n’y aura qu’eux, celui qui aura acquis le Tchad là, aura le contrôle de toute l’Afrique centrale et de la bande sahélo-sahélienne.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Certes, celui qui aura conquis le Tchad, contrôlera sans doute de partout l’Afrique centrale. Le Tchad est actuellement le gendarme de l’Afrique.
Timan Erdimi : Si c’est ok, prends-les et ramène-les-moi dans ce pays où je suis (le Qatar).
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Ok, si c’est comme ça essaye de ton côté de joindre le président (Touadera) à Addis-Abeba, comme il est là-bas, c’est facile de le joindre.
Timan Erdimi : Oui je peux l’avoir, mais que faut-il lui dire ?
Aboulkhassim Algoni Tidjani : Toi, tu veux qu’on finisse le contact avec Wagner non ?
Timan Erdimi : Oui, mais est-ce que lui peut nous aider ? Lui il n’a pas la possibilité de nous aider (Touadera)
Aboulkhassim Algoni Tidjani : C’est vrai lui n’a pas cette possibilité d’aider, mais présentement on va finir (prendre contact) avec le type de Wagner seulement.
Timan Erdimi : Exactement, que Dieu te protège. Il faut que tu voies avec le ministre Hassan (Hassan Bouba le ministre de l’Élevage et de la santé animale actuel de Touadera est un ex rebelle de l’UPC de Ali Darassa et Jamil tous toujours de l’opposition avec L’UPC), essayer de le rencontrer et d’ici lundi ou mardi vous me direz ce qui est dit.
Aboulkhassim Algoni Tidjani : On va le rencontrer par la grâce de Dieu
Timan Erdimi : Par la grâce de Dieu, merci
Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here