Centrafrique : « Affaire RcaAxiome c/ Mme Rachel Ngakola » : le journaliste Ben Wilson Ngassan réfute les accusations formulées contre lui et fait de nouvelles révélations croustillantes !

0
111

 

Lettre de démenti

Je suis Ben Wilson Ngassan, analyste et libre penseur. Épuisé par la manifestation du 12 Avril, déconnecté de tous réseaux afin de préparer mon test de pré admission pour un nouveau cursus au Cameroun, on vient de me fait lire ce jour deux publications émanant du tandem Ngakola/Kamoun. La première, m’attribuant faussement un communiqué portant défense du couple dont la trahison aux valeurs de l’opposition fait mouche depuis quelques semaines. La seconde, dans une tentative éhontée de dénigrement, on me prête la paternité du compte RCA/Axiome, arguant au passage que mon estimé confrère Vianney Ingasso et moi serions derrière les « attaques » contre Kamoun et sa coépouse.

Au regard des accusations gravissimes portées contre moi, je tiens à apporter les éclairages suivants :

  • Le 6 Avril 2024, déboussolée par les révélations croustillantes faites par le compte RCA/Axiome sur la trahison de son époux de mari, Mme Ngakola m’a appelé pour me faire part de son « indignation » . Au cours des échanges eus avec elle, beaucoup de faits sont venus corroborer son marchandage politique. Il s’agit entre autres de sa rencontre avec le Chef de l’état Faustin Archange Touadéra dans sa résidence privée ; la campagne menée par elle dans la Ouaka en soutien aux élections électorales en vue, ce en violation de la ligne défendue par le BRDC dont elle revendique honteusement l’appartenance. Je ferais économie ici des rendez-vous nocturnes entre Ngakola et des pontes du régime dont Evariste Ngamana pour faire tomber le député Bernard Dillah (pourtant de l’opposition comme la miss Ngakola) ainsi que la dernière lettre de sollicitation de Ngakola à l’endroit de Touadera, copie envoyée à la présidence par un certain Vellet Flaïmindi du KNK.
  • S’agissant de ma contribution au média RCA/Axiome, cela ne fait l’ombre d’aucun doute. D’ailleurs, vingt-quatre heures après les révélations sur la trahison de dame Ngakola, j’ai publié un éditorial via ce média digital.

Que Ngakola utilise mon nom pour se « blanchir », cela témoigne bien de la notoriété que j’ai gagnée avec ma plume mais surtout des limites politiques et intellectuelles de son parti ou de son clan à se défendre.

Pour ce qui me concerne, la stratégie manipulation/dissimulation de Ngakola ne passera pas. Car, aucune logique ne peut soutenir sa démarche qui consiste à la fois de me traiter comme l’instigateur des « révélations chocs » contre elle et en même temps celui qui écrit pour la défendre elle et son mari.

Les gens qui me suivent depuis des lustres savent que la lâcheté n’est pas mon fort. Toutes les tribunes, même les plus virulentes, écrites par moi, ont toujours été publiées via mon propre compte. Pas besoin de recourir au service de « partageuse » d’un traître à la Nation pour diffuser mes écrits.

Enfin, je me réserve le droit de mener dans les toutes prochaines heures les actions suivantes :

Premièrement, une plainte contre dame Ngakola pour usurpation de mon identité à des fins politiciennes.

Secundo, la publication de toutes les preuves écrites et orales (enregistrements audios, copies de courriers pour solliciter Touadera) confirmant la trahison du tandem Ngakola/Kamoun.

Je mets en garde Ngakola et sa clique, que cette guerre qu’ils ont déclenchée, ils ne sauront la gagner. Bon footballeur, je crois à la maxime suivante : « la meilleure défense, c’est l’attaque ». Comme pour dire, le match vient juste de commencer.

A bon entendeur, salut !

Ben-Wilson NGASSAN
Éditeur & analyste

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici