Centrafrique : »Affaire La Clé du Succès et 18 milliards de Fcfa volatilisés »: des hautes personnalités, des ministres, des députés, des directeurs généraux, des opérateurs économiques et des paysans victimes de l’arnaque du siècle !

0
233

 

Les actualités centrafricaines sont dominées depuis plus d’une semaine par l’évaporation dans la nature des nigérians et des camerounais, responsables d’une entreprise spécialisée dans la cryptomonnaie.  Selon DW et notre confrère Jean – Fernand Koena, « la société dénommée « La Clé du Succès » s’est enregistrée au ministère des Finances et du budget avec un numéro d’identification fiscale. Les taux  d’intérêts attractifs qu’elle promettait à ses clients et son marketing efficaces lui ont assuré un rapide succès. Isidore Naïmo, un habitant de Bangui dit avoir « investi 900.000 francs CFA, avec une promesse de la société de passer le 19 pour récupérer un peu plus d’un million de francs CFA ». « Ils ne peuvent pas passer inaperçus du gouvernement, ils ont leur agrément et le ministère de l’Intérieur les connaissait parfaitement avant qu’ils commencent à exercer. J’aurais aimé que le gouvernement fasse de son mieux pour qu’on nous rembourse notre argent », souhaite-t-il.

Comment remédier à un plan d’escroquerie ? Le procureur de la République , Benoit Narcisse Foukpio, a ouvert une enquête. De son côté, l’Agence nationale d’Investigation financière, qui lutte contre le blanchiment d’argent et des capitaux, s’est aussi saisie du dossier. Les autorités ont procédé à une série d’interpellations parmi les employés de l’entreprise. Mais ceux-ci, à l’instar de Jefferson Apama, se disent aussi victimes du système mis en place par les responsables de la société Clé du succès. Il estime que « si les investisseurs veulent porter plainte, ils n’ont qu’à le faire contre la société et non contre les agents commerciaux qui ont été employés pour jouer leur rôle ».La directrice, Madame Mariam Aboubakar, lorsqu’elle vient à Bangui, est escortée. Ils ont tous les documents juridiques et cela nous inspirait confiance. C’est ainsi qu’on s’est engagé à travailler au sein de la société », explique Jefferson ».

Depuis lors, comme nous l’avons annoncé un peu plus haut, les gestionnaires de cette entreprise ont disparu de la circulation, au lendemain des folles et persistantes rumeurs d’infiltration de la ville de Bangui par des éléments de la CPC, dans les encablures de la sous – préfecture de Damara. Aux dernières nouvelles, l’un d’entre – eux de nationalité camerounaise, a été arrêté et détenu à la SRI. Cependant, il faut noter un silence assourdissant et suspicieux de la part de la présidence de la République, du gouvernement et de l’assemblée nationale, dont la plupart sont des clients de l’entreprise « La Clé du Succès ». Pour mieux comprendre l’arnaque dans laquelle de nombreux centrafricains sont tombés, nous proposons l’article qui suit :

« Ça vous dit quelque chose cette expression ? Elle est bien connue par les adeptes des jeux du hasard. Le jeu des cartes n’est pas nouveau, il est aussi vieux que la mondialisation et a de plus en plus d’adeptes malgré le  torrent de larmes déjà versé  par ceux qui se sont fait prendre par la fameuse expression: « le rouge gagne et le noir perd ».

Je me demande  comment en 2O13, des personnes peuvent encore tomber dans ce panneau ! Force est de croire que les artisans de ces jeux sont de fins manipulateurs puisque toutes les tranches d’âges et niveaux d’éducation continuent d’offrir de beaux jours à  ces jeux. Aujourd’hui on en trouve sous plus d’une variante.

  • Marie, 20 ans Étudiante brillante en  Physiques à l’Université de Douala. Dans sa famille tout le monde lui fait confiance parce qu’elle est l’une des rares à avoir poussé des études aussi loin et à faire une branche à l’université qui est plus masculine que féminine. C’est ainsi que sa tante va lui confier la coquette somme de 1.5 Millions de FCFA « gagné » à son tontine. Elle devait garder cet argent afin que le mari de cette dernière ne fasse aucun programme dessus… Seulement Marie va se faire prendre ! Un samedi matin, sa mère l’envoie au marché central pour acheter quelques condiments manquants. Et là elle va tomber sur nos commerçants ; des vendeurs d’illusions : «  applauuudissezzz pour la dame elle vient de gagner 2O OOO FCFA » et la dame de sauter de joie. Elle rejoue à nouveau, elle mise toute sa cagnotte sur le rouge, un passe- passe de cartes et le Rougeee a encore gagné. Marie s’intéresse à ce jeu qui semble facile et observe ; l’oiseau est ferré ! Elle va  aussi miser l’argent des condiments, et surprise elle gagne. Encouragée, elle reviendra avec l’argent de sa tante pour augmenter sa cagnotte, et là elle perd. Elle rejoue encore en espérant rentrer dans son capital, elle va continuer de perdre et tout le million de sa tante va y rester….
  • Ngoye, 50 ans va en retraite anticipée pour raison de maladie. Il vient juste de récupérer son  indemnité de départ à la banque, à peine dehors il tombe sur un « banquier » hors du commun. Celui-ci lui propose de multiplier son argent en un  mois. Il lui propose le double voir le triple si ce dernier accepte de lui remettre son argent. Il lui soumet un deal bien alléchant et Ngoye pense  y trouver son compte… Trois ans sont passées, il attend toujours son argent et avec les intérêts dus.
  • Noumè 45 ans, Homme d’affaires, le genre qui fait toute affaire , dès qu’il a un peu plus que la somme de départ, il embarque dans le business. Va tomber sur deux pseudos Libérians perdus dans la grande ville qu’est Douala. Selon leurs dires, ils seraient parti du Libéria à cause des représailles politiques emportant avec eux 1OO Mille dollars américains, mais pour éviter  d’attirer  l’attention sur eux, ils se sont interdits de dépenser cet argent, mieux ils l’ont caché. Aussi, une fois arrivés en Côte d’Ivoire, ils ont rencontré une camerounaise femme d’affaires de bonne volonté et désireuse de « multiplier » elle aussi son argent en leur venant en aide; elle a payé leur transport de là pour le Cameroun (Douala) en passant par le Nigeria. Là, ils doivent la payer, mais ils ne voudraient pas qu’elle voit le lot de Dollars qu’ils transportent, de peur qu’elle n’augmente les enchères. Donc si le Mr accepte de leur donner 5OO Cent mille FCFA pour la désintéresser; en échange  il gagnera l’équivalent de 5OOO dollars. Pour mieux le motiver, on lui montre une sacoche de caméraman pleine de dollars. Il n’a que 3OO Cent mille FCFA, ça va faire l’affaire pour l’instant. La femme s’en va. Lui embarque ses deux nouveaux amis dans sa voiture et vont à une destination inconnue pour changer les dollars  ainsi il pourra rentrer en possession de son pactole.  Ils vont arriver dans une maison abandonnée vers Nyalla, cinq costauds gars et bien assez louches vont l’accueillir… dans la maison , Noumè n’aura que le temps de s’enfuir vers sa voiture et démarrer en trombe les mains vides !
  • Mon ami Scofield est également tombé dans ce piège.  En moyenne trois fois par semaine, il recevait dans sa boite e-mail des messages soi disant venant du service d’Immigration du Canada où on lui fait des propositions très alléchantes de boulot. Il fait une première interview de boulot sur skype et une deuxième. Il semble retenu ; seulement il faut le visa et c’est là que la « procédure » commence.  Content d’être tombé sur un bon créneau, il en parle à ses amis qui décident de faire la « procédure » avec lui. La procédure en elle-même  a plusieurs étapes et à chaque étape, des frais y sont liées : ouverture du dossier, frais d’étude du dossier, frais de traitement du dossier, frais de visas. Scofield et ses amis avait une procédure commune pour limiter les couts, aussi c’est lui qui sera désigné par ses amis pour gérer la procédure. Donc tous les sous transitent par lui pour envoi au service d’immigration… Presqu’un an  de procédure et afin  le bout du tunnel, on leur demande d’envoyer urgemment les passeports et les frais de visas et de résidence permanente. On leur demande 6OO Cent mille FCFA par personne à ce stade de la procédure et 1OO Cent mille pour frais de renvoi des passeports par passeport.  Scolfied collecte tout et envoie. Six mois plus tard, ils sont obligés de se rendre compte qu’ils ont été abusés.  L’adresse e-mail ne passe plus, même les contacts téléphoniques  ne sonnent plus. Ses amis ont déposé à la police une plainte contre lui pour abus. Ils le croient complice des arnaqueurs… Alors qu’il est lui aussi  une victime et a perdu autant qu’eux.
  • Depuis quelques temps, je reçois régulièrement  dans ma boite e-mail privé et même professionnelle, des  mails des personnes souffrant d’un cancer en phase terminale et milliardaire, sollicitant mon aide pour les aider à faire des dons… de bonnes œuvres avant leur mort ou même après. Oh je n’ai jamais répondu à ces mails, ça pue de l’arnaque à distance.

Tout flatteur vis au dépend de celui qui l’écoute… Je suis vraiment désolée qu’en ces jours, des gens continuent de croire à des contes de fées. A croire qu’on peut gagner en un laps de temps record un argent qu’on n’a pas bossé. Y croire c’est aussi se planter à court terme ; on sera bien vite rattrapé par la réalité.  C’est vrai qu’il est dit : qui ne risque rien n’a rien, mais est ce assez pour justifier que l’on prenne des risques sans réfléchir un minimum ? L’appât du gain facile ne mène nulle part en général…

« Ainsi la paresse est mère. Elle a un fils, le vol et une fille, la faim », Victor Hugo dans Les Misérables ».

L’auteur principal de cette arnaque d’état, c’est l’Imposteur de Bangui avec la complicité avérée de son ami camerounais Emile Parfait Simb, à qui il a donné la nationalité centrafricaine, et délivré un passeport diplomatique. Ils se sont appuyés sur M. Obed Namsio, Maxime Balalou, Gourna – Zacko, Rufin Bénam, et les élus de la nation, pour atteindre leurs objectifs, c’est – à – dire dépouiller les Centrafricains des fruits de leur dur labeur dont le montant avoisinerait la coquette somme de 18 milliards de Fcfa.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici