Centrafrique : « Affaire Jousso & ASECNA » : le Gangster de Bangui a – t – il livré son beau – frère « aux chiens » ?

0
657

RCA:L’inqualifiable boutade du mercenariat politique contre la candidature de Théodore Jousso à la Direction Générale de l’ASECNA

Publié le 18 Juin 2020, 20:05pm

Catégories : #Nation

Selon un dicton chinois « Quand tu es appelé à occuper un fauteuil, attends-toi à rencontrer sur ton chemin trois types de personnes. Ceux qui l’ont occupé avant toi et qui ont échoué, ceux qui veulent l’occuper et qui n’en ont pas eu l’occasion et ceux qui sont tout simplement jaloux de toi ». Peu ou prou, toutes les critiques acerbes alimentées au sujet de la candidature de l’ancien Ministre Théodore Jousso s’inscriraient bien dans cette dynamique. Des mains invisibles et de gros bras du régime se sont coalisés pour vendre au moins offrant, la peau de ce compatriote sur l’autel du dénigrement et de la mauvaise foi. Le comble, c’est que la République Centrafricaine a été toujours mal ou bien sous-représentée dans les instances internationales. Pourquoi ne pas sauter sur l’occasion ci ?

« Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de rage »…

Nous étions en 2018. Des maquereaux du régime avaient cru bon régler leurs comptes à certains Ministres qui leur créaient de l’ombre auprès du Président Touadera. Des assauts sont lancés sur les réseaux sociaux contre Charles Armel Doubane, à l’époque Ministre des Affaires Etrangères. Comme à la prise de la Bastille, le Ministère des Affaires Etrangères sera à maintes reprises, l’objet d’une invasion de la part des jeunes payés, semblerait-il, à la Primature. Finalement, Doubane tombe sous la pression de ces jeunes « hiboux ». Après les Affaires Etrangères, cap a été fait sur le Ministère des Transports que dirigeait Théodore Jousso. Quelques membres du syndicat au relent politique rentrent en scène et crient au scandale. Ils n’avaient laissé aucune chance à des négociations possibles entre le syndicat et l’administration. Ils étaient en mission commandée. Ils avaient mis à prix, la tête de leur Ministre dont ils réclamaient à cor et à cri, la démission. Les mêmes jeunes qui avaient fait la peau au Ministre Doubane, ont été mis à contribution pour instaurer des scènes de grèves sauvages au Ministère des Transports. Mais comme la stratégie ne payait pas encore, profitant d’un déplacement du Président Touadera à l’Etranger, sur la base d’une fiche mensongère, une sordide histoire de détournement de recettes relatives à la gestion de l’aéroport Bangui M’POKO fut montée de toutes pièces. Sans attendre et sans avis du Chef de l’Etat, deux arrêtés du Premier Ministre Sarandji furent pris en violation des dispositions réglementaires pour parachever ce plan machiavélique. Dans la foulée, des compagnies aériennes qui desservaient la Centrafrique, ont menacé de se mettre en grève pour cause d’insécurité. Dans le même temps, le Chef de l’Etat devrait rentrer. Un coup d’Etat était-il en préparation ? La solution unique pour l’ancien Premier Ministre Sarandji était de revenir sur les deux arrêtés qu’il avait pris, vingt et quatre heures plutôt. La rage du syndicat fut archicomble. Hélas, en faveur de l’APPR-Centrafrique, un nouveau Gouvernement a été réclamé et obtenu. Le Premier Ministre Sarandji démissionne et Théodore Jousso cède son fauteuil à Arnaud Djoubaye Abazène.

Une fuite et une vengeance…

Entre nous qui crûmes et vous qui doutâtes, la vérité est qu’autour du Président Touadera, existent des demi-dieux qui n’apprécient guère la confiance qu’il place en tant que Chef d’Etat en d’autres personnes. Ces demi-dieux estiment que si le Président Touadera a été élu, c’est parce qu’ils ont réussi à marabouter le peuple. Par conséquent, le Président leur est redevable. Fort de cela, ils ont développé un culte autour de leur personnalité. Par-delà tout, c’est un système d’enrichissement illicite qu’ils ont mis en place parce que les uns doivent cotiser pour entretenir les autres et ce, peu importe la manière. Bien évidemment, Théodore Jousso n’est pas dans ce plan de jeu. Et pour avoir transgressé ce principe et profané ce temple d’orgies, Théodore Jousso doit être traqué jusqu’au bout. La fuite du document relatif à sa proposition de nomination par Faustin Archange Touadera est bien la preuve qu’autour du Chef de l’Etat, existe un système de phagocytose immédiate de certains compatriotes par d’autres. C’est l’original du document qui a circulé sur les réseaux sociaux. La mise en circulation du document de cette manière, vise juste à ternir, à salir et enterrer un Centrafricain dont l’amour pour la patrie n’aura jamais de fin, malgré l’adversité. Mais ce n’est pas la première fois que des Centrafricains soient victimes d’un tel système. Il y a pratiquement un mois, un courrier du Ministre Dondra portant proposition du nom du compatriote Maurice OUANZIN au poste de SG de la COBAC, avait fuité parce qu’à Bangui, certaines indiscrétions n’auraient pas partagé ce choix. Souvenons-nous qu’il a bien coûté à l’actuel Premier Ministre Firmin Ngrébada les yeux de la tête pour faire le mouvement de son cabinet. Et quand cela devrait être fait, certains noms qu’ils avaient recommandés, ont été enlevés à la dernière seconde par qui on ne sait et pour quelle raison on ne sait. C’est l’œuvre de ce système ésotérique qui étouffe le régime de Touadera.

Le mal quand tu nous tiens….

Si les ennemis de l’Afrique, ce sont d’abord, les Africains, c’est que les ennemis du Centrafrique sont tout d’abord, les Centrafricains. L’histoire politique du pays nous enseigne tellement de choses à cet effet. Et Ticken Fackoly de chanter : « Quand nous serons unis, ça va faire mal ». Mais jusques à quand allons-nous continuer à nous autodétruire ? En 2010, alors que la Présidence de la Commission de la CEMAC revenait à la Centrafrique, à cause de mauvaises pantalonnades de quelques strapontins qui rodaient autour de l’ancien Président Bozizé, le pays a été littéralement ridiculisé par le Tchad et c’est le Congo Brazzaville qui a fini par tirer son épingle du jeu. C’est un secret de Polichinelle que dans les instances internationales, la République Centrafricaine est mal sinon sous-représentée non pas à cause du choix des autorités mais simplement parce qu’il manque à ce pays la culture du lobby et de la solidarité. Regardez la France, les Etats-Unis. François Hollande avait défendu la candidature de Christine LAGARDE au FMI et après lui, Macron a encore défendu cette dame à la Banque Européenne. Mais qu’est-ce qu’on n’a pas entendu à propos de cette dame ? N’y a-t-il pas de dossiers judiciaires qui accablent Christine LAGARDE au niveau national ? Mais parce qu’elle a des compétences, son pays n’hésite pas à mette son orgueil en elle sans étouffer la justice. Regardons le Tchad. Au moment de la Chute de l’ancien Président François Bozizé, le Président Déby était Président en exerce de la CEEAC, le Secrétaire Général de la CEEAC était et est encore un Tchadien, en la personne du sieur ALAMINE. Le Président de la Commission de l’Union Africaine était et est encore un Tchadien, Monsieur Moussa FAKI. Comment voulez-vous que ce pays ne soit pas respecté en Afrique et hors du continent ? Et pourtant, le Tchad n’est pas un modèle de démocratie à copier. C’est simplement parce que pour les Tchadiens « les linges sales se lavent en famille ». Tous ces étrangers qui foisonnent dans les agences des Nations Unies ou bien dans les ONGs en poste Centrafrique, ne sont pas forcément de saints anges chez eux. Cependant, pour servir leur patrie, confiance leur a été faite. Prenons le temps d’enquêter et nous en saurions davantage. Si la candidature de Théodore Jousso devait rencontrer des difficultés, ce ne serait pas parce que sa personne pose un problème mais tout simplement à cause de la mauvaise presse qu’on en a faite. En ce moment, nombre pays Africains sont en ordre de bataille pour remporter ce poste et nous qu’est-ce qu’on fait ? On se paie le luxe de la mauvaise presse.

A l’heure où le candidat actuel au poste du DG de l’ASECNA pour le compte de la RCA était ministre des transports, un plan d’urgence pour le compte de la RCA avait été mise en place lors de la 61ème réunion des ministres à Antanarivo en 2017. Ce qui a été validé pour un montant de quinze milliards quatre cent soixante et quinze millions de franc CFA grâce au leadership de Theodore JOUSSO qui a valable défendu le plan en question. Et dans cet élan, devenir aujourd’hui DG de l’ASECNA ne sera qu’une suite de travail. Boganda devra se remuer dans sa tombe. Alors ; advienne que pourra!

Ben

RCA:L’inqualifiable boutade du mercenariat politique contre la candidature de Théodore Jousso à la Direction Générale de  l’ASECNA
Source : http://lafraternite2011.over-blog.com/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here