Centrafrique : « Affaire Issa manou » : encore de nouveaux rebondissements !

0
359

 

Issa Manou a été enlevé, le 20 janvier 2021, au sein de l’assemblée nationale par les députés de la nation et porté disparu jusqu’à ce jour. C’est qui semble ressortir de la lecture et de l’examen du communiqué de presse n°003AN/P/DIRCAB.22 du 13 janvier 2022 signé par Martial Souroungba, directeur de cabinet du président de l’assemblée nationale Simplice Mathieu Sarandji.

Dans ce communiqué qui porte entièrement les signes distinctifs de la deuxième institution de la République, la représentation nationale, à savoir l’entête et le sceau du cabinet, après avoir souligné que la plainte des enfants de Issa Manou datée du 20 janvier 2021 dont Letsunami.net a publié une copie dans l’une de ses dernières parutions, adressée au procureur de la République contre Simplice Mathieu Sarandji, en sa qualité de simple militant et de secrétaire exécutif national du MCU, et non en tant que président de l’assemblée nationale, n’a pas été enregistrée dans les livres – journaux du Tribunal de Grande Instance, Martial Souroungba a fini par conclure que l’Affaire Issa Manou n’est en réalité qu’une machination orchestrée par des hommes politiques pour nuire à l’honneur et la considération du « Président de l’assemblée nationale ».

Loin de nous de perdre un peu de notre temps pour nous appesantir sur les menaces de poursuites judiciaires formulées par ce dernier contre les auteurs de cette plainte et l’obligation qui leur est faite, à eux et leurs complices, d’apporter des éléments de preuves « scientifiques » sur les liens existant entre Issa Manou et le président de l’assemblée nationale, notre seule préoccupation qui est celle de la majorité des centrafricains reste et demeure non seulement le refus de Monsieur Simplice Mathieu Sarandji de dire la vérité au peuple sur ce qui s’est passé ce jour – là, mais surtout la détermination d’un homme à semer la confusion dans cette affaire.

En effet, Issa Manou n’a pas été enlevé au sein de l’assemblée nationale, mais plutôt au siège du MCU sis dans le 8ème arrondissement de la ville de Bangui. De ce fait, c’est en tant que secrétaire exécutif national de ce parti et en sa qualité de simple citoyen et militant qu’il a été interpellé par les enfants du disparu depuis le 20 janvier 2021, et non comme président de l’assemblée nationale. Pourquoi alors ce communiqué n’a – t – il pas été rédigé par le MCU dont la responsabilité en tant qu’institution est aussi engagée dans cette affaire criminelle ? Ou tout simplement pourquoi le mis en cause a – t – il pas daigné solliciter les conseils d’un avocat pour traiter de cette question si délicate ? Pourquoi avoir usé des signes distinctifs de l’assemblée nationale dans la rédaction de ce communiqué ? Ignore – t – il tout simplement qu’en agissant de la sorte il fait dire au public que Issa Manou n’a pas été enlevé au siège du MCU mais plutôt au sein de l’assemblée nationale, au vu et au su de tous les élus de la nation, et ce, avec leur complicité et leur accord ?

Comme dit un adage, « Il y a anguille sous roche ». Nous sommes en face d’un acte délibéré de sournoiserie, de tromperie, de désinformation et de manipulation de l’opinion. Par cette manière, c’est – à – dire en utilisant les armoiries de l’assemblée nationale pour rendre public son communiqué de presse, il fait impliquer la représentation nationale dans cette affaire et cherche à se cacher derrière les dispositions de l’article 67 de la constitution du 30 mars 2016 et celles des articles 118 et 119 du règlement intérieur. Seulement, les faits, tels que connus, ne s’étant pas déroulés au sein de l’assemblée nationale, par conséquent, le recours à l’usage des signes distinctifs de cette institution ne saurait être justifié et doit être vigoureusement dénoncé  dans les meilleurs délais par tous les représentants nationaux qui ne s’y reconnaissent pas.

Rappelons que Issa Manou, un homme d’affaires de 46 ans est porté disparu depuis le 20 janvier 2021 alors qu’il devait rencontrer Simplice Mathieu Sarandji, secrétaire exécutif du Mouvement cœur unis (MCU). Les 16 enfants du disparu avaient lancé le 1er mars 2021 sur Radio Ndeke Luka, un appel aux autorités du pays afin de les aider à retrouver leur père. Mais leur cri est resté sans suite favorable. Alors que Simplice Mathieu Sarandji affirmait ne pas connaître M. Manou, sa famille était revenue à la charge et avait fait de nouvelles révélations. « Même s’il ne connait pas mon papa, il connait monsieur Hissène, son ami. J’ai des témoins et même des photos de mon père avec le président de la République. Le président le connait très bien car il était le président des transporteurs de bétails » avait révélé Salé, un des enfants du disparu. « Il y a des appels anonymes qui ne cessent de nous menacer à la maison. Ces personnes disent qu’ils vont nous tuer tous si on n’arrête pas de chercher notre père. Nous demandons aux bureaux national et international des droits de l’Homme de venir en aide afin de le retrouver », avait – il conclu.

Depuis le 3 janvier 2022, dans sa lettre de démission adressée au secrétaire exécutif national du MCU, M. Ibrahim Abdoulaye a formellement accusé son ancien mentor de graves exactions et dans une interview accordée au compatriote Rodrigue Joseph Prudence Mayté, le jour suivant, s’était appesanti sur la disparition de Issa Manou et avait directement interpellé Simplice Mathieu Sarandji, Piri et Autres.

Alors qu’en disent les députés de la nation ?

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here