Centrafrique : « Affaire du véhicule non dédouané retrouvé au PK5 » : les Faca basées au PK26 indexées !

0
192

 

Le mardi 17 août 2021, le directeur général de la douane et des droits indirects Frédéric Théodore Inamo a instruit l’inspecteur des douanes Déya Abazène Sylvain, en charge des poursuites et de la lutte contre la fraude, de diligenter dans les meilleurs délais une enquête sur la disparition d’un contenair de l’itinéraire officiel, pour se rendre directement au PK 5 afin d’échapper au dernier contrôle de la douane, au niveau du terminal à contenairs sis au Port Amont à Bangui. Grâce à la vigilance et au savoir – faire de certains éléments de la douane, le contenair a été retrouvé vers la Mosquée centrale et conduit en lieu sûr.

Si des premières informations émanant des sources proches du dossier ont affirmé et soutenu que l’extraction de ce véhicule du circuit légal était l’œuvre d’un auxiliaire de la douane, agissant sur instructions du directeur général de la douane et des droits indirects, en la personne de Inamo, contre le versement de la somme de 5 millions de Fcfa, ou celle d’un proche de Touadéra, des gentilles indiscrétions venant des observateurs avertis de la douane centrafricaine ont plutôt directement  indexé les éléments des Faca basées au PK 26.

«  Le pauvre Inamo qui doit toujours répondre de ces faits et qui est constamment accusé du fait de la position qu’il occupe dans la hiérarchie douanière, s’est plaint de ces pratiques irrégulières et criminelles à maintes reprises à Dondra, Piri et à Ngrébada. Mais, rien n’a été fait. Concrètement, les militaires qui sont de faction à la barrière, de connivence avec les auxiliaires de la douane dont les fonctions ont pourtant été régulièrement dissoutes par l’actuel directeur général, entrent en contact avec un importateur ou un auxiliaire de la douane. Ils lui proposent de lui faciliter les opérations de dédouanement, sur instructions du DG ou du président de la République, moyennant évidemment le versement d’une somme d’argent. Cette pratique est connue de toutes les autorités politiques, ministérielles, civiles et militaires. Cependant, personne n’ose en parler, à en croire qu’on aurait affaire à une mafia ou à une puissante organisation. Les fonds ainsi collectés ne sont – ils pas partagés hebdomadairement entre les hommes de rang, les sous – officiers et les officiers ? Comme dans la mafia, ceux qui ne rendent pas compte fidèlement ou qui n’obéissent pas aux ordres, ne sont – ils pas systématiquement relevés de leurs fonctions et affectés ailleurs, sur de la cuirasse latéritique ? », ont révélé ces sources.

Cette information n’est pas seulement une information, elle est la Vérité, d’après nos recoupements et investigations. Elle est la même que cette vérité selon laquelle tous les équipements de la cimenterie de Nzila ont été volés et emportés par les éléments des Faca à qui il a été confié la mission de surveillance et de garde. Elle est la même  que cette vérité selon laquelle plus de 7.000 litres de carburants ont été portés disparus de la SOCAPS, au nez et à la barbe des Faca.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here