CENTRAFRIQUE : ACCIDENT DE CIRCULATION DU PAN MOUSSA LAURENT NGON-BABA OU LA MALÉDICTION DU FONDS COVID-19 QUI S’ABAT SUR L’ASSEMBLÉE NATIONALE?

0
179
CENTRAFRIQUE : ACCIDENT DE CIRCULATION DU PAN MOUSSA LAURENT NGON-BABA OU LA MALÉDICTION DU FONDS COVID-19 QUI S’ABAT SUR L’ASSEMBLÉE NATIONALE?
Par Mesmin MADIDÉ-ALADILA
Le président de la République Faustin-Archange Touadéra, avec sa suite gouvernementale ainsi qu’une délégation de l’Assemblée nationale à la tête de qui, le président Moussa Laurent Ngon-Baba, procédait le lundi 2 novembre à la cérémonie du lancement de la rentrée académique 2020-2021 à M’Baïki, avec remise de 300 tables-bancs et des kits sanitaires pour la lutte contre la Covid-19. Un évènement qui a toute l’allure d’une campagne électorale comme depuis quelques temps. Des kits constitués de seaux pour le lavage des mains, des cartons de savon, des solutions hydro-alcooliques, etc., et, pourquoi pas, quelques espèces sonnantes et trébuchantes. A la fin de cette cérémonie, la délégation de l’Assemblée nationale a effectivement pris le chemin de retour et c’est à Bangui sur l’avenue Conjugo que va se produire l’irréparable accident de circulation.
Le véhicule gyrophare qui précédait l’escorte parlementaire est pris au dépourvu par la sortie fulgurante de la grosse cylindrée du député Gondissa (encore lui !). Le professionnalisme du chauffeur de ce véhicule de tête avec gyrophare est mis à rude épreuve et s’en est allé. Le reste se passe de commentaires car la voiture de commandement du PAN heurte violemment le gyrophare qui a violemment heurté celle-ci et, à voir la blessure sous la paupière du PAN Ngon-Baba, il n’a certainement pas mis la ceinture et a dû quitter son siège pour se heurter la figure sur le siège passager. Sa voiture fit une embardée mais c’est trop tard, car le choc a perforé le capot, endommageant radiateur, moteur et autres. C’est la voiture du chef d’état-major des FACA qui l’a transporté le reste du tronçon. En tout cas, en tant qu’Africain, il faut mettre cet accident sur les signes du temps. Et comment?
La pandémie qui s’est propagée dans le monde a laissé des traces partout, y compris chez nous en République centrafricaine. Des fonds Covid ont été alloués aux différentes institutions, départements et ONG (sauf les médias privés) pour soutenir l’effort du pays et donc, de l’Asecna au ministère de la Santé en passant par l’Assemblée nationale, etc., des fonds ont été alloués mais les deux premiers ont partagé aussi modique soit-il, quelque chose à ceux qui ont été secoués par la maladie et ceux qui sont en première ligne. Mais que dalle à l’Assemblée nationale dont malgré que le PAN est pour un geste, ceux des députés qui sont catégoriquement opposés au bien-être des employés tels le premier vice-président Jean-Symphorien Mapenzi, son second Mathurin Dimbélet-Nakoet, la 4ème v.p Gina Sanzé, le questeur Maxime Bondjo qui n’est plus en odeur de sainteté avec ses électeurs qui l’appellent « négriers », sont nuques raides et ne veulent en aucun cas partager.
Pour la petite histoire, le Premier vice-président de l’Assemblée nationale Jean-Symphorien Mapenzi qui intervenait sur la Radio Ndèkè-Luka sur Patara, émission hebdomadaire produite par notre consœur, visiblement en colère, esquivait la question à lui posée par le journaliste sur les fonds alloués à l’institution pour la Covid-19, que les députés se sont farcis seuls, honteusement sur le dos du personnel. L’homme qui «ne voulait pas créer la polémique sur la question» (sic), a affirmé que les députés ont investi plus de 600.000 Fcfa, donc ils ont «beaucoup investi face aux minuscules 600.000 Fcfa. En outre, nous avons protégé le personnel en achetant des solutions hydro-alcooliques…», a-t-il éructé. Mais en attendant, à l’entrée du palais du peuple, le tunnel gracieusement offert par un partenaire avec bonbonne de désinfectant à ce jour épuisé, souffre d’en recevoir un autre.
Au demeurant, le président de l’Assemblée nationale El Hadj Moussa Laurent Ngon-Baba, père de tout le monde, a préféré regarder ses enfants les plus nantis (les députés) manger seuls et les autres (le personnel) les regarder avec de gros yeux sans brancher. Ce qui équivaut à un manque de responsabilité parentale. Le personnel résigné s’en est remis à Dieu le père et au ‘’kombo ndjombo !’’ (la formule courante de malédiction dans la Lobaye), si aucun personnel n’a été atteint par cette maladie ! Et comme il n’y a personne pour se battre pour ces pauvres Christ de Bomba… seul le plus haut des cieux est en train de lancer un avertissement à ceux qui pensent qu’ils sont les seuls à posséder un tube digestif, mieux, une panse… et des latrines extérieures bien rempliés !
Mesmin Madidé-Aladila
Source: MEDIAS+ du Jeudi 05 Novembre 2020

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here