Centrafrique : « A ce jour, le taux d’électrification au niveau national est de 8%, 35% pour les centres urbains (Bangui) et 2% pour les centres ruraux », selon le ministron Arthur Piri

0
190

 

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Energie Durable

Centrafricaines, Centrafricains ;

Chers compatriotes, aujourd’hui 22 Octobre 2023, nous célébrons la Journée Mondiale de l’Energie Durable.

Un digne fils de l’Afrique Cheikh Anta Diop avait déclaré ceci « Au commencement est l’énergie, tout le reste en découle ». Cela illustre à juste titre que l’énergie reste et demeure au cœur de tout processus de développement des sociétés modernes et dans la plupart des pays en voie de développement comme la République Centrafricaine.

A cet effet, par la Résolution 65/151 du 20 décembre 2010, les Nations Unies ont proclamé l’année 2012 « Année internationale de l’Energie Durable pour tous ». Cette proclamation est un début d’initiative qui vise à atteindre à l’horizon 2030, l’éradication de la précarité énergétique.

C’est ainsi que le 22 Octobre de chaque année, nous célébrons la Journée Mondiale de l’Energie Durable. L’occasion est donnée au monde de se pencher sur les consommations, les moyens de production d’énergie et aussi de promouvoir les efforts mondiaux en matière de décarbonisation. Cette journée inaugurée en 2012 lors du forum mondial de l’énergie à Dubaï, consacre l’accès à l’énergie comme pilier d’un développement durable. Cela est parti du constat que les populations qui n’ont pas accès aux ressources énergétiques sur la planète sont encore trop nombreuses. L’enjeu majeur est de pouvoir offrir l’énergie au plus grand nombre d’habitants de la planète.

La production d’énergie par des sources fossiles notamment, le pétrole, le charbon et le gaz a eu des effets négatifs sur l’environnement et est considérée comme cause principale des problèmes environnementaux qui affectent la planète.

En conséquent, il est devenu plus qu’évident de trouver des moyens durables, rentables, économiques et adaptés à la demande de plus en plus croissante en énergie de nos populations qui ne cessent de faire face à une pénurie criarde et une inflation due à la rareté et coût élevé des énergies fossiles, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Cela se fera par la mobilisation de tous les acteurs du secteur de l’énergie

Chers Compatriotes

Le thème retenu pour la célébration de la Journée Mondiale de l’Energie Durable 2023 est « Agir pour l’accès à l’énergie et une transition vers des solutions plus sobres en énergie respectueuse de l’environnement ».

A travers ce thème, nous constatons que beaucoup a été fait, mais beaucoup reste à faire. Cette thématique est aussi un cri d’appel à l’endroit de tous les acteurs du secteur de l’énergie et des partenaires multiformes, à poursuivre et à doubler leurs appuis au Gouvernement que dirige Son Excellence Monsieur , Premier Ministre, Chef du Gouvernement sous la très Haute impulsion de Son Excellence Pr , Président de la République, Chef de l’Etat, dans sa vision d’accroitre, de rendre accessible et à moindre coût l’énergie pour la population à travers des solutions d’énergie sobre et respectueuse de l’environnement. Ainsi pourrions-nous donner toute sa noblesse à cette assertion de Cheikh Anta Diop « au commencement est l’énergie, tout le reste en découle ».

Cela signifie que l’énergie stimule le développement. Il faut noter que la déclaration finale du sommet africain sur le climat de Nairobi demande à la communauté internationale de contribuer à l’augmentation de la capacité de production des énergies renouvelables de l’Afrique qui en 2022, était de 54 Giga Watt afin d’atteindre 300 Giga Watt d’ici 2030, pour lutter contre la précarité énergétique et renforcer l’approvisionnement mondial en énergie propre. Il est également question d’établir une architecture financière adaptée aux besoins de l’Afrique. Aujourd’hui, environ 600 millions de personnes en Afrique n’ont pas accès à l’électricité et à la cuisson propre. A cela s’ajoute la crise énergétique et géopolitique issue des conflits armées sur le Continent Européen.

Aujourd’hui, nous devons mener une réflexion commune sur la méthode, le coût et le financement de la transition énergétique afin de réussir le pari des énergies propres, sobres et respectueuses de l’environnement. L’Afrique peut y arriver et la RCA également peut y arriver en exploitant son potentiel d’énergie renouvelable abondante, de plus en plus compétitive, pour répondre à la demande croissante d’électricité et éviter la dépendance commerciale aux combustibles fossiles et aux crises y afférentes.

Chers Compatriotes

La République Centrafricaine comme les autres pays du monde qui souffrent encore de la précarité énergétique, a souscris à l’Objectif de Développement Durable nº 7 (ODD7) des Nations Unies, afin de pouvoir parvenir à un accès universel à des services énergétiques abordables, fiables, durables et modernes pour tous d’ici 2030.

Or, aujourd’hui, la RCA présente un taux d’accès à l’énergie électrique assez faible de la sous-région. Ce qui justifie une proportion élevée de bois coupés et utilisés comme sources d’énergie. Malgré les efforts du Gouvernement pour rendre accessible l’énergie en particulier l’énergie électrique, le défi demeure important.

La mise en service des centrales solaires photovoltaïques a permis d’accroitre la capacité de production électrique installée à ce jour à 85 Méga Watt, dont 28 Méga Watt de source hydroélectrique, 40 Méga Watt de source solaire photovoltaïque et 17 Méga Watt de source thermique diesel alors que les besoins du pays sont estimés à environ 200 Méga Watt.

A ce jour en RCA, le taux d’électrification au niveau national est de 8%. Ce taux est de 35% pour les centres urbains (Bangui), 2% pour les centres ruraux.

En matière d’énergie électrique, le parc énergétique centrafricain a la particularité d’être plus propre et respectueuse de l’environnement. Sur les 85 Méga Watt disponible, environ 80 % sont produits à partir de sources renouvelables, cela, grâce à l’appui multiforme des partenaires au développement, entre autres la République Populaire de Chine avec la construction de la Centrale solaire de Sakai, la Banque Mondiale avec la construction de la Centrale solaire de Danzi, la Banque Africaine de Développement (BAD) avec le dédoublement de la centrale hydroélectrique de Boali II. En zone rurale l’accroissement de l’accès à l’énergie se traduit à travers le projet de Petites Centrales Hydroélectriques sur financement du Fonds de l’Environnement Mondial (FEM) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Nous avons également les projets d’hybridation dans les centres secondaires (solaire/diesel) avec la mise en service de la centrale de Berberati et Bambari. D’autres villes vont également bénéficier du projet d’hybridation. Il s’agit des villes de Bouar, Bangassou, Nola, Bossembelé et Birao sur financement de la Banque Mondiale.

Cependant, nous ne pouvons pas parler de l’amélioration du taux d’accès à l’énergie électrique et de la transition énergétique sans parler des acteurs qui travaillent d’arrache-pied avec professionnalisme, dévouement et abnégation pour donner satisfaction à la population centrafricaine. C’est l’occasion ici de féliciter l’ensemble de mes collaborateurs et de leur adresser toute ma gratitude et celle de la population centrafricaine.

Beaucoup reste à faire mais je suis certain que nous pouvons y arriver car le Président et le Gouvernement ont comme priorité absolue « électricité pour tous à moindre coût dans le respect de l’environnement.

Sur ce, je déclare ouvert les activités de la célébration de la Journée Mondiale de l’Energie Durable 2023 sur le thème « ’ ’ ’ ».

Pérennisons cette célébration qui vient compléter les autres activités pour l’accès aux services de l’énergie de base.

Vive l’énergie durable pour un développement harmonieux

Je vous remercie

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici