Centrafrique : 3 millions de personnes heurtées à une insécurité alimentaire aiguë et 40 % des enfants victimes de malnutrition chronique

0
55

 

Situation humanitaire

36. La situation et les besoins humanitaires dans le pays sont restés graves, du fait
de l’effet cumulé du conflit, des déplacements et de l’accès limité aux services de
base, accentués par un afflux de réfugiés soudanais et d ’autres personnes rentrant au
pays depuis avril. Un niveau élevé d’insécurité alimentaire a persisté : 3 millions de
personnes se sont heurtées à une insécurité alimentaire aiguë, tandis que 40 % des
enfants souffraient de malnutrition chronique.

37. Au 1er juin, 13 765 personnes avaient traversé la frontière soudanaise pour se
rendre à Am Dafok (préfecture de la Vakaga). Les organisations humanitaires se sont
mobilisées pour répondre aux besoins les plus pressants, notamment pour fournir des
abris d’urgence, de l’eau, de la nourriture et des soins de santé. Des stocks d’aide
humanitaire ont été envoyés dans les préfectures de la Haute-Kotto et de la Vakaga.
La crise au Soudan a désorganisé les lignes de ravitaillement, entraînant une hausse
des prix sur certains marchés en République centrafricaine et accentuant les
vulnérabilités, qui seront encore aggravées à l’approche de la saison des pluies. Les
prix des produits de base ont doublé dans des secteurs des préfectures de Bamingui –
Bangoran, de la Haute-Kotto et de la Vakaga, largement tributaires de fournitures en
provenance du Soudan.

38. La violence a continué d’entraîner le déplacement d’habitants de la République
centrafricaine : un sur cinq est soit déplacé à l’intérieur du pays, soit réfugié. Au
1er mai, 489 000 personnes étaient déplacées et 742 000 s’étaient réfugiées dans des
pays voisins. Depuis le début de 2023, 108 784 personnes rentrant au pays ont été
enregistrées, après le rétablissement de la stabilité dans certaines des principales
villes du pays.

39. Les difficultés d’accès à l’aide humanitaire ont persisté, notamment les risques
liés aux engins explosifs en dehors des zones urbaines et les attaques visant les
membres du personnel humanitaire. Près de 450 000 personnes vulnérables ont pâti
de la restriction de l’accès humanitaire. Du 1er janvier au 1er juin, 75 atteintes contre
des agents humanitaires avaient été enregistrées dans le pays, et fait un mort et quatre
blessés. Les vols, les cambriolages et les pillages représentaient 67 % des faits,
principalement dans les préfectures de la Ouaka et de l’Ouham.

40. On estime que 3,4 millions de personnes en République centrafricaine, soit 56 %
de la population, auront besoin d’une aide humanitaire en 2023, tandis que la vie et
la dignité de 2,4 millions de personnes seront menacées. Au 1er juin, 27,3 % des 533,3
millions de dollars requis, conformément à l’additif au plan d’aide humanitaire 2023
visant à fournir une assistance vitale à 2,4 millions de personnes, avaient été
mobilisés, ce qui laisse un déficit de financement de 387,8 millions de dollars. Au
premier trimestre de 2023, le secteur humanitaire avait apporté une assistance à
658 000 personnes.

Source : Rapport du SG du 15 juin 2023

Laisser un commentaire