Cemac : les Etats obtiennent des engagements de financiers de 6 034,8 milliards de Fcfa pour la 2eme phase des projets intégrateurs

0
643

Ceci correspond à un taux de souscription de 104% quand on sait que le montant recherché était de 4 803,031 milliards de Fcfa. C’est ce qui ressort de la seconde table ronde de financement tenue les 28 et 29 novembre dernier à Paris.

Cindy MBALA BETINE Envoyer un courriel 30 novembre 2023

Lire aussi : Cemac : les chefs d’Etats fixent à 1 700 milliards le financement de la 2e vague de projets intégrateurs

Au sortir des travaux qui ont duré deux jours, du 28 au 29 novembre 202, les pays de la Cemac ont obtenu des promesses de financement de l’ordre de 9,2 milliards d’euros, soit 6 034,804 milliards de Fcfa. Sur un montant recherché de 7,3 milliards d’euros soit 4 803,031 milliards de Fcfa. Soit un taux de souscription de 104%. Lesdits financements viendront s’ajouter aux 1513,701 millions d’euros (992,922 milliards de Fcfa) mobilisés en amont de cette table pour le financement de ces projets. Révélons par ailleurs que le coût global de financement de ces projets est de 8835,875 millions d’euros (5 795,954 milliards de Fcfa). Budget arrêté lors de la 15esession ordinaire de la Conférences des Chefs d’État, tenue le 17 mars 2023  à Yaoundé.

Lire aussi : Zone Cemac : 15 nouveaux projets intégrateurs en gestation

On pourrait donc dire que les objectifs ont été atteints pour les pays de la Cemac lors de cette table ronde, qui a vu la participation de bailleurs de fonds habituels, mais aussi des nouveaux, notamment des investisseurs et bailleurs émiratis. Du côté de la Cemac, la délégation sur Paris était chapoté par Faustin Archange Touadéra, président de la Centrafrique et aussi président en exercice de la conférence des chefs d’Etats de la Cemac, Louis Paul Motaze, ministre des Finances du Cameroun, et ses homologues tchadien, Tahir Hamid Nguilil, et congolais, Jean-Baptiste Ondaye, le président de la Commission de la Cemac, l’équato-guinéen Baltasar Engonga Edjo’o, entre autres.

Lire aussi : Commission de la Cemac: les dossiers urgents de Baltasar Engonga Edjo’o

Rappelons que les projets à financer sont : l’aménagement du corridor Pointe-Noire-Brazzaville-Ouesso-Bangui-N’Djamena (Congo-RCA-Tchad), phase 2 ; l’aménagement et le bitumage de la route Kélo-Pala-Léré-Frontière Cameroun (Tchad-Cameroun) ; l’aménagement et le bitumage de la route Kougouleu-Medouneu-Akurenam, tronçon Kougouleu-Medouneu sur un linéaire de 168 km (Gabon-Guinée-Equatoriale) ; l’aménagement et le bitumage de la route Garoua-Boulaï-Baboua sur le Corridor 2 (Cameroun-RCA)  ; la construction du prolongement du chemin de fer entre N’Gaoundéré et N’Djamena (Cameroun-Tchad) ; la construction de la route Ndende-Dolisie du corridor Libreville-Brazzaville (dernière phase) (Gabon-Congo) ; la construction des voies d’accès routier au pont route-rail (Congo-RDC) ; l’aménagement fluvial et portuaire sur le fleuve Congo et ses affluents (Congo-RCA) ; la connexion électrique Grand Poubara et Imboulou (580 km) (Gabon-Congo) ; l’interconnexion électrique entre le Cameroun (Bertoua) et la RCA (Boali). La construction d’un port sec à Ebebiyin dans la zone des trois frontières (Cameroun-Guinée-Equatoriale-Gabon) ; la construction du port sec de Ngueli (Tchad-Cameroun). Enfin l’appui au développement de la filière bois dans le bassin du Congo (Cameroun-Congo-Gabon-RCA-Guinée-Equatoriale).

EcoMatin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici