Cemac : les cours des produits issus des secteurs forestier et agricole affichent une contre-performance au 2e trimestre

0
76

Cemac : les cours des produits issus des secteurs forestier et agricole affichent une contre-performance au 2e trimestre

Selon l’Indice composite des cours des produits de base rendu public par la Beac, ils enregistrent de façon respective des performances de -6,4% et -3,5% au cours de cette période.

La Banque des Etats de l’Afrique centrale(Beac) ; banque commune aux 6 Etats de la Cemac (Cameroun, Gabon, Tchad, RCA, Congo et Guinée équatoriale), vient de rendre public l’Indice composite des cours des produits de base(Iccpb) pour le compte du second trimestre 2022. Il s’agit en effet, d’un document produit  sur la base de 20 produits de base répartis dans 5 secteurs d’activités et qui représentent 90% de la valeur des exportateurs de la zone.

Lire aussi : Les exportations des pays de la Cemac vers la France bondissent de 121% au 1er semestre 2022

Dans ce document consulté par EcoMatin, il se révèle que cet indice est de +8,3% entre mars et juin contre 12,2% au cours du premier trimestre. Cette légère régression s’explique par la baisse des prix dans le secteur forestier et agricole. Pour le premier cas, l’on enregistre une baisse des cours de 6,4% au 2ème trimestre. La Banque centrale justifie cette baisse observée dans la branche bois de grumes (-7,0%) et des sciages (-6,3%), par un « ralentissement de l’activité économique mondiale » dû à plusieurs facteurs. D’abord, la demande en bois de construction a diminué. De plus, la Banque centrale des Etats-Unis (FED) a récemment baissé ses taux directeurs pour juguler l’inflation. Cette mesure a eu pour répercussions, la hausse des taux d’intérêts des prêts immobiliers. Dans la même veine, en temps de Covid-19, le bois est devenu rare à cause du confinement ; ce qui  a contraint des constructeurs à constituer des stocks.

Lire aussi : Les avoirs extérieurs nets du Gabon en chute de 121% au premier trimestre

Un autre secteur ayant favorisé la régression de l’indice global des cours des produits de base exportés par la Cemac entre mars et juin 2022 est l’agriculture. Ici, le compteur affiche -3,5% contre 1, 9% au premier trimestre. La Beac explique cette chute par « l’accroissement des stocks de certains produits, consécutive aux restrictions au commerce des denrées alimentaires, du carburant et des engrais, dans un contexte de guerre entre la Russie et l’Ukraine », lit-on dans l’Iccpb. Dans le détail, le sucre, le cacao et le café sont des produits qui enregistrent une  baisse des prix avec respectivement -7,5% ; -4,5% et -2,0%. Par contre, le coton, la viande, l’huile de palme et le riz gardent des prix à la hausse soit, tour à tour, 15% ; 11, 3% ; 5,5% et 4,9%. Quant au secteur des minéraux et des métaux, il est resté stable au deuxième trimestre.

Lire aussi : Cameroun : le FMI projette une baisse du taux d’inflation de 2,8% en 2023

Contrairement aux trois premières catégories, les cours des produits exportés du secteur énergétique et de la pêche ont progressé de 14,1% et de 11, 3%. Si pour le dernier cas, la Beac n’évoque pas de raison, le premier est lié aux bouleversements observés dans les grands circuits d’approvisionnement du fait de la crise russo-ukrainienne, entraînant ainsi une hausse des prix de barils ; et de pétrole (+14,1%) et de gaz naturel (7,1%).

Les perspectives

Alors que nous sommes rendus au mois de novembre, la Beac projette une hausse de 50% des produits énergétiques (avant de baisser en 2023 et 2024) et 20% pour les produits agricoles et les métaux et minéraux en 2022. Aussi, avant de baisser à 92 dollars le baril en 2023, le cours du Brent pourrait atteindre une moyenne de 100 dollars de barils en 20222 soit 67 282 F.

EcoMatin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here