Cameroun : l’enquête conjointe sur l’assassinat de Martinez Zogo progresse rapidement

0
177

Cameroun : l’enquête conjointe sur l’assassinat de Martinez Zogo progresse rapidement

 

Alwihda Info | Par Info Alwihda – 10 Février 2023

 

Un portrait du journaliste Martinez placé dans une salle de la radio Amplitude FM le 23 janvier 2023. Daniel Beloumou Olomo/AFP

Reporters sans frontières (RSF) a révélé de nouveaux éléments troublants dans l’affaire Martinez Zogo, le directeur d’Amplitude FM enlevé, battu et tué le 17 janvier dernier.

L’enquête conjointe gendarmerie-police avance rapidement et met en lumière l’implication de l’homme d’affaires Jean-Pierre Amougou Belinga dans le crime. Les témoins et les preuves commencent à s’accumuler contre Amougou Belinga, qui aurait été le principal commanditaire du meurtre du journaliste.

Un premier coup de filet, visant plus de vingt membres des services de renseignement camerounais, a abouti à l’arrestation de Amougou Belinga le 6 février. Les témoignages des six membres du commando, qui sont principalement recrutés en dehors de Yaoundé, confirment le rôle d’Amougou Belinga dans le meurtre de Zogo.

L’exploitation des téléphones des suspects a permis de vérifier les appels passés entre Amougou Belinga et Justin Danwe, ainsi que celui passé au Garde des Sceaux, Laurent Esso le soir du 17 janvier 2023. Des sources proches de l’enquête affirment également avoir trouvé des traces d’un paiement de 35 millions de francs CFA (environ 53 000 euros), envoyé par Amougou Belinga à Justin Danwe.

Les fonds auraient transité via le compte du colonel Etoundi Nsoé, responsable officieux de la sécurité privée de Amougou Belinga et également son beau-père. Ce dernier et Bruno Bidjang, patron du groupe de presse de Amougou Belinga, ont été arrêtés lundi dernier. RSF a également recueilli deux témoignages faisant état de menaces proférées par Amougou Belinga, ou son entourage, contre Martinez Zogo.

Dans un enregistrement audio, Zogo se montre inquiet d’avoir été contacté par un homme très proche de Amougou Belinga une semaine avant sa mort. Avec autant de preuves accablantes, l’affaire Martinez Zogo pourrait éclabousser la fin du règne du président camerounais Paul Biya et emporter l’un de ses plus fidèles compagnons de route.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici