Burkina – Faso : ADAMA NANA, DG DES DOUANES : « Les taux de perception des droits et taxes de douane  n’ont pas connu d’augmentation »

0
124

Burkina – Faso : ADAMA NANA, DG DES DOUANES : « Les taux de perception des droits et taxes de douane  n’ont pas connu d’augmentation »

Afin de répondre aux allégations relayées par certains importateurs, exportateurs, consommateurs ou organisations de consommateurs et médias, la Direction générale des Douanes (DGD) a saisi les médias  pour apporter des éclaircissements relatifs aux contre-vérités  faisant état  de  l’augmentation des droits et taxes de douanes. Adama Nana, le nouveau  Directeur général  des Douanes entourés de ses  plus proches collaborateurs a tenu à apporter, lors de cette rencontre du 27 mai dernier  devant les  Hommes de médias, à Ouagadougou, un démenti cinglant. Selon le DG, le taux de perception des droits et taxes de douanes n’ont pas connu d’augmentation.

 

«  Je voudrais m’appesantir sur ce point pour relever que contrairement aux allégations relayées par certains importateurs, exportateurs, consommateurs ou organisations de consommateurs et médias faisant cas d’une augmentation des droits et taxes qu’il n’en est rien. Je voudrais informer l’opinion publique que ces affirmations sont infondées car les taux de perception  des droits et taxes de douanes n’ont connu aucune augmentation. Ils sont ceux définis par le Tarif extérieur commun (TEC) de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO ), les textes de l’UEMOA et les textes nationaux en vigueur concernant le taux de la TVA et des droits d’accises. Par conséquent ce tarif n’ayant pas changé jusqu’à ce jour,  la liquidation et la perception des droits et taxes ne sauraient changer »,  a précisé Adama Nana, Directeur général des Douanes. Selon le DG, l’administration des Douanes est au service de l’Etat et des populations et à ce titre, elle poursuit  plusieurs missions qui sont, entre autres, la mission fiscale qui est celle liée à la perception des droits et taxes au profit de l’Etat, la mission économique à travers laquelle, elle contribue à l’essor économique du pays, la mission d’appui à d’autres administrations publiques et institutions à travers lesquelles, elle contribue à l’application des textes relevant dédites administrations et institutions. Et de rappeler que pour une meilleure exécution de l’ensemble de ses missions, l’administration des Douanes a procédé, depuis 2016, à l’élaboration et à l’adoption de plans stratégiques qui définissent la vision et les actions subséquentes à mettre en œuvre. De renchérir que son premier plan a été mis en œuvre de janvier 2017 à décembre  2021. Actuellement, le plan en vigueur, c’est le PS–DGD 2022 -2026 que la DGD est en train de dérouler et qui décline la vision actuelle de l’administration des Douanes à l’horizon 2026, une administration rénovée, équitable, performante et résiliente pour un Burkina meilleur, autrement dit de faire des Douanes du Burkina Faso, une Administration « REPèRe ». Abordant le chapitre de la hausse des prix des denrées de premières nécessités,  M.  Nana  a aussi tenu à préciser que « s’il y a augmentation des prix des produits au niveau du consommateur final, cela pourrait s’expliquer par d’autres raisons qui ne sont pas liées au cordon douanier, notamment par la hausse des prix des produits chez les fournisseurs à l’international ». A ce propos, Adama Nana a interpellé l’opinion publique qu’il n’y a pas eu de nouvelles mesures ou nouveaux textes. Les contrôles, toujours selon le DG, ont été renforcés pour éviter l’introduction, dans le pays, de marchandises prohibées qui pourraient servir au circuit terroriste ou nuire à la santé des populations. Ces contrôles servent également à éviter l’introduction frauduleuse de marchandises sans paiement des droits et taxes de douanes. Le DG des douanes a par ailleurs rassuré les importateurs, exportateurs et consommateurs que l’administration des Douanes a mis en place une procédure simplifiée pour faciliter l’enlèvement des produits de grande consommation, tout en veillant au respect de la réglementation douanière  et d’inviter tous ceux qui ont besoin d’informations sur la réglementation  douanière ou sur le fonctionnement de l’administration des Douanes, à se rapprocher des services techniques des Douanes qui sont les seuls habilités à leur fournir des informations. En conclusion, Adama Nana a lancer un appel solennel aux Burkinabè et surtout aux opérateurs économiques et usagers des services des douanes à toujours cultiver un esprit de civisme fiscal, à accompagner et à soutenir les services des Douanes dans l’exécution de leurs missions.

 

 

Ben Issa TRAORE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here