Bria : plus de 20 personnes tuées, 2 femmes enceintes éventrées et leurs bébés émasculés, des huttes incendiées et encore des déplacés

0
58

Selon des informations de sources locales indépendantes en provenance de la ville de Bria, capitale du diamant centrafricain, le camp des personnes déplacées situées au PK 3 a été attaqué par des éléments de la séléka sous l’autorité d’un certain Djamoun. Ce dernier aurait laissé derrière lui plus de 20 morts dont deux (2) femmes enceintes éventrées et leurs bébés émasculés et jetés sur leurs cadavres, des huttes incendiées et encore des déplacés.

En réaction et sous le coup de la colère, les populations ont transporté les dépouilles mortelles pour les déposer à l’intérieur de la base de la Minusca. Quelques heures plus tard, ces corps sans vie se seraient retrouvés dehors et auraient été depuis lors enterrés par leurs familles, grâce à l’aide des Antibalaka.

Ces crimes ont été commis au vu et au su de la Minusca dont le mandat est d’assurer la protection des biens et des personnes. Si celle – ci s’est prononcée  sur cet évènement par la publication d’un communiqué de presse, le gouvernement Sarandji et son porte – parole observent un silence assourdissant.

Afin que nul n’ignore, voici l’essentiel du communiqué de la Minusca :

« Bangui, 7 septembre 2018 – La MINUSCA condamne fermement le meurtre de neuf personnes déplacées internes à Bria, dans la préfecture de Haute-Kotto (centre-est de la République centrafricaine), suite à de violents affrontements entre des groupes armés FPRC et anti-Balaka. La Mission réitère son engagement à mener des enquêtes pour déterminer les responsabilités en vue de poursuites judiciaires appropriées. De même, la Mission a renforcé la sécurité du camp de déplacés de PK3 pour protéger la population.

La police de la MINUSCA enquête sur des informations selon lesquelles neuf personnes déplacées de PK3 ont été enlevées jeudi à l’extérieur du camp et tuées. La Mission a immédiatement envoyé une patrouille après avoir été informée du meurtre et a pu récupérer les cadavres sur l’axe Ippy.

Par ailleurs, la MINUSCA appelle la population civile au calme et dénonce la manifestation hostile de 400 civils dans la matinée de ce vendredi devant son quartier général à Bria. Les manifestants ont lancé deux grenades à l’intérieur du camp, lesquelles ont explosé sans faire des victimes. Une réunion a ensuite été organisée entre les représentants de la MINUSCA et des personnes déplacées internes pour apaiser les tensions.  La MINUSCA a multiplié les patrouilles dans la ville pour protéger la population civile et prévenir une nouvelle escalade de la violence.

La MINUSCA exhorte tous les groupes armés à cesser toute violence contre les civils, à mettre un terme à la tension actuelle dans la région, et rappelle que les auteurs d’attaques contre des civils seront arrêtés et traduits en justice.

Dans le contexte actuel de dialogue sous les auspices de l’Union africaine et des efforts de paix locaux pour réduire les tensions et favoriser la cohésion sociale, les groupes armés doivent respecter leurs engagements à mettre un terme à la violence. « 

A quoi alors a servi la dernière déclaration d’entente de Khartoum entre les Russes et les principaux groupes armés qui contrôlent cette ville de Bria, signée il y a seulement quelques jours ?

Comme toujours !

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here