Bria: La population accuse Touadéra de l’avoir négligée et exige sa présence

0
24

Le sultan de Ndélé, Ibrahim Sénoussi, demande aux autorités centrafricaines d’accompagner le processus de médiation entre les groupes armés menée la semaine dernière par les parlementaires à Bria.  « Les ex combattants sont ouverts aux discussions et le gouvernement doit de ce fait, aller à leur rencontre pour favoriser la cessation des hostilités et le retour à la normale », a déclaré Ibrahim Sénoussi, indiquant avoir « posé les jalons ».

Le sultan de Ndélé indique qu’au cours de cette médiation, « chacun a exprimé sa frustration, nous avons entendu les uns et les autres et avons compris qu’il y a des problèmes internes et des problèmes externes ». 

Au rang des problèmes internes, cette guéguerre entre groupes armés notamment entre les ex-seleka du FPRC. « Nous avons vu les auto-défenses, les responsables du FPRC Abdoulaye Hissène et Azor Kalite qui dit de manière indirecte qu’il y a un conflit entre eux », note M. Sénoussi. 

A  l’externe, il revient sur la colère des centrafricains qui ont trouvé refuge dans les camps des déplacés. « Les gens qui sont sur les sites sont très en colère. Ils ont beaucoup parlé du Président de la République qui apparemment les a négligés comme s’ils ne sont pas des Centrafricains », rapporte le sultan qui invite le Président de la République à s’investir dans ce sens. 

« Si la population demande de le voir, c’est un impératif qui pourra lui permettre de ramener l’ordre », conclut Ibrahim Sénoussi.

A Bria la semaine dernière, les élus de la région 5, les sultans de Ndélé et Birao avaient entrepris une médiation entre les groupes armés FPRC de Abdoulaye Hissène et de Azor Kalite, ceux du MPC et les éléments auto- défense pour une sortie de crise.

 Source : RNL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here