Bria : Adama Dieng a manqué de fermeté à l’endroit des groupes armés

0
25

En visite de cinq jours en RCA, le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies chargé de la prévention de génocide, Adama Dieng, a effectué, le samedi 7 octobre, une visite de travail à Bria (Haute-Kotto), entre autres pour s’imprégner de la situation sécuritaire.

Il était accompagné par la ministre de la Défense Marie Noëlle Koyara, du commandant de la force de la MINUSCCA, le Général Balla, des députés Keita Arsène KONGBO de Bria et Jean Michel MANDABA de Bamingui, et de quelques membres de la société civile de Bangui.

Sur place, il s’est s’entretenu avec les autorités locales, les victimes de la crise, les groupes armés, la plateforme religieuse, l’organisation des femmes et la Jeunesse de la Haute-Kotto. Auprès de ces différents interlocuteurs, il s’est enquis des conséquences de la crise et de l’insécurité qui règne à Bria.

En sa qualité de présidente de l’Organisation des Femmes centrafricaines (OFCA), Noura Lydie a exprimé son vœu de voir la ville de Bria dépossédée de toutes armes, souhaitant que les Nations Unies déclarent la ville de Bria, ville sans armes.

Adama Dieng s’est, ensuite, adressé avec fermeté aux groupes armés, attirant leur attention sur le fait que les crimes qu’ils commettent sont condamnables. Il y a des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, d’où la nécessité pour eux de se conformer au droit humanitaire, fait-il valoir.

A l’attention des autorités locales, Adama Dieng a souligné que la protection des civils revient principalement à l’Etat, tout en leur demandant de rassembler les communautés. Autrement dit, de tout mettre en œuvre pour que chrétiens et musulmans se serrent les mains pour vivre ensemble.

Quant aux victimes, le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies leur a adressé les condoléances et sympathie de l’ONU et les a exhortées à s’engager pour la paix.

Autre moment fort de la visite, la rencontre avec la plateforme religieuse durant laquelle le curé de l’Eglise catholique, le père Judas Kpeni a plaidé en faveur de davantage de « vigilance de la MINUSCA » et d’augmentation de ses patrouilles à travers la ville. Occasion pour Adama Dieng d’encourager les religieux à travailler étroitement avec la Mission pour relever les défis sécuritaires auxquels est confrontée la ville pour le retour de la paix. De même, il les a exhortés à ne pas tomber dans la manipulation, avant de souligner que la destruction des églises et des mosquées peut engendrer un génocide.

Source : Afriquenewsinfo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here