Bouar : c’est l’UE, ni Touadéra ni Sarandji ni leur gouvernement encore moins les Russes !

0
63

Inauguration des infrastructures administratives et routières de Bouar (11 aout 2018). Retrouvez le discours de l’Ambassadrice Cheffe de délégation de l’Union européenne, Samuela Isopi

Monsieur le Président de la République Chef de l’Etat,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Honorables Députés de la Nana-Mambéré,
Monsieur le Préfet de la Nana-Mambéré,
Monsieur le Maire de la ville de Bouar
Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Je suis particulièrement heureuse d’être aujourd’hui à Bouar avec vous, Monsieur le Président, pour donner ensemble un signal fort de présence de l’Etat et pour montrer aux populations locales et à l’opinion publique toute entière qu’ensemble vous et nous, ne ménageons aucun effort pour tenir nos engagements.

Je voudrais saluer toutes les autorités, les notables et les personnalités ici présentes qui ont voulu honorer de leur participation à l’occasion de la remise officielle des infrastructures administratives et routières à Bouar, réalisées par le Gouvernement sur financement de l’Union européenne.

Je tiens à vous adresser un remerciement particulier, Monsieur le Président, pour votre présence à la cérémonie d’aujourd’hui, placée sur le signe du renforcement de l’autorité de l’Etat et de la priorité accordée par vous-même et par votre Gouvernement au développement inclusif, équilibré et équitable de toutes les régions du pays.

Le support de l’Union européenne au renforcement de l’administration publique territoriale centrafricaine remonte à loin: le projet «réhabilitation des services de base et renforcement des capacités des autorités locales dans les pôles de développement (PDD) » est un projet phare de la coopération entre l’Union européenne et la RCA. Il a été signé en décembre 2010 pour un montant global de 27,3 millions d’euros, et relevait à l’époque les acquis du « Programme de Microréalisations II (PMR II) », qui avait été mis en œuvre entre 2009 et 2015, pour une contribution de 16 millions d’euros.

Pendant son cycle de vie, le projet des pôles de développement – PDD a subi des modifications substantielles en vue de s’adapter aux réalités du terrain, répondant ainsi aux préoccupations exprimées par le Gouvernement. Partant d’une approche visant à renforcer les Pôles de Développement, en droite ligne avec la politique du Gouvernement de l’époque, cette stratégie a dû s’adapter à la situation de crise qu’a vécue le pays. Il a donc fallu mettre l’accent, en cours du projet, sur une approche pragmatique et à résultats rapides, permettant de rétablir la présence et les fonctions de l’Etat auprès de la population, et de recommencer à offrir des services sociaux de base aux communautés.

C’est pourquoi, le PDD a été réorienté afin de contribuer à opérationnaliser le programme de redéploiement de l’administration publique et la mise en œuvre de la Stratégie de Redéploiement de l’Autorité l’Etat (RESA) adopté par votre Gouvernement. Aujourd’hui, le PDD participe pleinement à la mise en œuvre du Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix (RCPCA). Dans le cadre du Pilier 2, qui vise à Renouveler le contrat social entre l’Etat et la population, le projet PDD aide à atteindre le premier objectif stratégique qui est de redéployer l’administration sur tout le territoire et mettre en place une gouvernance locale inclusive.

Dans les détails, les travaux que nous inaugurons aujourd’hui ont porté sur:

  • La construction d’un bâtiment administratif de 26 bureaux et une salle de conférence qui abritera l’ensemble du personnel des services déconcentrés de l’Etat dans le Pôle de Développement de Bouar (pour une somme de 290 millions de FCFA (441,225.00 EUR);
    • La réhabilitation des bâtiments de la Préfecture et de la sous-préfecture afin d’améliorer les conditions de travail des Autorités territoriales;
    • La réhabilitation du bâtiment de la mairie devant améliorer les conditions de travail pour le staff de la Délégation spéciale de la ville de Bouar offrant aussi un lieu d’accueil (la réhabilitation de ces trois bâtiments ayant couté 414 millions de FCFA (630,851.00 EUR)
    • La réhabilitation de la piste rurale Bouar- Bozoum pour une distance de 110 km, qui sera très importante pour la circulation des personnes, de biens et services, entre ces deux Pôles de Développement du pays. Cette réhabilitation a couté 3.2 milliards de FCFA (4,891,223 EUR)

Le montant global de ces travaux s’élève à presque 4 milliards de FCFA (3,912 273,826 FCFA), soit environ 6 millions d’EURO.

Ces ouvrages ont tous une portée à la fois très concrète et très symbolique: la préfecture, la sous-préfecture, le bâtiment administratif abritant les services déconcentrés de l’Etat et l’hôtel de ville, permettront de créer symboliquement une « citadelle » de l’Etat, en rendant la présence de l’Etat centrafricain plus visible et, nous en sommes convaincus, plus effective. La piste rurale Bouar- Bozoum -synonyme de mobilité, de connexion, de liberté de mouvement – servira à faciliter le commerce et les échanges humains et économiques, mais aussi à créer des meilleures conditions logistiques pour assurer la sécurité.

Tous les travaux ont contribué à générer des revenus pour le pays et pour les communautés. Ils ont en effet été exécutés par des opérateurs économiques centrafricains, qui méritent d’être félicités pour le travail accompli, en dépit de la longue crise que le pays a connue. Il s’agit des entreprises Union Services, Générale des Entreprises Verret et Semence, ainsi que des bureaux de contrôle Kodro, LEGE Engineering Centrafrique et Le Crayon.

Monsieur le Président de la République,

Compte tenu de sa population importante, de sa position stratégique et de son potentiel économique, Bouar a été depuis le début une ville prioritaire du programme PDD, et plusieurs activités importantes y ont pris place. Permettez-moi d’en rappeler quelques-unes:

Les capacités des autorités locales ont été renforcées à travers des formations sur la préparation, l’exécution et la gestion du budget communal, et sur la bonne gouvernance. Elles ont aussi été accompagnées dans leurs fonctions par du personnel additionnel mobilisé sous le PDD, et ont reçu des moyens roulants et des équipements informatiques et fournitures de bureau.

Le PDD prévoit aussi un volet de renforcement de la société civile, qui fait partie du cadre institutionnel et qui répond à l’approche intégrée du programme. Dans ce contexte, les ONG internationales CIDR & IRAM en collaboration avec leurs partenaires centrafricains IDC & ECHELLE ont mis en œuvre le projet  » appui pour le renforcement des capacités des organismes de la société civile et des autorités locales ». Ces ONG, recrutées sur la base de leur expérience et de leur savoir-faire, ont travaillé avec des acteurs clés, bénéficiaires directes du projet qui sont notamment les Organismes de la Société Civile locale et les Autorités Locales de Bouar.

21 micro-projets destinés aux OSC et AL ont été identifiés en cohérence avec les priorités retenues dans la charte territoriale du développement de Bouar. Les micro-projets financés ont bénéficié à la majorité de la population rurale, notamment à travers des actions dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et du petit commerce.

D’autres microprojets ont été identifiés par les mairies et les services sociaux de base, telles que les écoles et les formations sanitaires, validés par le Comité régional de développement (CRD) et financés sur les ressources du PDD. Ainsi, ont pu être réalisés des travaux de construction et réhabilitation des bâtiments et des dotations en matériels et équipements nécessaires pour le bon fonctionnement de ces structures.

De plus, le PDD a permis de réaliser 26 forages de pompes à motrice humaine à Bouar et ses environs, pour un cout d’environ 400 millions de FCFA (583,508.00 EUR)

Enfin, le marché central de Bouar a été réhabilité par de petites moyennes entreprises locales pour un coût total de 163 millions de FCFA (249,000.00 EUR). Ce marché représente un lieu de rencontre économique et sociale mais aussi un espace-clé de promotion de la cohésion sociale à travers le commerce et l’intérêt commun.

Monsieur le Président de la République,

Permettez-moi de rappeler que la même typologie d’intervention a été réalisée dans d’autres villes du pays: le PDD a permis globalement de construire et réhabiliter 80 bâtiments administratifs, et de doter les villes concernées de moyens roulants, d’équipements informatiques et de fournitures de bureau, en supportant en même-temps le déploiement de leur personnel. Le PDD a aussi initié une centaine de microprojets, et réalisé plus d’une centaine de forages à travers le pays.

Vous avez participé en 2017, Monsieur le Président, à la cérémonie inaugurale du Bâtiment administratif de Boali, conjointement à la remise d’équipements, en présence de mon prédécesseur, et nous aurons sûrement l’occasion de continuer ensemble le tour du pays pour inaugurer d’autres infrastructures administratives, routières ou sociales dans d’autres villes et pôles de développement de la République centrafricaine.

Nous sommes convaincus que ce genre d’intervention, qui soutient le retour de l’administration publique à l’intérieur du pays et répond en même temps aux besoins des populations en termes d’accès aux services sociaux de base et d’opportunité d’emploi et de génération de revenu, est à multiplier. L’Union européenne, via d’autres instruments comme le Fonds Bêkou, a initié un programme similaire, qui a permis de réaliser d’importantes réhabilitations dans la préfecture de Berberati et de travailler au niveau communautaire sur la promotion des activités génératrices de revenus et la facilitation de multiples actions de réconciliation et de dialogue intercommunautaire.

L’approche qui a donc inspiré le PDD se poursuivra à travers d’autres actions et d’autres projets en appui à la consolidation des institutions, à la restauration de l’autorité et de la présence de l’Etat, à la résilience des communautés, pour continuer à renforcer le contrat social entre l’Etat et ses populations.

L’Union Européenne continuera au cours des prochaines années à supporter le Redéploiement de l’Etat dans le pays. Tout particulièrement à Bouar l’Union européenne, nous nous engagerons davantage dans les domaines de la défense et de la sécurité publique. Plus spécifiquement, en collaboration avec le Ministère de la Défense, les FACA, l’EUTM et la Fondation Suisse de Déminage, nous aiderons les FACA à redéployer un bataillon à la garnison de Bouar au Camp Le Clerc où nous envisageons de réaliser des réhabilitations.

De plus, nous appuierons le redéploiement des Forces de Sécurité Intérieures (Police, Gendarmerie, Douane et Eaux et Forêts) tout le long de l’axe économique et sécuritaire de Bangui-Béloko, en instaurant à Bouar, en considération de sa position stratégique, un Centre Opérationnel Régional Conjoint pour les FACA et les FSI. Des réhabilitations et des fournitures d’équipements de bureau et moyens roulants seront prévues sur la base des nécessités.

Je ne saurai terminer mon propos sans remercier le Gouvernement et les acteurs qui ont contribué à la réalisation de ces infrastructures et à la mise en œuvre du PDD. Je ne saurai également terminer sans vous féliciter et sans vous encourager personnellement à poursuivre les efforts que vous menez au quotidien pour rebâtir l’Etat centrafricain, pour restaurer la présence de l’Etat dans l’ensemble du pays, pour aller à l’encontre de vos populations sur le territoire, bref pour reconstituer les fondamentaux d’un Etat. Nous savons combien cette responsabilité soit lourde. Soyez assuré, Monsieur le Président, que l’Union européenne sera, comme nous l’avons toujours été, aux cotes de la population centrafricaine et des autorités pour soutenir le pays dans ces efforts.

Je voudrais ici louer également la collaboration entre la Délégation de l’Union européenne, le Ministère de l’Economie et du Plan et la CAONF, pendant la formulation, l’exécution et le suivi des travaux et féliciter le Ministre du Plan pour son engagement personnel.

Enfin, permettez-moi de m’adresser aux bénéficiaires. Je les encourage à s’approprier ces projets et à faire une bonne utilisation de ces infrastructures, qui devront permettre d’améliorer les conditions de travail pour mieux répondre aux besoins des communautés et aider à l’Etat à mieux assurer ses fonctions régaliennes.

Votre engagement et votre diligence sont nécessaires pour la pérennisation de ces ouvrages si importants pour les populations de Bouar. J’invite le Gouvernement et les Autorités locales à s’organiser et à s’engager afin d’en assurer l’entretien et la sécurisation. Des bâtiments sont des constructions sans vie et sans avenir s’ils restent vides et sans personnel, affecté et engagé. Les actions de réhabilitation doivent donc être suivies d’un déploiement effectif et efficace des fonctionnaires de l’Etat.

Un dernier message va aussi à l’endroit de la population de Bouar, afin que vous contribuiez à la sauvegarde de ces réalisations, car vous êtes les premiers bénéficiaires et acteurs du PDD.

Vive la coopération entre l’Union européenne et la République Centrafricaine,

Je vous remercie (Singuila mingui).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here