BATAILLE DE PHARSALE : VICTOIRE DE CÉSAR SUR POMPÉE, Pharsalus

0
992

« Pharsale n’a pas eu le même rôle que d’autres désastres : ailleurs, c’était la destinée des individus, ici c’est celle des peuples qui fait la perte de Rome ; quand ailleurs mourait un soldat, ici c’est une nation ; il y coula du sang achéen, pontique, assyrien, les flots de sang romain défendent à tous les autres de stagner et de se maintenir dans les plaines. Cette bataille inflige aux peuples une blessure trop grave pour que leurs générations puissent les supporter ; c’est plus que des vies et des existences qui prennent fin, c’est pour toute la durée de l’univers que nous sommes abattus. Ces glaives triomphent de tous les âges pour les asservir ».

« Non istas habuit pugnae Pharsalia partes quas aliae clades : illic per fata virorum, per populos hic Roma perit ; quod militis illic, mors hic gentis erat : sanguis ibi fluxit Achaeus,Ponticus, Assyrius ; cunctos haerere cruores Romanus campisque vetat consistere torrens. Majus ab hac acie quam quod sua saecula ferrent volnus habent populi ; plus est quam vita salusque quod perit : in totum mundi prosternimur aevum.Vincitur his gladiis omnis quae serviet aetas ».

Lucain, Pharsale, VII, v. 632-641

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here