Basket : Michael Mokongo crucifie le nullissime Gabin Ulrich Isidore Marida et le staff technique

0
1087
Les vérités de Michaël MOKONGO
L’interview que Michael MOKONGO, (34 ans, 1 m78) meneur de l’équipe de #Centrafrique , nous a accordé est à lire juste ici . Avant de débuter cette interview, je voudrais remercier les autorités notre capitaine Max KOUGUERE, William KOSSANGUE et Jimmy DJIMRABAYE qui ont œuvré pour que je rejoigne la sélection.
1 -Quelles sont tes impressions générales après ces éliminations ? Sur les Joueurs, l’équipe et le jeu des Bamaras 2020 ?
Honnêtement c’est une équipe compétitive, avec d’une part un alliage de joueurs expérimentés que sont KOUGUERE, KOSSANGUE, JEFFERSON, MOKONGO , DJIMRABAYE et GREBONGO et d’autre part une génération qui a du talent avec GANAPAMO Evans, DOKOSSI Allan, WEGSCHEIDER Axel absent car retenu par son université.
Sans oublier les joueurs locaux venus de Centrafrique.
Différence technique
Maintenant la problématique est qu’il y’ a une grande différence de culture basket entre tous ces joueurs. Nous n’avons pas une identité de jeu comme le Sénégal, la Tunisie et l’Angola. Je pense qu’il nous faut une personne à la tête de la Sélection Nationale une personne qui a une grande expérience du basket et des compétions internationales et l’AfroBasket. Que cette personne apprenne à connaître les talents dont elle dispose dans l’équipe; ceci afin de mettre en place des systèmes adaptés afin que cette équipe puisse jouer ensemble. Que cette personne drive l’équipe avec une philosophie qu’elle maitrise afin d’atteindre son potentiel maximum.
L’expérience des anciens
Ainsi nous les « anciens » auront un rôle important dans le groupe, les vestiaires, la communication et le professionnalisme nécessaire afin que la RCA retrouve un jour les belles années du basket comme celle des KOTTA, OUMAROU, etc…
Le haut niveau
Je finis en disant que lorsque l’on voit que le Nigeria, la Tunisie, l’Angola possèdent 7 personnes dans le Staff technique. Tout cela doit amener à réfléchir de manière intelligente pour converger nos forces dans la bonne direction et avoir des dialogues constructifs. Nous sommes en 2020, tout le monde avance et nous ?
2-Pourquoi les plus jeunes et plus complétifs n’ont pas eu plus de temps de jeu ?
C’est une question qu’il faudra poser au staff technique.
3-Souhaiterais-tu continuer en sélection Centrafricaine après ces éliminatoires ?
Si mon pays fait appel à moi et que je suis disponible et surtout compétitif ce sera toujours avec un grand honneur et privilège de le représenter comme je l’ai toujours fait au cours de ma carrière.
Je tenais à dire que le poste de meneur de jeu est un poste très exigent. Tous les grands joueurs internationaux contre lesquels j’ai joué m’ont donné cette crédibilité afin de mettre mon expérience au service de mon pays.
Expertise incontournable
Je rajouterai qu’un joueur comme Romain SATO qui a porté très hauts les couleurs nationales et qui a atteint le meilleur niveau et Anicet LAVODRAMA doivent intégrer le Staff des équipes nationales afin d’apporter leur expertise et continuer de travailler avec Maurice BEYINA qui fait un travail incroyable.
C’est un schéma qui se fait dans les autres pays comme l’Angola où les anciennes gloires sont au service de leur pays. Soyons unis pour le même but !
4- Que penses-tu de la nouvelle compétition BAL ? Et si tu as une opportunité de la jouer serais-tu intéressé ?
Tout d’abord, il faut saluer et reconnaitre le travail de Amadou Gallo Fall ainsi que celui de FIBA Afrique et de la NBA pour avoir mis en place cette compétition. L’Afrique va pouvoir bénéficier de toutes les dernières avancées (sponsoring, marketing, arbitrage,… ). Elle va se jouer dans 12 pays et permettra donc aux jeunes joueurs locaux d’exercer leurs métiers.
C’est un projet qui va mettre en avant notre savoir africain qui ne devra plus se contenter d’observer ce qui se passe ailleurs.
Intérêt
Je ne pense pas y prendre part, car pour mon après carrière, je travaille déjà sur d’autres projets; mais je reste ouvert si il y a d’autres possibilités pour aider le basket africain à se développer.
On te laisse les mots de la fin en te remerciant de nous avoir accordé cette interview Michael.
Je tiens à remercier les autorités, toutes les personnes qui ont rendu notre participation à ces éliminatoires possible et en particulier au corps médical du staff centrafricain, que l’on oublie souvent Dr TEKPA Prisca et notre Kinésithérapeute Sylvère sans oublier nos fans, supporters.
Ensemble nous y arriverons !
{Réalisée le 3 décembre 2020}
Photo : FIBA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here