Bambari : 150 millions de Fcfa remis par Touadéra à Darass à vau – l’eau

0
407

Le mathématicien de Boy – Rabé et son cher aîné le Boucher de Bordeaux voulaient coûte que coûte que les grandioses festivités de  la JMA de Bambari se tinssent, en dépit de tant de menaces permanentes de son boycott par les éléments de l’UPC d’Ali Darass qui contrôlent la ville.

Au nom de leur fameuse politique de restauration de l’autorité de l’Etat, ils caressait ainsi  le beau rêve de s’en servir pour s’en mettre plein la poche une fois de plus, non seulement pour divertir l’opinion mais surtout pour faire croire au peuple centrafricain qu’ils ont à cœur le souci de travailler au relèvement de ce pays.

Quel cynisme ! Comment peut – on extraire des centaines de millions de la caisse de l’Etat pour organiser une journée mondiale de la femme et de l’alimentation dans un pays où plus de 85% du territoire national sont occupés par des groupes armés qui tuent impunément, volent, violent, pillent, incendient des habitations et greniers, lèvent l’impôt et rackettent, et contraignent sans cesse des milliers des familles à d’incessants déplacements ? Une telle option peut – elle seulement  être vraisemblable ? Évidemment, non. Sauf que derrière la tenue de ces festivités, Touadéra et Sarandji devaient en profiter pour s’enrichir sur les maigres ressources de l’Etat. Et pour pouvoir avancer dans cette aventure, il fallait compter sur la cupidité sans faille de leur ministre de l’agriculture, à qui beaucoup d’argent a été donné.

Seulement, le mercenaire nigérien Ali Darass ne voulait pas l’entendre de cette oreille, réagit violemment et fait parvenir directement des mots de menaces au mathématicien de Boy – Rabé. Pour le convaincre, ce dernier monte au créneau, s’entretient assez longuement au téléphone avec l’un des lieutenants du marchand de la mort et lui envoie une importante somme d’argent. Le grand conquérant l’empoche mais estime le montant insuffisant et fait monter les enchères.

Alors, Touadéra met la main à nouveau à la poche, dégaine encore  et remet une rondelette enveloppe de 150 millions de Fcfa à son conseiller spécial Hassan Bouba qui n’est autre que l’un des lieutenants d’Ali Darass. Afin de tromper  l’opinion, les thuriféraires du régime et leurs laudateurs passent à l’action et couvrent cette mission hautement recommandée d’exfiltration de l’intéressé par les ennemis de la République qui veulent tuer leur président. Le conseiller arrive à Gbokolobo et remet le précieux colis  à qui de droit. Satisfait, Ali Darass donne son feu vert.

Rassuré donc, Touadéra ordonne à Sarandji de mettre en branle la délégation devant prendre part à cette importante cérémonie, le 10 janvier 2019. Au même moment, prétextant ne pas avoir obtenu leurs quotes – parts de la cagnotte remise à leur chef, les lieutenants d’Ali Darass exigent à leur tour au président de la République leur enveloppe et lancent un ultimatum. Finalement, n’ayant rien eu comme réponse positive, ils ont décidé  de mettre  la main à la gâchette, plongeant ainsi Bambari dans  de  nouvelles  violences.

150 millions de Fcfa extraits directement de la caisse de l’Etat à vau – l’eau !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here