Bac 2017 : La silencieuse fraude du ministre Aboubacar Moukadas Nour

0
48

Moukadas

On a l’habitude de dire que le chien aboie, la caravane passe. Cet adage, le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en a fait sien et est entrain de l’appliquer maintenant sur le Bac 2017.

Des choses honteuses, dégradantes voire même ridicules se passent en ce moment autour de la correction du baccalauréat 2017. Malgré les mises en garde de Premier ministre Mathieu-Simplice Sarandji pour que les enseignants cooptés pour la correction du bac puissent faire un travail qui respecte la déontologie de leur profession, afin que le bac de cette année-ci reflète réellement le niveau des candidats, la mauvaise manie de ceux-là qui sont toujours avides d’argent a vite fait de surgir.

Ce qu’on arrivera jamais à comprendre et que la raison ignorera à jamais, c’est qu’un ministre en charge de l’éducation nationale , celui-là qui est sensé tout faire pour qu’il n’y ait point de fraude dans le processus de déroulement des examens scolaires et universitaires, s’emploie personnellement à animer des circuits de fraude.

Le Mercredi 28 juin, à la Direction des Examens et Concours où se déroule la correction du Bac, un doungourou d’Aboubacar Moukadas Nour, chargé de récolter pour le compte du ministre les produits de fraude s’est fait prendre la main dans le sac. Bien installé dans un petit discret bureau, feignant suivre pour le compte du ministre le déroulement de la correction, la véritable opération de ce monsieur que nous taisons le nom par respect à sa personnalité, est d’attendre et recevoir en toute discrétion, les envoyés de Moukadas Nour qui lui versent des sommes d’argent allant de 150 000 à 300 000 F cfa par enfant et ceci, selon la capacité des parents, les quels enfants sont inscrits sur une liste noire avec leur n° de composition pour être rassurés de leur réussite au Bac 2017.

Dieu, n’oubliant pas son peuple meurtri dans sa chair suite à la grave crise qui a secoué le pays, et grâce à la merveilleuse vigilance des agents des forces de sécurité intérieur (FSI), ce monsieur a été démasqué juste parce que les multiples visites qu’il reçoit de personnalités non enseignantes et donc pas concernées par la correction du Bac, a vite fait d’attirer l’attention et le soupçon des agents de la force de sécurité présents qui ont fait irruption dans ledit bureau où s’est déroulée une rapide fouille dont le résultat est, non seulement étonnant, mais très grave : d’importante somme d’argent saisie, une liste noire assez fournie dont la manière d’établir n’est autre qu’une liste de candidats corrupteurs. Aussitôt, le monsieur est trimbalé à la SRI où, finalement, il a avoué œuvrer pour le compte du ministre Aboubacar Moukadas Nour.

Que dire de pareilles déclarations ? Le Bac 2017 va-t-il à nouveau être un fiasco comme celui de l’année dernière où des listes de candidats de 2012 et 2016 ont été lues proclamant des admis qui n’ont pas concouru ? Où va le système éducatif centrafricain ?

Ces interrogations resteront à jamais sans aucune réponse valable si des énergumènes de Moukadas Nour, pourtant enseignant lui-même, et leurs sbires ne prennent pas au sérieux le problème de baisse de niveau des élèves et étudiants tant décrié en Centrafrique et qui n’honore pas le pays. Il y a de quoi à vanner la corporation pour arriver un jour à éliminer non seulement la fraude, mais aussi, et de façon général le phénomène de la corruption qui gangrène le pays.

Aboubacar-Moukadas Noure, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique : 3,5/20 : Exclue pour

       Incompétence gravissime et non maitrise du ministère ;

Pourtant Enseignant de son état, ce Ministre est un véritable agoraphobe de tout le gouvernement Sarandji. Donnant l’impression d’être toujours occupé et invisible dans la ville, il est toujours enfermé dans son tour d’ivoire. Il est en train de donner le dernier coup de grâce pour enterrer définitivement un système éducatif centrafricain qui était encore agonisant avant son arrivée.

Il n’a aucun regard, aucune vue sur ce qui se passe dans son département. A titre d’exemple, il a nommé des gens décédés à des postes de responsabilités et dédoubler des responsables à la tête de certains établissements.

Véritable out sider ! Il n’a pas vraiment une vision pour le département de l’éducation nationale. Pilotage à vue ! MOUKADAS ne sait pas vraiment ce qu’il voudrait que le ministère de l’éducation soit, quand bien même le Chef du gouvernement aurait remis une lettre de mission à chaque ministre.

A bon entendeur, salut.

Copyright2017CNC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here