Assemblée nationale : des députés pris en flagrant délit de partage d’une somme d’argent à l’hôtel Azimut 

0
1627

Des députés de l’assemblée nationale Dimbélet, Makango, Lamine, Gallo et Aziza ont été pris en flagrant délit de partage d’une importante somme d’argent, il y a quelques jours à l’hôtel Azimut sis à Bangui en face de la primature.

Une enveloppe qui leur a été remise par le premier ministre Firmin Ngrébada,  en contrepartie de leurs prouesses magiquement réalisées face à la pétition d’une cinquantaine des leurs relative à la convocation de l’assemblée nationale à une session extraordinaire dont l’ordre du jour devait porter sur la situation sécuritaire de l’heure, l’état d’avancement du processus électoral qui se trouve dans l’impasse et la mauvaise gestion de l’épidémie du covid – 19. En effet, à l’initiative du 2ème vice – président de l’assemblée nationale Mathurin Emmanuel Dimbélet Nakoé, transfuge du KNK et l’un des membres influents du MCU, le premier ministre a été convaincu que la sollicitude de ces élus de la nation n’avait qu’un seul but : obtenir son départ de la primature.

En réponse, un premier appel de fonds a été mis à la disposition du député par ce dernier afin de bloquer cette procédure. Et, c’est ce qui a été fait, selon des sources en provenance de l’assemblée nationale. Sept (7) députés moyennant espèces sonnantes et trébuchantes ont alors désisté de la procédure engagée en demandant le retrait pur et simple de leur signature au bas du document ou en alléguant de leur absence à Bangui au moment de l’adoption de la pétition. Du coup, le quorum de la majorité du tiers des députés composant l’assemblée nationale qui est de 46 plus un, n’étant plus atteint, la procédure a été purement et simplement retirée de la circulation. C’est donc naturellement  pour les féliciter d’avoir réussi à faire obstruction à cette initiative qu’une deuxième enveloppe leur a été octroyée. De la corruption !

Mais au – delà de cette affaire de partage d’argent, il faut revenir sur le rôle éminemment dangereux pour la démocratie dans notre pays, l’honneur et la dignité des élus de la nation, joué en l’espèce  par un certain Laurent Ngon Baba, député de Baboua et président de l’assemblée nationale. Il a délibérément fait rétention de la transmission de cette pétition au gouvernement, pourtant adoptée par le bureau de l’assemblée nationale, conformément au règlement intérieur. Il ne le fera fort étonnement que le même jour suite au désistement des sept (7) députés. Une rétention qui coûtera trop cher à ce dernier dans les jours à venir dans la mesure où certains signataires n’ont jamais reconnu avoir désisté.

Affaire à suivre…. !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here