Accueil A la Une Arrestation de Bah Diakhaté : L’Apr dénonce une détention arbitraire

Arrestation de Bah Diakhaté : L’Apr dénonce une détention arbitraire

0
77

Arrestation de Bah Diakhaté : L’Apr dénonce une détention arbitraire

L’attente a duré un peu plus de 45 jours. L’Apr ouvre les hostilités contre le parti Pastef. La nouvelle opposition dénonce une «arrestation arbitraire» de Bah Diakhaté et sonne la mobilisation pour exiger sa libération.

Par Malick GAYE – Le temps de grâce n’aura pas duré 2 mois. Les hostilités entre l’Apr et le Pastef démarrent. Dans un communiqué signé par Seydou Guèye, porte-parole de l’ancien parti au pouvoir, la nouvelle opposition a attaqué le nouveau régime. Le prétexte, c’est l’arrestation pour des «motifs aussi fallacieux que farfelus» de l’activiste «républicain» Bah Dia­khaté, «réputé pour ses analyses documentées et fouillées». Ainsi, d’après le communiqué, l’activiste est revenu, au cours d’un live, sur les propos du leader du Pastef, relatifs à la criminalisation de l’homosexualité, et le reniement de ce dernier lors d’une conférence conjointe avec le leader de La France insoumise tenue à l’Ucad, sur une transaction foncière et sur le cas d’un vice-président du Pastef sanctionné par sa hiérarchie pour des questions de mœurs. «Aucun de ces faits ainsi évoqués et prouvés n’est constitutif ni d’injures pu­bliques, ni d’offense, encore moins de diffusion de fausses nouvelles», d’après le document.

Fort de ce constat, l’Apr «prend l’opinion à témoin pour dénoncer avec la dernière énergie cette arrestation arbitraire et pour exprimer sa vive préoccupation au regard des dérives liberticides des nouvelles autorités».

Pour les poulains de Macky Sall, l’Apr avait très tôt «alerté sur la mise en péril de notre vivre-ensemble par le parti Pastef au regard de son mode de présence en politique basé sur la violence, la haine, la manipulation, l’insulte, l’outrage et les agressions contre les institutions de la Ré­publique». A cet effet, souligne le document, «cette arrestation consternante interpelle tous les Républicains, tous les citoyens démocrates, soucieux de l’avenir du Sénégal et attachés à la liberté, notamment la liberté d’expression. Accepter que Bah Diakhaté soit dans les liens de la détention, c’est abdiquer, c’est ouvrir la voie à l’arbitraire et à toutes les forfaitures».

Par conséquent, Seydou Guèye et ses camarades exigent la libération «immédiate et sans condition de Bah Dia­khaté, pour barrer la route aux fossoyeurs des libertés et de la démocratie».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici