Alindao : Pas de réaction de Sarandji suite à l’annonce du projet de construction d’un aérodrome par Ali Darass !

0
992

Sur les ondes de la radio nationale et dans une bande sonore de moins de deux (2) minutes, le premier ministre Simplice Matthieu Sarandji est monté au créneau pour injurier le Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga et le traiter de menteur. Son seul tort : avoir eu le courage de lancer, en sa qualité de la personnalité la plus suprême de l’Eglise Catholique Centrafricaine, un appel spirituel  à tous les chrétiens et tous les soldats du Christ à consacrer la journée des festivités du 1er décembre au jeûne et à la prière en mémoire des victimes de la recrudescence des violences intervenues ces derniers temps, à Batangafo, Bambari, Alindao, Berbérati, Bangui et ailleurs.

Le lundi 3 décembre 2018, dans la matinée, il a une nouvelle fois  frappé fort, selon des informations dignes de foi en notre possession, en lançant à l’assaut du ministère des affaires étrangères et contre  le ministre Charles Armel Doubane, une horde de jeunes désoeuvrés et de voyous. Son seul tort : avoir obéi à l’appel du Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga demandant à tout chrétien et à tout soldat du Christ de consacrer exclusivement la journée des festivités du 1er décembre au jeûne et à la prière.

Mais, fort curieusement, alors qu’au même moment  des posts – vidéo, circulant sur les réseaux sociaux, montrent quelque part dans la brousse, le mercenaire nigérien  Ali Darass, dont les djihadistes se sont rendus coupables du dernier carnage  commis à Alindao, en compagnie de deux (2) mercenaires russes du Groupe Wagner, discutant chaleureusement sur le projet de construction d’un aérodrome de plus de 2 Km, l’homme semble avoir tout perdu de sa brutalité, de sa nervosité, de ses belles envolées lyriques et de toute sa fugacité du meilleur boxeur aux records jamais égalés en République centrafricaine.

Il ne faudra pas longtemps au journal « La Voix des Sans – Voix » pour chercher et comprendre les raisons de son silence : c’est un projet dont serait actionnaire son cher cadet, le président Touadéra avec ses amis du Groupe Wagner. Un projet contre les intérêts du peuple centrafricain et  de  la République, mais pour  leurs petits  intérêts et et leurs comptes personnels, quitte à marcher sur des montagnes des cadavres et à partitionner le pays.

Voilà pourquoi, il s’en est violemment pris au Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga, allant jusqu’à le traiter de menteur ; car, alors que toute la Touadérakistan s’y attendait le moins,  l’Esprit saint a  révélé par l’homme de Dieu  au grand jour leur pacte avec le mercenaire Ali Darass !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here