Alerte – Info : Plus de 3.000 mercenaires peuhls à la rescousse de l’UPC d’Ali Darass !

0
24

Selon des informations dignes de foi en notre possession au moment où ces lignes sont en train d’être tracées, plus de 3.000 mercenaires peuhls  provenant de différents pays du continent, auraient traversé la frontière du Soudan pour voler au secours du mercenaire nigérien Ali Darass. Au vu et au su de la Minusca dont le mandat est de veiller à la protection des populations civiles mais qui malheureusement refuse  depuis lors de l’appliquer ad litteram. Au vu et au su du Gouvernement Sarandji et du président Touadéra dont le silence ne peut qu’être l’expression d’une complicité, d’une incapacité et d’une faiblesse inacceptables.

Pour la simple raison que la crise centrafricaine est devenue un véritable fonds de commerce  qui profite à certaines puissances internationales et sous – régionales en connivence avec certains filles et fils du pays de B. Boganda : piller, exploiter et contrôler les immenses ressources naturelles dont regorgent le sol et le sous – sol centrafricains, à savoir or, diamant, bois et etc. Pour ce faire et  continuer de justifier leur présence, les centrafricains doivent mourir tous les jours ou quitter leurs habitations, leurs quartiers et leurs communes pour se retrouver en brousse et y vivre comme des animaux, face à la terreur de leurs bourreaux, des conquistadores et des mercenaires instrumentalisés par les uns et les autres.

 A ce propos, ces mêmes sources affirment que le mercenaire nigérien contrôlerait plus de 400 puits d’or et de diamant et serait  de ce fait l’un des pions substantiels de cette crise à la solde de certaines puissances présentes au sein de la Minusca et au plus haut sommet de l’Etat. C’est en vertu des termes de ce contrat qu’il aurait été autorisé à exporter sa puissance de feu vers la Basse – Kotto, le Mbomou et le Haut – Mbomou, jadis calmes mais aujourd’hui à feu et à sang, alors qu’il aurait dû tout simplement être arrêté ou neutralisé sans aucune forme de procès, comme l’a été un certain Zoundecko.

En somme, nous sommes devant une conjuration internationale contre tout un peuple et contre un Etat indépendant, membre de l’Onu. Un peuple qui est assassiné tous les jours et Un Etat qui perd tous les jours de son territoire né de son accession à l’indépendance le 13 Août 1960.

 Avec l’arrivée de ces 3.000 peuhls, s’ouvre un autre chapitre de cette crise, celui de monter les centrafricains contre des centrafricains, des populations autochtones contre des minorités peuhles centrafricaines, comme les conspirateurs de cette crise l’ont déjà fait en s’efforçant par tous les moyens de  lui donner un caractère interconfessionnel. Le puzzle du génocide annoncé par Stephen O’Brien, le secrétaire général adjoint pour les affaires humanitaires des Nations unies, serait donc en train de se mettre en place sans que le Gouvernement Sarandji ne puisse réagir en usant seulement  de son droit à la parole en tant qu’Etat indépendant et membre à part entière de la communauté internationale.

Affaire à suivre ….. !

La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here