Alerte – Info : Les éléments d’Al – Katim en route vers la Mambéré – Kadéï ?

0
20

Selon des informations de sources généralement dignes de foi, les éléments du mercenaire tchadien, Al – Katim, qui règnent déjà dans les préfectures de la Nana – Gribizi, de l’Ouham et de l’Ouham – Pendé, seraient actuellement en progression vers la préfecture de la Mambéré – Kadéï, l’une des quatre dernières échappant au contrôle des envahisseurs et des conquistadores sans foi ni loi. Pour s’y installer au lendemain du départ en cours d’exécution des forces onusiennes du contingent congolais. Qui est con ?

Le puzzle du grand complot contre tout un peuple serait inévitablement en train de se mettre en place. Après « la république des Ngolo », viendrait le tour des préfectures de l’Ombella – M’Poko, de la Sangha – Mbaéré et de la Lobaye, la Kémo étant  déjà presque sous occupation.

Qu’en pense donc  l’autiste mathématicien de Boy – Rabé, M. Touadéra,  qui s’est engagé, sur la constitution du 30 mars 216 au stade 20.000 places, à sécuriser le pays et à protéger le peuple mais qui visiblement n’a pas dans son carquois des flèches empoisonnées et mortelles à coup sûr ? Le journal en ligne « La  Voix des Sans – Voix » ne résonne – t – elle pas à ce moment précis comme le son d’un pas sur une route  que tout le monde a quittée depuis fort longtemps ? Comme Jean – le Baptiste et comme avait dit le Maître, n’avait – elle pas  entretemps appelé Touadéra et son grand – frère Sarandji à plus de fermeté et de robustesse à l’égard de ces bandits et de ces égorgeurs ? Peine perdue.

Ainsi,  au nom de la politique de la rupture et de la main tendue, l’étau se resserrerait  inexorablement autour du pouvoir de Bangui et les signes précurseurs de la fin des temps sont de plus en plus visibles pour tous les lyriques et les spirituels encore en éveil sur cette terre des hommes. Seul le temps, ce juge incorruptible nous en dira un peu plus dans les heures à venir.

Mais en attendant, de Bangassou à Mingala en passant par Alindao, Mobaye,  Zako, Bakouma, Ippy et Bria, du fait des seigneurs de guerre et des bandes armées qui contrôlent plus de 70% du territoire national,  des centrafricains  meurent tous les jours que Dieu fait comme des mouches, au vu et au su des forces onusiennes, loin des grandes caméras du monde et dans l’indifférence la plus totale de leurs autorités légales et légitimes dont la responsabilité sera difficile à défendre dans cette politique de liquidation d’une République et d’extermination de tout un peuple.

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here