Alerte – info : les choses s’accélèrent et se compliquent pour la Touadérakistan sur le plan diplomatique et international

0
747

Après la courageuse décision prise par la toute puissante Eglise Catholique de Centrafrique, demandant à tous les chrétiens et les soldats du Christ de boycotter les festivités du 1er décembre, en mémoire de toutes les victimes de la recrudescence des violences à Batangafo, Bambari, Alindao, Berbérati et à Bangui, et au lendemain de l’appel patriotique de l’opposition démocratique à trois (3) jours de ville morte, à la démission sans délai du Gouvernement Sarandji et à la tenue dans les meilleurs délais d’une table ronde entre toutes les forces vives de la nation, sous l’égide de l’UA, c’est le tour des ambassadeurs et représentants des organisations internationales, accrédités près la République, de clouer le royaume de la Touadérakistan au pilori.

En effet, lors d’une réunion tenue intra-muros et dans une ambassade hautement stratégique, à laquelle ceux – ci  ont pris part, y compris l’ambassadeur de la Fédération de la Russie, des grandes décisions ont été prises et communiquées à leur gouvernement.

Entre autres, des sources dignes de foi ont rapporté la réduction de l’effectif de leur personnel essentiel, le retrait de tous leurs appuis et aides multiples et multiformes, l’interdiction faite à certaines compagnies internationales de desservir la République centrafricaine et le positionnement de plus de 5.000 troupes aux frontières du Tchad. Motif :  absence d’un leadership national, non respect des engagements pris ou de la parole donnée, politique de fourberie, de clanisme et d’exclusion,  violations permanentes de la constitution, amateurisme éhonté, culture d’ immoralité,  remise en cause régulière des us, coutumes et pratique diplomatiques, mal – gouvernance, corruption, biens mal acquis, mercenariat d’état, gangstérisme d’état,  incitation à la violence et  à la haine communautaire et confessionnelle,  propagande et accusation sans fondement contre la France, les Etats – Unis et la Minusca.

En réponse, le représentant de la Russie qui s’est dit étonné de cette campagne dans laquelle le nom de son pays est cité, s’est engagé  à faire un compte – rendu fidèle de ces décisions à son pays.

Voilà une nouvelle qui en rajoute un peu trop au climat politique, institutionnel, sécuritaire et socio – économique  déjà délétère et qui fait présager indubitablement des lendemains difficiles non seulement pour le royaume de la Touadérakistan, mais surtout pour la République centrafricaine, sous perfusions financières de la communauté internationale depuis des années !

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here