Alerte – Info : Ippy : 14 véhicules de marque Toyota Hilux livrés à Ali Darass

0
26

Selon des informations dignes de foi en notre possession, il y a deux (2) jours 14 véhicules de marque Toyota Hilux, sortis directement de la maison de fabrication, ont été livrés à Ali Darass, à l’aérodrome de la ville d’Ippy. Par qui et dans quels buts ? Personne en ce moment ne peut répondre avec précision à cette pertinente question.

 Toutefois, les observateurs les plus avertis de la vie politique centrafricaine  pointent tantôt un doigt accusateur vers la France de Macron, tantôt vers les oligarques russes qui ont pris des contacts  d’abord avec les principaux seigneurs de guerre de la Séléka, à savoir Nourreldine Adam, Abdoulaye Hissène et Ali Darass, et ensuite ces derniers temps avec un certain Djotodia, leur patron, à Cotonou au Bénin.

Macron ? Pour dénoncer la politique sans tête ni queue et surtout l’ingratitude de M. « Toudéra » à l’égard de la mère – patrie, la France, rayonnante, indivisible et immortelle. Les oligarques russes ? Pour avoir accès à nos principales ressources minières, objet des échanges entre « Toudéra » et Lavrov, à Sotchi et  situées dans les 80% du territoire national, sous contrôle des éléments de la Séléka et leurs mercenaires.

Mais, selon certaines indiscrétions de sources diplomatiques, cette alerte aurait été donnée par des services de renseignements généraux français ; ce qui disqualifierait du coup la France de Marcon d’être derrière ce coup de main au mercenaire Ali Darass. Alors, qui ? La France, en sa qualité de  puissance colonisatrice peut – elle faire ce geste et accepter de le déclarer urbi et orbi ? Et n’ a – t – il été révélé par Jeune Afrique les démarches entreprises par la Russie de Poutine pour faire mains sur nos matières premières ?

Voilà, de vraies questions auxquelles doivent répondre hic et nunc  M. «  Toudéra » et son cher aîné Sarandji, beaucoup plus obnubilés et préoccupés par les délices charnels et mortels du pouvoir que par la gestion effective des affaires de la cité in dies singulos. Des questions qui remettent  à nouveau sur la table la problématique des appuis politiques, matériels, logistiques et financiers dont ne cessent de bénéficier  toutes ces bandes armées et tous ces seigneurs de guerre et celle du grand complot dont sont victimes la République et le peuple centrafricain, depuis décembre 2012 par l’attaque de la ville de Ndélé.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here