Affaire « Mlle Priscilla Audrey Wenzoui » : l’ambassade du Maroc annule les « faux visas »

0
124

Depuis la publication et la parution de l’article intitulé : « Mlle Priscilla Audrey Wenzoui prise en flagrant délit de faux et usage de faux et de kidnapping de 2 enfants mineurs », l’accusée s’agite, active sans cesse les réseaux qui l’ont fabriquée de toute pièce aux fins de voler à son secours et tente de brouiller les radars de communication, braqués en permanence, c’est – à – dire 24h/24h sur elle, jusqu’à ce que JUSTICE SOIT FAITE AU NOM DU PEUPLE.

De ce fait,  elle se doit donc de fuir le bureau, au grand étonnement de ses supérieurs hiérarchiques, parce que sachant désormais que son comportement de femme  de moralité douteuse  et l’accusation de faux et usage de faux et d’enlèvement d’enfants mineurs, portée contre sa personne, non seulement sont connus de tous, mais surtout font désormais  d’elle  quelqu’un  dont il faudra éviter  à l’avenir  le regard, la compagnie et même le serrement des mains.

 

C’est ainsi que selon des informations dignes de foi en notre possession, elle a été convoquée,   le mardi dernier dans la matinée, par son supérieur hiérarchique,  pour des suites à réserver à des dossiers en souffrance dans ses parapheurs.

 

Au même moment, il vient d’être rapporté à la rédaction que l’ambassadeur du Maroc a annulé les deux visas, depuis lundi dernier  faisant suite à la lecture de l’article ci – dessus mentionné, et ce, après avoir convoqué et auditionné le mari. Il ne reste plus qu’au directeur général de l’immigration – émigration d’en faire autant, en retirant purement et simplement les deux passeports de la circulation et en intentant une action en justice contre la mise en cause pour « faux et usage de faux et enlèvement de deux enfants mineurs ».

Nous reviendrons dans nos prochaines parutions sur la tentative de corruption de notre journaliste par l’un des hommes de mains du tout puissant ministre – conseiller, ci – devant directeur général de la société SOCAPS, et aussi  sur le tripatouillage à des fins régionalistes et clientélistes  du quota d’intégration, alloué  au ministère des finances et du budget et sur le dossier de suspension de salaire d’un haut cadre des finances, en l’absence  totale de toute décision de  suspension de fonctions et de solde pour une durée de 3 mois avec traduction devant le conseil de discipline. Un dossier sur lequel elle a mis de gros cailloux, depuis Juin 2017,  en dépit des instructions du ministre des finances et du budget et de l’avis technique de l’inspection générale des finances.

Affaire à suivre….. !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here