Affaire « Ludovic Ngaiféi » : Une affaire de corbeaux dans l’entourage direct de Koyara et de FAT

0
46

Selon des informations dignes de foi en notre possession, l’histoire du  limogeage du chef d’état – major, le général Ludovic Ngaiféi  ne serait en réalité que l’expression savamment ourdie, pensée et mise en oeuvre  d’une  affaire de corbeaux dans l’entourage immédiat et  direct de Mme Koyara, ministre de la défense nationale et de Touadéra, président de la République.

Ces sources affirment qu’elle aurait vu le jour le vendredi dernier, lors d’une rencontre des généraux avec leur chef hiérarchique le plus immédiat, à savoir Mme Koyara en sa qualité de ministre de la défense nationale. Etait inscrit à l’ordre du jour une histoire d’un coup d’état en préparation par un général.

En réponse, les généraux présents à cette audience à laquelle le Cema Ludovic Ngaiféi  se serait fait représenter,  pour  la simple raison qu’il ne peut y avoir dans l’armée un syndicat, auraient mis la pression sur leur interlocutrice pour que le nom du putschiste  en question  leur fût révélé, mais en vain. Cette rebuffade les aurait poussés à la traiter de tous les noms et à l’humilier, elle, cette brave civile qui ne serait nommée là  à ce poste hautement stratégique  que grâce à ses réseaux et ses relations avec des loges et autres organisations, et non pour ses compétences en techniques et art militaires.

C’est alors que mécontente, cette dernière aurait décidé de jeter son dévolu sur le Cema, prétextant de sa non-présence à la fameuse rencontre. Sous le coup de la colère, Mme Koyara aurait confectionné un projet de décret qui n’aurait pas d’abord  reçu l’aval du premier ministre et qui aurait effaré le président de la République. Mais, entretemps des corbeaux seraient passés par là, s’en seraient saisis  et auraient accompli leur devoir. A Touadéra et son cher aîné Sarandji d’en tirer hic et nunc  toutes les conséquences juridico politiques qui s’imposent !

Voilà ce qu’il en serait des faits à l’origine de cette affaire de limogeage du Cema Ludovic Ngaiféi dont le décret est introuvable et n’existerait que dans l’imaginaire de ceux qui l’auraient confectionné.

Aux dernières nouvelles, son décret de nomination n’ayant pas encore été abrogé,  ce dernier en sa qualité de Cema devrait présenter demain,  à la tête des généraux, au nom de l’armée et en sa qualité de soldat, ses voeux de nouvel an au président de la République, chef suprême des armées. Qui dit mieux  ?

Affaire à suivre … !

La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here