Affaire « Groupe DANGOTE » : mais où en sommes – nous avec l’exploitation d’une cimenterie dans la Lobaye par la société MEDCEM-QUIFEROU ?

0
516
Selon  le service de la communication du ministère des finances et du budget, «le ministre des Finances et du Budget a reçu en son cabinet, ce jour 27 juillet 2018, une délégation du groupe DANGOTE conduite par Abdullah Baba, directeur pays dudit groupe au Cameroun. Le groupe est venu échanger avec le ministre Dondra sur ses projets à court et moyen terme. A court terme, il est question d’augmenter la quantité des produits DANGOTE, plus précisément son ciment sur le marché intérieur, et à moyen terme l’implantation d’une cimenterie sur le territoire centrafricain.
Notons que cette délégation était accompagnée par Régina Konzi Mongot, ministre conseillère en matière de réconciliation nationale à la Présidence de la République.  Espérons tout de même que ce projet puisse voir jour très rapidement afin de réduire le cout du ciment permettant ainsi aux citoyens centrafricains de se construire des habitations décentes et durables ».
Aussi louable puisse être la disponibilité du grand argentier de la République à multiplier des démarches et des échanges avec divers partenaires en vue de trouver des solutions aux besoins de la population centrafricain en ciment, il apparait cependant difficilement compréhensible que ces rencontres continuent de se multiplier sans un réel impact, visible et lisible dans la vie de ses compatriotes. Il se pose alors indubitablement la question de  l’absence totale de sincérité de la part de nos dirigeants dans la réalisation de ces projets, de l’inexistence des mécanismes de leur suivi et de leur évaluation et surtout de l’esprit de  cupidité maladive qui caractérise leur gestion des affaires de la cité, depuis plus de deux ans. Cela ne saurait en être autrement tant dans une République digne de ce nom l’on ne peut pas multiplier des initiatives dans un domaine aussi prioritaire qui est celui du ciment, sans que les projets y relatifs ne puissent effectivement voir le jour ou que les partenaires viennent et repartent pour ne plus revenir.
A ce sujet, pour être plus précis, où en sommes-nous avec le projet d’exploitation d’une cimenterie dans la Lobaye par la société dénommée « Medcem-Quiferou » ? Que s’est – il passé pour que l’on entende désormais parler d’une rencontre entre Dondra et des représentants du Groupe DANGOTE , basé au Cameroun ? Le gouvernement Sarandji, par l’entremise du ministre de l’énergie et de la géologie Mboli Fatrane et celui des finances et du budget Henri Marie Dondra n’avaient – ils pas signé une convention minière avec le PDG de la société « Medcem-Quiferou », relative à l’exploitation d’une cimenterie dans la préfecture de la Lobaye ?
Voilà des questions que ne cessent de se poser, au lendemain de la rencontre entre le ministre Dondra et des responsables du Groupe DANGOTE, des centrafricains dont les vibrations intuitives ne sont pas encore ankylosées. De légitimes interrogations et inquiétudes  qui posent véritablement dans toute sa nudité le problème de la mal – gouvernance en cours, savamment entretenue par les uns et les autres. Afin que nul n’ignore, voici ce que le journal en ligne Ndjoni – Sango a révélé à propos de ce dossier :

« Bientôt l’exploitation de ciment dans la Lobaye par la société MEDCEM-QUIFEROU
 Bangui 12 juin (Ndjoni Sango) : Le gouvernement centrafricain vient de signer une convention minière avec la société minière MEDCEM-QUIFEROU pour l’exploitation de ciment à Mbaïki dans la Lobaye. La signature de cette convention a eu lieu hier lundi à l’hôtel Ledger Plazza, entre les ministres, Léopold Mboli  Fatran des Mines et de la géologie, Henri-Marie Dondra, des finances, et Jacky Peughouia, PDG du Consortium cimentier MEDCEM-QUIFEROU.
La préfecture de la Lobaye va connaître dans peu de temps l’exploitation de ciment. A la demande d’un permis de recherche de calcaire faite par la société minière MEDCEM-QUIFEROU, le ministère des mines et de la géologie et le ministère des finances, ainsi que celui du commerce ont mené des études afin de mesurer tout le contour sur le projet de la cimenterie dans la Lobaye.
Les ministères sectoriels ont introduit en 2016 le projet de convention à l’assemblée nationale pour approbation selon la constitution. Les parties concernées ont convenu à l’octroi de permis de recherche à la société minière MEDCEM-QUIFEROU.
« La convention que nous avons signée est partie d’une demande qui nous a été introduite qui nous sollicitait le permis de recherche de calcaire afin de construire une cimenterie dans la Lobaye. Et cette demande a fait l’objet de plusieurs études. Après l’autorisation de l’Assemblée nationale, nous avons présenté le dossier au conseil des ministres et obtenu le décret qui a octroyé à la société minière MEDCEM-QUIFEROU le permis de recherche dans la région de l’Ombela Mpoko et de la Lobaye », a expliqué le des Mines et de la géologie, Léopold Mboli  Fatran.
A l’issue de la recherche de calcaire, la société minière MEDCEM-QUIFEROU, de droit centrafricain, va procéder à la construction de la cimenterie. En se réjouissant de cette convention, la société minière MEDCEM-QUIFEROU salue les efforts du gouvernement centrafricain pour la réalisation de ce projet de cimenterie.
« il s’agit depuis 2016 d’offrir à la population centrafricaine l’un de ces projets voulu  par la volonté politique du chef de l’Etat centrafricain d’avoir une cimenterie avec de coût moins sur le marché. C’est un projet semi-industriel qui va profiter à des centaines de l’emploi aux jeunes centrafricains », a fait savoir Andrien Bonny Eboumbou, PDG du Cabinet Inside Consulting.
Une fois la réalisation effective du projet, la société minière MEDCEM-QUIFEROU projette la production d’au moins 350000 tonnes annuellement. C’est la deuxième convention signée entre la société minière MEDCEM-QUIFEROU et le gouvernement centrafricain. La première concerne le permis de production de tôles et de fer ».
La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here