Affaire du faux décret n°0478 du 22 novembre 2017 : le ministre délégué Chancel Sékodé pointé du doigt

0
94

Il avait promis au peuple centrafricain  la politique de la rupture, pendant les dernières campagnes électorales. Un programme politique qui avait séduit la plèbe, malade et fatigué des affres du règne d’une certaine oligarchie, n’en déplaise aux partisans de la rumeur publique selon laquelle Touadéra n’aurait pas été élu, mais imposé à ce peuple par Charles Malinas avec la complicité active de Mme Cathérine Samba – Panza.

A ce titre, donc,  c’est – à – dire en sa qualité du président démocratiquement et massivement élu par les pauvres parmi des pauvres, il se devait de tout mettre en œuvre pour mener une lutte implacable contre la corruption, la cupidité, le clientélisme, le favoritisme et pour l’aversion des pratiques de la mal gouvernance, du faux et usage de faux et des détournements des deniers publics.

Malheureusement à l’arrivée, il a mis en place un gouvernement de débauchés, de baroudeurs politiques de petit calibre dont les candidatures ont été rejetées par le peuple et ayant obtenu 0% lors des dernières élections, et d’hommes et de femmes sans éducation, sans culture politique, et sans ambition certaine, visible et lisible pour leur pays et leur peuple.

En était la preuve de la rumeur publique faisant état de ce que  l’homme  ne fréquenterait  que des hommes et de femmes de moralité douteuse, la présence dans son gouvernement, d’un certain Lémasset, détenteur d’un faux diplôme de licence en droit public, obtenu à l’Université de Bangui et dont le certificat de la non – authentification  avait été signé par M. Sarandji, au moment des faits secrétaire général et Touadéra, recteur.

Viré de ses fonctions de ministre en charge de la communication, suite à la révélation faite  par la presse de cette affaire de faux et usage de faux, l’homme a été néanmoins recasé à la primature.

Comme si cela n’avait porté atteinte à son honneur et à la crédibilité de son régime, ces derniers temps, circulent sur les réseaux sociaux de nouvelles informations de faux et usage de faux et notamment de publication d’un faux décret, à savoir le décret n°0478 du 22 novembre 2017 portant nomination d’un certain Pascal Bonnet au poste de  conseiller économique  spécial près la RCA. L’auteur de cet  acte de faux et usage de faux  serait connu et identifié. Mais curieusement, ni le mathématicien de Boy – Rabé, ni son cher aîné Sarandji ne veulent en parler. Voici les révélations de l’en – dessous de cette affaire, faites par le blog  intitulé « coeursuniscentrafrique.over-blog.com », le 18 février 2018 :

«  Centrafrique : le ministre Chancel Sékodé, accusé de faux et usage de faux

C’est un dossier saillant qui risque de faire déborder le vase. Pendant que le Président de la République et son PM étudient encore le projet d’un futur remaniement, une affaire tombe à pic et éclabousse le ministre délégué en charge des Centrafricains de l’étranger.

D’après nos sources qui ne souffrent d’aucune contestation, le ministre délégué Chancel SEKODE est accusé d’imitation de la signature du Président de la République.

Le ministre délégué a nommé faussement un riche homme d’affaire marocain,  conseiller auprès du ministre du plan et de l’économie.

L’homme croyant que c’était réellement le Président de la République, a dépêché son « décret » auprès de son ambassadeur (ambassadeur du royaume du Maroc en RCA Ndlr).

C’est là qu’on lui signifiera que le document est faux. L’homme furieux, tente d’appeler le ministre délégué qui, à son tour commence à balbutier.

Toujours selon nos sources, le ministre délégué aurait touché la colossale somme de 30 millions de FCFA en contre-partie.

L’affaire a bouleversé non seulement le Président Touadéra, mais aussi le PM. Pour l’heure, ces derniers refusent de croiser sur leur chemin le ministre délégué Chancel SEKODE qu’ils traitent de « faux » et « usage de faux ».

Nos appels pour joindre le ministre sont restés vains, le ministre serait en voyage.

Si cela était vrai, le ministre délégué ne pourra faire long feu dans le gouvernement.

Affaire à suivre…Jean Pierre Touadéré »

Affaire à suivre…..

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here