Affaire des 850 millions de Francs cfa : l’an double zéro de « Toudéra » et de son cher aîné Sarandji

0
27

Ainsi, cela fait deux ans que Faustin Archange Touadera, élu dans des circonstances plus que douteuses, a été investi comme président de la République.

Un triste anniversaire donc. Parce que, comme dirait l’autre, il n’y a rien à célébrer. Si ce n’est de rappeler que l’avenir parait fort sombre, que des avis de tempêtes se multiplient et que les nuages s’amoncèlent au-dessus de nos têtes pour cause d’une politique hasardeuse faite d’exclusion, d’arrogance puérile et de tribalisme revanchard.

Comme, il fort difficile de parler de ce qui n’existe pas, il n’y a donc rien à dire. D’autant qu’à l’occasion de ces deux années double zéro, beaucoup de choses ont été dites et écrites pour indiquer au président de la République que la direction dans laquelle il a décidé, contre toute attente, de conduire le pays incite à l’inquiétude.

Si, comme je l’espère, Touadera place l’intérêt supérieur de la Nation au-dessus des autres considérations alimentaires, je l’invite vivement à faire acte de contrition sans lequel il n’y a point de rédemption. Il n’est jamais tard pour mieux faire.

Je voudrais enfin lui rappeler ce pertinent conseil de Pierre Dehaye : « un pouvoir est faible s’il ne tolère pas qu’on l’avertisse de ses erreurs ». Et ce sera la conclusion de cet édito. Le plus bref de toute ma carrière.

Poussou Adrien

Source : L’ÉDITO DE BANGUI FM (96.9) DU 30.03.18

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here