Affaire Camp Fidèle Obrou : M. Dondra s’est – il érigé en liquidateur des patrimoines de l’Etat centrafricain ? (Acte II)

0
443

RESTRUCTURATION URBAINE DU CAMP FIDÈLE #OBROU, UNE OCCASION EN OR POUR DOTER BANGUI D’INFRASTRUCTURES ADMINISTRATIVES, ÉCONOMIQUES, COMMERCIALES MODERNES POUR UNE CAPITALE AMBITIEUSE TOURNÉE VERS L’AVENIR.

DE L’INTÉRÊT.

IL Y A DE CELA UNE DIZAINE DE JOURS, MME MARIE-NOËLLE #KOYARA, MINISTRE DE LA DÉFENSE, PRÉSIDAIT UNE IMPORTANTE RÉUNION TRIPARTITE (DÉFENSE, URBANISME ET FINANCES) VISANT LA DÉLOCALISATION DU CAMP FIDÈLE OBROU VERS LE #PK26, ROUTE DE #BOALI.

SI L’INTENTION AFFICHÉE EST MINIMALE, FAIRE DÉCAMPER LES SERVICES ET MILITAIRES Y RÉSIDANT, MORCELER PUIS VENDRE DES PARCELLES POUR LA CONSTITUTION D’UNE CAGNOTTE,

CELLE CACHÉE SERAIT PROCHE D’UNE OPÉRATION URBAINE DONT CERTAINS, LES MÊMES, S’ACCAPARERAIENT DES PARCELLES ET DE NOMBREUX AVANTAGES FINANCIERS ET PATRIMONIAUX INDUITS.

DE CE QUE L’ON SAIT.

De cette réunion, il transpire les éléments suivants:

a) La réunion présidée par Mme Koyara avait pour objectif de présenter le morcellement du site Camp Fidèle OBROU.

b) Étaient présents des opérateurs intéressés par ledit projet parmi lesquels deux banques de la place (#BSIC et #ECOBANK), des entreprises Chinoises et Françaises, et trois (03) institutions Centrafricaines.

c) Le Camp Fidèle OBROU serait subdivisé en 38 lots, de trois mille (3.000) mètres carrés chacun, mis en vente à raison de trente mille (30.000) francs CFA, le mètre carré.

d) La Zone précédemment affectée au contingent Égyptien de la #MINUSCA serait de même morcelée et réservée à des «investisseurs privés».

e) De cette minimale projection urbaine, très peu ambitieuse, les #FACA et le ministère de la Défense comptent récupérer environ trois milliards cinq cent millions (3 500.000.000) de francs CFA pour financer d’une part l’agrandissement du Camp #KASSAÏ et, d’autre part, construire une nouvelle caserne au PK26, Route de BOALI, pour y reloger les mille (1000) familles résidentes de l’actuel Camp Fidèle OBROU.

Voici pour la partie connue, affichée, du projet de restructuration urbaine du Camp Fidèle OBROU.

Des éléments ici rapportés nous déplorons le manque de véritable ambition politique pour une réelle Politique urbaine pour la ville de Bangui, capitale Administrative, Politique, Économique et Commerciale de la République Centrafricaine.

QUE FAIRE ?

Parce qu’untel projet ne devrait pas être seulement ministériel ni Gouvernemental mais plutôt Présidentiel, digne des chantiers de #GRANDS_TRAVAUX, qui redonneraient tout son prestige à #BANGUI_LA_COQUETTE, #VILLE_DE_PARIS,

Ce pari relèverait de la #Présidence_Centrafricaine qui, en s’engageant ainsi, donnerait forme au fameux concept #ÉMERGENCE, certes tant galvaudé, mais traduisant bien l’engagement présidentiel pour une politique ambitieuse d’aménagement du territoire, dans lequel s’inscrirait celle de la restructuration urbaine de cette partie de la ville de Bangui, adossée à la Petite-Colline.

POURTANT, RIEN DE NOUVEAU SOUS LE SOLEIL,

FAUSTIN ARCHANGE #TOUADÉRA DEVRAIT SE SOUVENIR DES DÉBATS QU’IL ANIMAIT ALORS QU’IL ÉTAIT PREMIER MINISTRE DE FRANÇOIS BOZIZÉ YANGOUVONDA.

Partant du choix d’implantation du futur siège de la #BEAC, en construction sur l’ancien site de la Compagnie Nationale de Sécurité (#CNS), cette idée, qui n’est pas nouvelle, était plus ambitieuse lors de son élaboration originelle sous l’impulsion, au dernier trimestre 2008, du Général François #BOZIZÉ_YANGOUVONDA, le ministre intérimaire de l’Urbanisme, le Lieutenant-Colonel Sylvain #NDOUTINGAÏ l’initia. Instructions étaient données, bien avant moi, à mon prédécesseur, que j’ai poursuivies par la conduite d’opérations d’évaluations du foncier et des édifices publics du Camp Fidèle OBROU.

Les ministres #BESSE, alors chargé de mission au ministère des Finances, chargé du suivi du dossier Futur «Siège de la BEAC», #BINGA_BASSOUKPALO, alors «Expert» au ministère de l’Urbanisme, les Directeurs Généraux des Édifices Publics et de l’Urbanisme, dont Monsieur Étienne #DANDA, plus leurs collaborateurs, y compris le doyen Gabriel Abdel #AMINE, du ministère de l’Urbanisme, sont encore heureusement vivant (j’espère) pour en témoigner et mettre à contribution leurs compétences diverses et appréciées par le passé, bien que certains soient à la retraite.

Les projets #THIMO et #PURISU le certifient.

Les relevés faits, le dossier monté, la «Note d’information au Ministre» rédigée, elle sera transformée en «Note d’Information à la Très Haute Attention de SEM le PR-CE», qui, l’ayant annotée, sera réorientée en «Note en Conseil de Cabinet» puis des Ministres.

Le plan initial présenté et défendu par le ministre Intérimaire Sylvain NDOUTINGAÏ était celui de la création d’un centre administratif et commercial, ouvert aux organisations diplomatiques, ceci en partenariat public-privé avec une entreprise Chinoise.

Les projections d’un nouveau Centre-ville longeant l’avenue de l’Indépendance, de Ledger-Plaza Hôtel à l’Assemblée Nationale, via le futur siège de la BEAC, aux infrastructures modernes, dignes d’une ville pouvant recevoir des expositions commerciales, des congrès et séminaires internationaux, inscriraient la destination Bangui parmi les villes attrayantes de la sous-région. L’économie et particulièrement le tourisme, en aurait profité.

En dépit de la crainte de foyers non maîtrisés d’insécurité des 4è et 5ème arrondissements, un Centre de Congrès adossé à un deuxième HÔTEL de haut standing, restructurait la zone allant de l’avenue de France au croisement du 4è arrondissement intégrant les pôles Complexes sportifs – Université de Bangui – Hôpital Communautaire – Quartiers résidentiels et diplomatique – Centre Administratif … qui impacteraient progressivement la ville, de la Colline vers le fleuve. Un nouveau #Bangui se déclinerait bordée de véritables Corniche et promenades des bords de fleuve #Oubangui.

Peut-on rêver ? L’on ricanerait…n’est-ce pas ?

Des erreurs et manquements du passé, il convient de prendre des précautions légitimes pour un meilleur aboutissement du projet en gestation.

Nous l’avons dit, la dimension GRANDS TRAVAUX PRÉSIDENTIELS doit être affirmée par la constitution d’au moins deux entités dédiés audit projet:

a) Une agence de patrimoines immobilières et foncières militaires, qui conduirait les opérations de vente (entre autres) du site Camp Fidèle OBROU et celles de relocalisation et restructurations de sites militaires.

b) Une autre agence public d’aménagement urbain de la Ville de Bangui dédiée aux développements et aménagements urbains de l’agglomération Banguissoise.

Ces agences lanceraient les appels d’offres pour leurs réalisations diverses, après leurs constitutions, des différentes opérations déclinées dans les domaines d’aménagements et restructurations urbains conséquents.

Je m’arrête là…pour le moment !

Henri Grothe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here