Affaire Abadi Shoukri : Trafics d’armes de guerre contre diamants du sang des centrafricains !

0
88

Joli coup de filet de l’Interpol. Abadi Shoukri, l’un des premiers gros poissons pour la CPS est arrêté à Douala aussitôt après son arrivée en provenance de Bangui. Il s’agit d’un sujet britannique d’origine libanaise qui, dans la foulée des violences de 2013, s’est taillé une résidence à Bria, la capitale du diamant centrafricain aujourd’hui solidement tenue par les factions de la Séléka du FPRC du seigneur de guerre Nourreldine Adam et le MPC du mercenaire tchadien Mahamat Al – Katim.

 Depuis, le Britannique Abadi Shoukri mène et développe son business du sang des centrafricains en toute discrétion, mais comme on peut l’imaginer, avec la complicité active de certains fils avares du pays qui lui facilitent la tâche et lui laissent la voie libre pour ses va- et – vient. Longtemps mystifié – sans témoins sans preuve donc, aujourd’hui pouassa – le « diamant de sang » qui alimente la crise et la guerre en RCA a un nom. Et, coïncidence heureuse, avec la publication du rapport sur la traçabilité des armes – qui laisse à désire – par une équipe des experts de l’Onu, une preuve est apparue et directement la personne est aux arrêts. Grâce à la pleine coopération des autorités camerounaises qui ne badinent  d’ailleurs pas trop avec les mafiosi dans leur pays, histoire de laver l’image quelque peu sombre en la matière.

C’était le dimanche dernier le 6 août que ce Monsieur, après avoir fait le plein du diamant par l’entremise de son homme de main et son agent de terrain, un certain Moustapha Abba Issiaka, centrafricain de confession musulmane solidement installé à Bria, a pris son vol de Bangui pour Douala. Selon des informations dignes de foi en notre possession, Abadi Shoukri a bénéficié, comme toujours dans ses va- et – vient, de la couverture  des agents de la brigade minière de l’aéroport ainsi que de l’aide de son point focal qui exerce à l’aéroport et qui lui a facilité la procédure des formalités avant qu’il n’embarque furtivement par une voie contournée. Ah, les traitres et insensés !

La RCA   aux frontières partout poreuses, l’homme a pris son vol tranquillement pour aller écouler ses lots de diamants d’une valeur de plus de 560 millions de FCFA. Mais, c’était sans savoir qu’il était pisté, filé et suivi par des personnes qui le connaissaient bien et qui fort heureusement en tant que dignes fils du pays ont mis la puce à l’oreille d’une autorité qui a immédiatement alerté l’Interpol par la voie légale. Aussitôt informées, les autorités camerounaises ont  à leur tour réussi à jeter leur filet autour du mis en cause qui est actuellement mis aux arrêts. A Bangui, le parquet serait entrain d’actionner la machine judiciaire pour obtenir son extradition dans le meilleur délai. C’est un gros poisson pour la justice centrafricaine et un très bon client pour le démarrage des activités de la CPS : couper les têtes qui approvisionnent les criminels.

Rappelons que les groupes armés contrôlent  actuellement plus de 70% du territoire national avec ouverture énorme sur des frontières devenues d’emblée poreuses qui leur permettent d’importer armes, munitions et équipements militaires pour leur entreprise criminelle. Les centrafricains sont impatients de voir Abadi Shoukri être jeté dans une prison centrafricaine afin de purger une peine exemplaire. Mais en passant, il faudra aussi mettre la main sur tous ses complices composant la chaîne de ce juteux trafic, depuis Bria à Bangui jusqu’à l’aéroport. Et pourquoi pas ses clients à Envers ou à Dubaï.

Bravo donc au ministre des mines qui a eu le courage de gérer à seul cette affaire afin d’éviter d’alerter les puissants réseaux du mis en cause ! Bravo aussi à tous les centrafricains de bonne volonté qui ont rendu possible cette première opération de soustraction à la chaîne de la violence en RCA.

Destin Deadet

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here